Archives de Tag: Going Polish

Avocado Jewel, le soutien-gorge le plus confortable de tous les temps

Je t'aime.

Je t’aime.

Je vais commencer un peu solennellement ce billet par un avertissement. Le soutien-gorge dont je vais parler aujourd’hui m’a été envoyé gratuitement par Avocado, cependant, je ne l’ai pas choisi. Il était prévu qu’Avocado me fasse essayer la gamme Essentia afin que j’en parle sur mon blog (et je le ferai), mais nous ne nous sommes pas mis d’accord sur le Jewel, ils me l’ont envoyé un peu comme un bonus. Autant être honnête avec vous : si j’avais dû le payer, je n’aurais probablement pas choisi d’acheter le Jewel. À chacune de mes visites sur la boutique en ligne d’Avocado, le Jewel faisait partie des modèles qui me faisaient le moins rêver. Je bave déjà depuis des mois sur la gamme Annick in Love et, dans la collection la plus récente, le modèle Valentina m’attire beaucoup. Mais le Jewel ? Bof. Je le trouvais sympa sur les photos mais la grosse dentelle florale et la palette de couleurs ne me correspondaient pas vraiment. Plutôt joli, mais pas mon style.

P1320176

Avocado m’a aussi envoyé un autre soutien-gorge « imprévu », l’Orlando, qui est joli et très surprenant avec son effet presque iridescent sur le haut des bonnets, mais j’ai décidé de ne pas en parler et de le leur renvoyer, car j’estime que ce n’est pas un soutien-gorge que j’aurais pu acheter par moi-même et je refuse d’en parler sous prétexte qu’on m’en a fait cadeau.

Pourquoi alors consacrer un article au Jewel alors que je ne veux pas parler de l’Orlando ? Eh bien parce que, si le Jewel me laissait indifférente sur le papier, j’ai eu une putain de révélation en l’enfilant. C’était un moment digne de ce qui se passe quand une baguette choisit son sorcier. Je n’exagère pas. C’est comme s’il avait été fait pour moi. À tel point que j’ai coupé l’étiquette alors que je l’avais encore sur moi et me suis rhabillée par-dessus en souhaitant ne plus jamais l’enlever. Je pense pouvoir dire que c’est le soutien-gorge le plus confortable que j’aie jamais porté. Si j’avais essayé l’Orlando dans la cabine d’une boutique, je l’aurais enlevé en disant « moui, sympa, sans plus ». Si j’avais essayé le Jewel dans un magasin, je l’aurais acheté sans hésiter, et ce malgré l’indifférence initiale.

(Crédit photo : Avocado)

(Crédit photo : Avocado)

Je sais que je suis une piètre photographe mais j’espère que ça se voit quand même sur mes photos : les couleurs du Jewel sont bien plus intenses en vrai qu’elles n’en ont l’air sur le site d’Avocado. Elles sont plus riches, moins fades, plus chaudes, plus profondes. En ouvrant le paquet, ma première réaction a été de me dire « Hé, mais c’est le Jewel, il est joli en fait ». J’avais presque l’impression que c’était un modèle différent de celui que j’avais vu sur internet. Ce soutien-gorge existe dans plusieurs coloris, celui que j’ai reçu s’appelle « Choco Chili » et je le trouve très élégant, à la fois automnal et chaleureux.

P1320166

A VS H

La subtile différence de forme entre le modèle A et le modèle H. (Ça a l’air assez évident sur les dessins mais si vous aviez le même soutif en A et en H sous le nez je vous garantis que vous feriez moins les malins.)

Avocado propose plusieurs formes pour ses modèles (cf cet article que j’ai écrit l’année dernière), et le Jewel que j’ai reçu est dans la forme A. Il existe aussi en forme H, mais le A a un côté plunge qui change par rapport à ce dont j’ai l’habitude et qui me plaît beaucoup. J’ai déjà le Kyoto dans cette forme et je l’adore, mais le Jewel me va mieux. Il est plus ouvert sur le haut du bonnet, et ça correspond mieux à la forme de mes seins. Il arrondit la poitrine mais de façon plus naturelle que, par exemple, les soutiens-gorges Cleo et la fameuse « Cleo shape » très arrondie. Il est donc très joli et facile à porter sous les vêtements. Et surtout, il est tellement, tellement confortable. Je ne sais pas si c’est le fit impeccable, les matériaux et tissus utilisés ou la construction des bonnets qui font ça, mais j’ai rarement été aussi à l’aise dans un soutien-gorge. Pourtant, les soutiens-gorges à la bonne taille ça me connaît et je place toujours le confort en haut de ma liste de priorités quand j’en essaye un. Le Jewel est encore plus confortable que mon Maxi Bra de chez Mimi Holliday. Pas de la merde. La seule toute petite chose que je pourrais lui reprocher, c’est qu’il manque un chouïa de projection dans le bas du bonnet pour être vraiment 100% parfait pour moi.

P1320177

Niveau taille, rien à signaler, j’ai reçu le soutien-gorge en 60G, ma taille habituelle chez Avocado et ça me convient parfaitement. Avocado fait généralement preuve de consistance dans ses tailles, je n’ai jamais remarqué de modèle qui taille plus petit ou plus grand que les autres, donc je prends toujours la même taille et ça m’a toujours bien réussi. Je porte en règle générale du 28FF (taille britannique), et je pense vraiment que le 60G en est l’équivalent. La bande est faite avec des matériaux solides et confortables et est un plaisir à porter. De plus, elle a de petites baleines verticales de chaque côté. Je sais que certain·e·s ont horreur de ça, mais moi j’adore, je trouve que ça rend la bande encore plus confortable, comme si le soutien-gorge te faisait un câlin.

P1320171

Le Jewel a une particularité que j’adore et qu’on retrouve chez tous les soutiens-gorges Avocado : des armatures bien étroites. (Pour rappel, ça veut dire que la distance d’un bout à l’autre d’une armature est faible, et donc que l’armature ne va pas partir loin sous l’aisselle.) À nouveau, je sais que d’autres détestent ça parce que c’est incompatible avec la forme de leurs seins, mais moi c’est tout à fait ce qu’il me faut. Tenez, à ce propos, voici un point Culture Seins pour vous : dans le milieu, on utilise le verbe « to go Polish » quand une personne est obligée d’aller acheter ses soutifs chez des marques polonaises car aucun autre pays n’est capable de produire d’armatures assez étroites pour elle. Or, si vous êtes d’humeur à going Polish, Avocado est définitivement la marque qu’il vous faut.

P1320170

Je vais finir cet article en me pâmant devant une autre particularité des soutiens-gorges Avocado : il y a toujours un souci du détail, de jolies idées, de jolis matériaux, des tissus agréables. Ça ne peut se mesurer pleinement qu’en vrai, quand on a le modèle entre les mains, alors mes photos ne rendent pas justice au niveau de soin du Jewel. On a affaire à un soutien-gorge assez cher et haut de gamme, et ça se sent réellement.

P1320172

P1320174

P1320167

P1320164

Disponible du 60 au 95, bonnets E à J (approximativement du 75 au 110, bonnets E à J en taille française)

(Mais surtout, nom de dieu, qu’est-ce qu’il est confortable.)

(Genre.)

(Vraiment super confortable.)

(Wow.)

(Sans déconner.)

(Je blague vraiment pas.)

(C’est comme un doudou.)

(Tout le monde aime les doudous.)

(Moi en tous cas j’aime les doudous.)

(Et je t’aime toi.)

(À la prochaine.)

Publicités

Ewa Michalak CHP Cappuccino

P1020472

Amis de l’Europe bonjour. Aujourd’hui, nous allons parler Pologne et lingerie polonaise car, soyons honnêtes, rien d’autre au monde n’a d’importance. (En fait si, plein d’autres choses ont de l’importance mais nous n’en parlerons pas ici alors mettons-les temporairement de côté si vous le voulez bien.)

Nous allons donc parler d’Ewa Michalak, une marque polonaise qui a plusieurs atouts assez importants :
– Elle fabrique beaucoup de tailles, et les tailles qu’elle n’a pas en stock, elle peut les fabriquer sur demande moyennant un petit supplément.
– Comme la plupart des marques polonaises, ses soutiens-gorges ont une bonne projection et des armatures assez étroites (c’est-à-dire qui ne partent pas loin sous l’aisselle). Ce genre de caractéristiques ne conviennent pas à toutes les morphologies, mais elles sont assez rares et donc convoitées. Le manque de projection et les armatures trop larges sont des problèmes que je rencontre sans cesse, d’où mon amour immodéré pour les soutiens-gorges polonais.
– Tout le monde n’y accordera pas la même importance que moi, mais Ewa Michalak emploie plusieurs mannequins de corpulences différentes. C’est déjà cool en soi, et c’est tout aussi cool d’un point de vue de consommatrice parce qu’on peut voir à quoi ressemble un soutien-gorge sur différentes poitrines de différentes tailles et s’imaginer un peu mieux de quoi il aurait l’air sur nous. Pas négligeable quand on commande via internet.

EM CHP Cappuccino

Le CHP Cappuccino porté par trois femmes différentes

Voilà pour la marque, maintenant parlons plus précisément de ce que j’ai commandé : le CHP Cappuccino (et la culotte taille haute qui va avec). CHP, c’est le nom de la coupe du soutien-gorge. Je vais être honnête et vous dire franchement que je n’ai pas encore réussi à éclaircir le mystère des coupes d’Ewa Michalak. Si vous voulez en savoir plus, EM a un guide (pas très détaillé) et certains ont tenté de faire des articles dessus. Moi je n’ai toujours pas compris la différence entre les coupes CH, HP et CHP, mais j’essaie de faire comme si ça ne me rendait pas zinzin (C’EST FAUX, JE COMPRENDS RIEN ET CA ME FRUSTRE AFFREUSEMENT).

En tous cas, le CHP Cappuccino est un soutien-gorge à bonnets rigides dans lequel je ne plaçais pas trop d’espoir parce que, comme je le dis toujours, les bonnets épais c’est compliqué. Je l’ai acheté car le combo avec la culotte haute me plaisait bien sur les photos (alors que d’habitude les culottes taille haute c’est pas trop mon truc) et que j’aimais bien le détail au milieu qui donne l’illusion d’une découpe quand on le porte (à condition d’avoir la couleur de peau qui va avec, mais bon). Mais au niveau du fit, je ne n’ai jamais trop d’attentes envers ce genre de soutien-gorge. J’ai eu des soutiens-gorges Curvy Kate qui me rentraient dans le haut du sein, des Masquerade qui bâillaient désespérément, des Kris Line tellement rembourrés qu’il n’y avait même plus de place pour ma poitrine… Bref, j’ai toujours une préférence pour les soutiens-gorges non-moulés car les bonnets rigides ajoutent un degré de complexité et la vie est déjà bien assez compliquée comme ça.

P1020460

Finalement, ce soutien-gorge me va bien. Il est relativement ouvert sur le haut du bonnet, juste assez pour ne pas me couper le sein et juste assez peu pour ne pas bâiller. Le fait que les bonnets soient en trois parties et non pas en un seul morceau moulé aide pas mal aussi et rend le soutien-gorge plus apte à s’adapter à la forme du sein. En plus il fait un très joli décolleté et passe bien sous les vêtements.
Comme beaucoup de soutiens-gorges polonais, il a pas mal de projection, ce qui évite aux bonnets de trop descendre en cours de journée. Malheureusement, je crois qu’il me faut encore davantage de projection, surtout dans le bas du bonnet, parce que chez moi ça descend encore un peu. Mais si vous avez des seins moins casse-pieds que les miens, ça devrait aller. En tous cas, il y a beaucoup plus de projection que chez All Undone donc ça me convient bien mieux.
Même chose au niveau des armatures, qui sont relativement étroites mais pas aussi étroites que chez Comexim.

P1020467

Les bonnets sont plutôt épais, mais pas assez pour avoir l’impression de porter une armure pour seins.

Esthétiquement, j’ai été agréablement surprise. J’aimais beaucoup la forme du soutien-gorge et le détail beige au milieu de la poitrine mais je trouvais que le reste manquait de délicatesse. J’ai pris l’habitude de la dentelle un peu plus travaillée, alors celle-là me paraissait quelconque. Je ne suis pas non plus fan du détail des bretelles, qui me rappelle les gros rubans du Curvy Kate Tease Me.
J’ai un peu changé d’avis depuis parce que le soutien-gorge est TRÈS flatteur. Alors, une fois porté, c’est juste joli et parfait. En plus, je trouve ce soutien-gorge de très bonne qualité pour du moyenne gamme : les coutures sont solides et impeccables et il n’y a pas un millimètre de tissu pas à sa place. J’ai l’impression que ce soutif va me durer dix ans.

Le petit nœud est quand même mignon.

Le petit nœud est quand même mignon.

Enfin, il pourrait me durer dix ans s’il était vraiment à ma taille (mate un peu cette transition teintée de larmes de chagrin). Je fais du 28FF en taille UK, mais Ewa Michalak ne fait cette taille que sur commande. On m’a dit qu’EM taillait très serré, alors j’ai pris du 30F en pensant que ça taillerait pareil que du 28FF. Bon. Bon bon bon.
C’est vrai que ça taille petit. Ce 30F est plus serré qu’un 30 classique, ça ne fait aucun doute. Mais pas beaucoup plus, à vrai dire. Je le porte au dernier rang de crochets pour avoir un maintien suffisant. Niveau confort, c’est bien, mais la bande me remonte quand même dans le dos.
Cela étant dit, gardez à l’esprit que je parle de ma taille, il est très possible que ça taille bien plus serré que ça dans les tours de dos supérieurs.

P1020465

Quatre rangées de crochets, c’est ça qu’on veut.

P1020462

Parlons vite fait de la culotte taille haute, qui est aussi d’excellente facture. Contrairement au soutien-gorge, je trouve qu’elle a l’air plus chère, plus haut de gamme. Je crois que cette dentelle est plus jolie utilisée par petites touches que pour recouvrir un bonnet entier. Elle taille très bien, j’ai pris ma taille habituelle et je n’ai eu aucun souci. Mon seul problème avec cette culotte c’est qu’elle a une longueur un peu bâtarde pour moi, sans doute parce que je suis assez petite : elle n’est pas assez taille haute pour arriver à ma taille naturelle mais trop taille haute pour ne pas appuyer sur mon gras sans être désagréable.

P1020468

P1020471

En bref, j’adore ce soutien-gorge et il m’a vraiment donné envie d’acheter un autre ensemble chez Ewa Michalak, mais à la bonne taille. Je ferai un article dans le futur si j’arrive à passer une commande spéciale chez Ewa Michalak mais jusque là ça a été très compliqué. J’ai eu affaire à des interlocuteurs différents qui se contredisaient, on m’a dit qu’il y avait un problème de tissus disponibles puis après que le tissu était de nouveau disponible pour produire ma commande, puis une fois la commande confirmée plusieurs fois on m’a dit qu’en fait les modèles que je voulais ne pouvaient pas être fabriqués dans ma taille… C’était extrêmement laborieux et ça m’a découragée. Cela dit, si votre taille est dans leur stock par défaut, je vous recommande vraiment de commander chez EM. Pour la commande spéciale, il faut un peu plus de courage et on verra une autre fois.

Le CHP Cappuccino est disponible du 30 au 42, bonnets A à JJ (UK), soit du 80 au 120, bonnets A à O (FR).
(EM utilise à la fois les tailles anglaises et un système de tailles bizarre qui combine le tour de dos européen et le bonnet anglais. J’essaie donc de m’en tenir au système anglais parce que c’est déjà assez compliqué comme ça.)

Avant de se quitter, deux petites annonces à caractère informatif :

– Si Ewa Michalak vous intéresse, sachez que Viksen a commencé à commercialiser la marque ! Elles n’ont pas le Cappuccino mais le Pieprzyk, un modèle rouge à pois vraiment chouette.

J’ai de nouveaux soutiens-gorges à vendre ! Si votre taille tourne autour du 75F/G/H, 80E/F/G ou 90C, jetez-y un œil et aidez-moi à faire du vide dans mes armoires. Tout ce que je vends est en très bon état, neuf ou quasi neuf. Je livre dans des enveloppes à bulles opaques qui rentrent dans la boîte aux lettres et sont assez discrètes pour que personne ne sache que vous vous faites livrer de la lingerie. Vous voyez, c’est formidable.

Comment commander chez Comexim

Dans mon dernier article, je vous parlais de mon nouvel amour pour Comexim. Le seul souci dans cette histoire, c’est que commander chez une petite marque polonaise peut s’avérer un chouïa plus compliqué que de valider son panier Asos la main dans le slip. Le présent article a donc pour but de vous tenir la main et de vous expliquer comment, vous aussi, vous pouvez accéder à la grâce polonaise.

D’abord, choisir la bonne taille

Comexim utilise des tailles européennes qui, pour rappel, sont différentes des tailles anglaises qui sont elles-mêmes différentes des tailles italiennes qui sont elles-mêmes différentes des tailles franco-belgo-espagnoles. ON S’AMUSE BIEN, PAS VRAI ? Seules les tailles anglaises sont standardisées, le plus simple est donc de convertir à partir de là pour trouver sa taille chez Comexim. C’est donc l’heure des tableaux moches, en commençant par le tour de dos.

Taille anglaise

28

30 32 34 36 38

40

Taille française

75

80 85 90 95 100

105

Taille européenne/Comexim

60

65 70 75 80 85

90

Pour les bonnets, c’est un tout petit peu plus compliqué. Il y a une conversion simple possible mais Comexim a tendance à tailler un peu petit, donc il ne faut pas hésiter à prendre le bonnet au-dessus si jamais vous êtes entre deux tailles.

Taille anglaise

B

C

D

DD

E

F

FF

G

GG

H

HH

J

K

Taille Comexim

B

C

D

E

F

G

H

HH

J

K

L

M

N

Donc par exemple, si vous faites un 30E anglais (soit un 80F français), il vous faut probablement du 65F chez Comexim.

Ensuite, passer commande

Si vous tentez de passer commande sur le site de Comexim en utilisant la méthode normale « mettre dans le panier -> valider le panier -> payer », vous aurez probablement un message d’erreur vous disant que la livraison est impossible à votre adresse.

Ce ne sont que de vilains mensonges.

La livraison est tout à fait possible à votre adresse car Comexim livre dans le monde entier.

Ce qu’il faut faire, c’est passer par leur formulaire de contact. Une fois que vous avez repéré ce que vous voulez acheter, utilisez le formulaire et écrivez-leur une liste des articles que vous voulez et en quelle taille, ainsi que le pays de livraison afin qu’ils puissent estimer le coût total de votre achat.

Si vous êtes super motivés, le must c’est de leur écrire en polonais, vous pouvez alors utiliser ce petit guide de traduction. Pour ma part, je n’avais aucune envie de m’amuser à massacrer la syntaxe polonaise alors j’ai préféré leur écrire en anglais et tout s’est bien passé. Le niveau d’anglais d’Anna, la responsable du service client de Comexim, n’est pas génial, mais si vous utilisez un anglais simple et intelligible vous n’aurez aucun souci. Le message que je leur ai envoyé avait à peu près cette tronche :

« Hi,

I would like to place an order for a delivery in [le pays où j’habite, en l’occurrence la Suède].

I would like to order the following items:
[Nom du soutif 1], size [taille de soutien-gorge]
[Nom du bas 1], size [taille de la culotte]
[Nom du soutif 2], size [taille de soutien-gorge]
[Nom du bas 2], size [taille de mes fesses, à nouveau]

[Formules de politesse mignonnes, signature, blabla] »

Rien de bien compliqué, donc. Une fois ceci fait, vous recevrez un message d’Anna avec le total en zlotys et leur adresse Paypal afin de procéder au paiement. Vous pouvez payer directement en zlotys avec Paypal, donc pas besoin de faire de conversion. C’est aussi par Paypal que vous allez indiquer votre adresse de livraison. Une fois le paiement effectué, Comexim lancera le processus de fabrication/expédition de votre commande. Ils ont un peu tendance à ne pas communiquer, donc on a parfois l’impression de s’être fait ignorer, mais une absence de réponse après paiement ne veut pas dire que votre commande n’est pas en cours de traitement. Si votre compte en banque a été débité, c’est que c’est en cours. Alors pas de panique.

Note importante : Ne leur envoyez JAMAIS d’emails directement, passez toujours par le formulaire. Si votre commande traîne et que vous voulez savoir où elle en est, ou que vous voulez un numéro de suivi, passez par le formulaire. Pour une raison qui m’échappe, Comexim ne répond jamais aux mails directs mais répond toujours en quelques heures quand on passe par le formulaire. Donc économisez-vous du temps et du stress et oubliez les mails.

Peu de temps après, vous devriez recevoir un joli colis dans votre boîte aux lettres avec de chouettes timbres polonais dessus.

Ouh qu'il est joli.

Chic alors !

Et voilà !

Comexim Green Velvet et Florence

Salut à tous c’est l’expert moelleux pour un nouvel article de blog et je préfère vous prévenir tout de suite les gars, l’article d’aujourd’hui n’est pas à mettre entre toutes les mains.
– Mais. Comment tu peux mettre un article de blog dans les mains de quelqu’un ?
– Salut à tous c’est l’expert moelleux pour un nouvel article de blog et je préfère vous prévenir tout de suite les gars, l’article d’aujourd’hui n’est pas à mettre devant tous les yeux.
– C’est mieux.
– Puisque cet article contient tout un tas de trucs que vous êtes pas habitués à voir dans le monde des soutifs, genre des bandes qui maintiennent correctement la poitrine…
– Des bandes qui maintiennent correctement la poitrine ?!
– Des soutiens-gorges qui rendent bonnasse sans massacrer le tissu mammaire…
– Des soutiens-gorges qui rendent bonnasse sans massacrer le tissu mammaire ?!
– Un large choix de tailles…
– Un large choix de tailles ?!
– Ou encore un tabouret matelassé en formica.
– Un tabouret matelassé en formica ?!
– Ah ! Je l’savais, tu m’écoutais pas du tout.
– Oui.
– Bref. Aujourd’hui, pour essayer de préserver ce qui me reste de santé mentale, on va parler DE BONS SOUTIENS-GORGES.

*LIVE AND LET DIE RETENTIT DANS LA PIÈCE, L’AMBIANCE DEVIENT CHAUDE, EXPLOSIVE ET DORÉE, TOUT LE MONDE EST EN FEU*

Once you go Polish, you never go back

Comexim est une marque polonaise que je voulais essayer depuis longtemps car j’en ai toujours entendu beaucoup de bien. À chaque fois qu’une femme se plaint que ses soutiens-gorges manquent de projection dans le bas du bonnet ou que leurs armatures sont trop larges, il y a quelqu’un pour lui dire d’essayer Comexim. Comme ce sont des problèmes que je rencontre assez régulièrement, je me suis dit que ce serait peut-être la marque pour moi. J’ai même déjà vu des femmes essayer toutes les marques qui fabriquent leur taille et finir par ne plus porter que du Comexim tellement c’est bien.

Comexim Green Velvet

J’avais des vues sur le modèle Green Velvet depuis un moment, je le trouvais original et joli avec ses détails en velours vert ton sur ton. J’ai décidé de sauter le pas et de l’acheter après avoir vu une fille en faire une critique sur /r/ABraThatFits : il était parfaitement à sa taille en plus d’être très flatteur, et je me suis dit que moi aussi je méritais pareille bonnasserie. En plus j’ai très peu de soutiens-gorges qui se rapprocheraient, même de loin, du Green Velvet, dans la mesure où je n’ai quasi aucun soutien-gorge avec des bonnets rigides. Je suis Team Bonnets Souples, mais parfois il faut varier les plaisirs. J’ai également acheté le Florence, qui a une construction identique à celle du Green Velvet mais s’est avéré un peu différent à l’essayage.

Comexim Florence

Comexim Florence

J’ai commandé le Green Velvet en 60H (taille censée être plus ou moins équivalente à un 28FF anglais ou un 75H français) et il me va nickel. Il est vraiment, vraiment impeccable et très confortable.
Comexim est connu pour tailler petit au niveau du dos, comme Ewa Michalak et la plupart des marques polonaises en général, donc j’avais un peu peur que leur 60 taille comme un 26 UK/70 FR plutôt que comme un 28/75, mais en fait c’était parfait. Niveau bonnet, le H européen est à peu près équivalent au H français, donc c’est facile. J’aurais sûrement pu m’en sortir en prenant plus grand et en achetant le soutien-gorge en bonnet HH, mais j’aurais probablement perdu un des éléments essentiels de ce soutien-gorge : la bonnasserie. Le Green Velvet fait une très jolie poitrine et ça fait plaisir de voir des soutiens-gorges « bonnets profonds » (je mets ça entre guillemets parce que bon, je vais pas faire semblant d’avoir des gros seins) qui donnent une apparence pareille. Ses armatures englobent bien le sein et il ne me donne aucun quadboob, mais il est très flatteur aussi bien tout seul que sous un t-shirt.

Vue de l'intérieur des bonnets du Green Velvet prise à 4h du matin avec mon téléphone, ne me remerciez pas.

Vue de l’intérieur des bonnets du Green Velvet prise à 4h du matin avec mon téléphone, ne me remerciez pas.

Une des raisons pour lesquelles je suis Team Bonnets Souples, c’est que les bonnets rigides sont souvent difficiles à porter, surtout quand ils sont en une seule pièce. Quand le bonnet est en un seul morceau, il faut que le sein ait exactement la forme dudit morceau sinon il y aura des problèmes et souvent l’illusion que le bonnet est trop grand. Le Green Velvet, comme le Florence, n’est pas en un seul morceau et a plusieurs coutures à l’intérieur, il est donc plus facile à porter.

Vue de profil du Green Velvet. Le point où les coutures se rejoignent laisse de la place pour de la projection, mais la partie inférieure du bonnet est quasi verticale.

Vue de profil du Green Velvet. Le point où les coutures se rejoignent laisse de la place pour de la projection, mais la partie inférieure du bonnet est quasi verticale.

En terme de projection, Comexim a la réputation d’être un grand champion, mais je n’ai pas trouvé celle du Green Velvet et du Florence exceptionnelle. C’est vrai qu’ils ne me donnent pas ce problème récurrent du manque de projection en bas qui fait descendre l’armature et plisser le bas du bonnet. Mais pour quelqu’un qui a des seins très projetés, je ne sais pas si ce serait suffisant. Il y a bien une certaine projection au point le plus profond du bonnet, mais je ne le recommanderais pas à quelqu’un qui aurait une forte projection dans le bas du sein.
Le Florence, bien que construit exactement pareil, est moins projeté que le Green Velvet. Je crois que le tissu satiné peu souple qui décore l’extérieur du bonnet l’empêche d’épouser aussi bien la forme de la poitrine. Pour le coup, il me donne un très léger quadboob et j’aurais préféré l’essayer en 60HH.

Quand je parle de largeur des armatures, c’est de ça que je cause.

Pour les armatures, même chose, Comexim est réputé pour être un champion des armatures étroites. En gros, un problème récurrent pour beaucoup de gens est que la distance d’une extrémité de baleine à l’autre est trop importante. Par conséquent, les armatures reposent trop loin du tissu mammaire et cela peut être inconfortable, surtout si ça vient appuyer sur les côtes, et aussi un peu moche parce que ça fait des plis sur le côté.
Comexim, avec ses armatures étroites, règle ce souci. Alors certes, c’est embêtant pour les femmes qui ont besoin de bonnets larges, mais comme c’est bien plus difficile de mettre la main sur des bonnets étroits, plein de femmes ne jurent que par Comexim. Mais à nouveau, je n’ai pas trouvé les armatures si étroites que ça. J’ai besoin d’armatures un peu plus étroites que la moyenne mais pas super étroites non plus, et celles du Green Velvet et du Florence sont impeccables pour moi. Donc, à nouveau, pour les femmes à la recherche de bonnets très étroits, je me demande comment ça se passe.

La dernière chose importante quand on investit dans un soutien-gorge, c’est le rapport qualité/prix. À quelques zlotys près, les deux ensembles Comexim soutien-gorge + shorty m’ont coûté 40€ chacun. Et je les ai payés plein pot, mais si vous allez chercher dans leur page promotions, vous trouverez des soutiens-gorges à moins de 20€. C’est très, très abordable. Niveau qualité, on n’atteint pas le niveau d’Avocado car Comexim se veut clairement plus moyenne gamme et donc plus proche du reste de l’offre polonaise. Cependant, même s’il ne s’agit pas d’une marque luxueuse, les matériaux sont jolis, solides et agréables. Ce n’est pas une marque de lingerie fine et délicate, mais la qualité est irréprochable et justifie complètement ses 40€ par ensemble.

Le verdict final, c’est que je les adore, aussi bien le Florence que le Green Velvet. Ils sont jolis, ils sont différents de tout ce que j’ai d’autre dans mes tiroirs, ils me vont super bien, ils sont confortables, ils sont verts, bref, c’est la fête. Le seul souci, finalement, c’est que depuis que je les ai reçus je n’ai plus envie d’acheter autre chose que des soutiens-gorges polonais. Mais est-ce vraiment un problème ?

Pour les gros geeks de la soutiferie, voici le lien Bratabase vers mes deux soutiens-gorges tels que je les ai mesurés :

Avocado

Je le disais dans mon article précédent : la Pologne est une sorte de terre sainte des soutiens-gorges. Les marques polonaises ont généralement beaucoup de tailles disponibles, surtout pour les petites bandes et les bonnets profonds (ce sont pratiquement les seules au monde à fabriquer des soutiens-gorges en 70), leurs soutiens-gorges peuvent convenir à des poitrines délaissées par le reste des marques (si vous voulez des bonnets plus étroits et avec plus de projection, c’est là qu’est votre bonheur) et leur rapport qualité/prix est des plus satisfaisants. Avocado, la marque dont je vais vous parler maintenant, est assez chère pour une marque polonaise mais je l’aime d’amour et elle vaut quand même vraiment le coup, nous l’allons montrer tout à l’heure.

Avocado, c’est joli

Règle n°1 chez Avocado : les modèles sont plus jolis en vrai que sur leur site. Mon premier contact avec Avocado a été une brève visite de leur boutique en ligne, que j’avais parcourue en diagonale sans rien voir de très excitant. Et puis je suis tombée sur une présentation de l’ensemble Soir de Paris sur le blog que The Lingerie Lesbian. Et je me suis dit que ça avait l’air bien joli, alors que sur le site je me rappelle spécifiquement avoir trouvé ce modèle un peu moyen et vieillot. Alors oui, c’est vrai que c’est une lingerie plutôt mature, on est loin des imprimés super colorés et festifs qu’on retrouve par exemple chez Cleo, mais c’est vraiment joli et ça ne vieillit pas.

L’ensemble Soir de Paris, photographié par The Lingerie Lesbian, donc.

Je ne suis pas une experte en matériaux, mais quand on met un soutien-gorge Avocado, on a vraiment l’impression de mettre ses seins dans de la lingerie de qualité. La marque est connue pour utiliser des jolies dentelles, originales et d’excellente qualité, et c’est vrai, ça se voit tout de suite, même quand on n’y connaît rien. Les matériaux sont beaux et ils offrent un maintien irréprochable tout en étant très doux et sans donner d’impression de rigidité. Il y a un réel souci du détail dans leurs modèles et c’est pour moi ce qui fait toute la différence. Pourquoi je dis que leur lingerie est plus belle en vrai que sur le site ? Parce que qu’en vrai, on peut réellement apprécier ces détails. Sur le site, quand j’étais tombée sur le Soir de Paris, je n’avais pas vu le détail ni la variété de la dentelle, les petits pois, la perle entre les bonnets. Sur le site, peu de modèles sont exposés sur de vrais mannequins, alors la plupart pâtissent d’un fond tout blanc qui ne met pas toutes ces petites choses en valeur, à moins de prendre le temps de cliquer sur chaque modèle pour aller zoomer.

Par exemple, lors de ma première commande chez Avocado, j’ai acheté le soutien-gorge Albertine. J’ai pas exactement eu le coup de foudre, je l’ai pris parce que je n’ai jamais assez de soutiens-gorges noirs et puis il ne coûtait que douze euros, donc je l’ai acheté en me disant que je ne risquais rien. (D’ailleurs il est toujours à 12€, même s’ils n’ont presque plus de tailles disponibles)

albertine-s167k-biustonosz

Albertine, l’objet du délit

Quand je l’ai reçu et que je l’ai sorti de son paquet, je n’en croyais pas mes yeux. La dentelle était vraiment belle et plein de détails m’avaient échappé, comme les petits glands au milieu ou le fait que le haut du bonnet soit en velours. J’ai eu du mal à reconnaître le petit soutif qui payait pas de mine que j’avais daigné mettre dans mon panier. Pour douze euros, le rapport qualité/prix est dingue. Alors oui, sur le site ça a l’air de rien, mais en vrai, c’est très beau. Et je trouve ça plutôt rassurant, finalement, de la lingerie qui est plus belle avec une vraie personne dedans.

Avocado, c’est varié

Avocado propose cinq coupes de soutiens-gorges différentes : A, K, H, D et F. Toutes sont construites différemment et donnent un effet bien à elles, il y a donc de bonnes chances pour qu’au moins une des coupes fasse votre bonheur. Pour ma part, je n’ai testé que les coupes K et A. Pour des informations plus détaillées sur les autres constructions, je recommande cet article de la merveilleuse Miss Underpinnings qui a la chance d’avoir une collection de soutiens-gorges Avocado bien plus conséquente que la mienne.

La coupe K est celle qui soulève le plus les seins. L’Albertine, dont je parlais plus haut, en fait partie. J’ai un autre soutien-gorge dans cette construction : le Vedette.

Je t'aime tant, Vedette, je t'aime tant

Je t’aime tant, Vedette, je t’aime tant

La capacité à « soulever les seins » dont je parle n’est pas forcément évidente avec l’Albertine, qui a ce bord en velours assez fermé, bien qu’il donne une jolie forme sous les vêtements. Le Vedette, bien qu’étant construit pareil, a un bord supérieur bien plus ouvert. Ce que j’essaie maladroitement de vous dire, c’est que ce soutien-gorge fait un décolleté de bonnasse. Le soutien-gorge en lui-même est magnifique, très délicat, la dentelle est ouf et tout ce que vous voulez, mais il est surtout très doué pour mettre en valeur. Le Vedette que j’ai est une taille trop petit pour moi, alors l’effet est sûrement exagéré, mais il remonte pas mal les seins et euh, voilà. Dans le jargon, on appelle ça un décolleté « gâteaux sur une assiette », quand les seins sont mis en valeur en étant soulevés, par opposition au décolleté « raie du cul » (ah ben oui, certaines métaphores sont moins poétiques que d’autres), où les seins sont mis en valeur en étant écrasés l’un contre l’autre. Pour ma part je préfère largement le premier au second, d’autant que le décolleté raie des fesses est généralement le signe d’un soutien-gorge trop petit. Qu’on se comprenne bien, il ne s’agit pas d’un décolleté qui se verra sous les vêtements (sauf pour des hauts à col très profond à la limite), vous aurez juste vraiment l’air canon quand vous vous baladerez en sous-vêtements chez vous. Et ça, c’est important.

La coupe A, quant à elle, est beaucoup plus naturelle. Elle arrondit le sein mais ne le soulève pas autant que la coupe K. Le soutien-gorge que je possède dans cette construction est le Kyoto.

Pour la femme élégante et discrète que tu n'es pas

Le Kyoto, pour la femme élégante et discrète que tu n’es pas

Le Kyoto est vraiment très joli, avec comme d’habitude beaucoup de détails. Il est classe et reste discret sous les vêtements. Je l’ai en « Caramel » mais il existe en plusieurs coloris, donc si ça peut être pas mal si vous cherchez un ensemble dans une couleur proche de celle de votre peau. Tout le monde ne sera pas forcément fan des fleurs mais moi ça me plaît et c’est différent de tout ce que je possède d’autre, c’est mon soutien-gorge de dame quand j’en ai marre d’être un bébé qui porte des soutifs avec des petites poupées russes dessus.
Plein de gens formidables ont essayé le Kyoto, dont Windie de chez Undiegamer, qui l’a même testé deux fois et à nouveau The Lingerie Lesbian. Donc si vous voulez voir des photos un peu plus parlantes, allez donc y jeter un coup d’œil.

Avocado, c’est pas si compliqué

Comme il s’agit d’une marque polonaise, Avocado utilise les tailles européennes, qui sont à la fois différentes des tailles britanniques et des tailles françaises, CAR LE CONCEPT D’EUROPE N’EST PAS DÉNUÉ DE COMPLEXITÉ. Donc au début, c’est un peu perturbant. Mais en fait, c’est pas si difficile de trouver sa taille. Attention, la méthode que je m’apprête à expliquer est propre à Avocado et utilise le tableau des tailles maison de la marque, donc il y a de fortes chances pour que votre taille européenne chez Avocado ne fonctionne pas chez d’autres fabricants, même ceux qui utilisent aussi des tailles EU. Tout cela est très compliqué.

Alors, la première étape est de déterminer son tour de dos et c’est plutôt facile. Un 75FR/28UK est un 60 chez Avocado. Un 80FR/30UK est un 65, un 85FR/32UK est un 70, un 90FR/34UK est un 75, un 95FR/36UK est un 80 et ainsi de suite jusqu’au 120FR/46UK/105EU. Mon tour de dos en taille française est 75, il me faut donc un 60 chez Avocado. Les bandeaux des soutiens-gorges polonais ont tendance à tailler ferme donc, si vous êtes entre deux tailles niveau dos, mieux vaut arrondir au tour de dos supérieur.

Pour trouver sa taille de bonnet, c’est un peu plus technique mais loin d’être insurmontable. Il suffit de se munir de votre tour de poitrine, en centimètres. Attention, il faut prendre le tour de poitrine qui, pour vous, marche le mieux pour déterminer votre taille de bonnet. Il peut s’agir de votre tour de poitrine debout, couché ou penché, voire d’une moyenne de deux de ces mesures, si vous êtes passés par le guide vous savez de quoi je parle. Pour ma part, je prends mon tour de poitrine penchée : 35 pouces, soit 88,9 centimètres.

Le tableau des tailles fourni sur le site d'Avocado

Le tableau des tailles fourni sur le site d’Avocado

Regardons maintenant notre tableau. Dans la ligne des 60, qui est le tour de dos que j’ai établi à partir de mon 28UK/75FR, quelle est la valeur qui se rapproche le plus de mon tour de poitrine de 88,9cm ? Le G correspond à 90cm, donc je pense qu’on est plutôt pas mal. Il me faut donc un 60G chez Avocado. (Je porte mon Kyoto en 60G là tout de suite et je confirme que c’est la bonne taille)

Au pire, si vous galérez vraiment à trouver votre taille, vous pouvez toujours vous tourner vers le service client.
(HIN HIN HIN TRANSITION)

Avocado, c’est une boîte avec un service client super pipou

La première fois que j’ai commandé chez Avocado, leur site venait d’ouvrir et j’ai eu un bug au moment de valider la commande, bref, j’ai dû envoyer un mail au service client pour qu’ils me laissent payer en utilisant LE PAYPAL. J’envoie donc mon mail en anglais, peperlito. Je reçois une réponse extrêmement rapide et polie et… en français. Un français pas parfait, mais largement compréhensible. Leur mail se terminait de la façon suivante : « PS. Je suis tres heureuse d’avoir la possibilite de parler en francais. Si vous avez des questions n’hesitez pas de m’envoyer un e-mail. » Est-ce choupi ou est-ce choupi ? Je crois que c’est choupi. J’ai trouvé ça adorable de leur part de faire l’effort de répondre en français (alors que j’avais rien demandé), du coup j’en ai profité pour demander à la personne (Paulina, pour ne pas la nommer) quelle taille elle me recommandait à partir de mes mensurations et elle a su très bien me conseiller. Et à chaque fois que je passe commande, je reçois un petit message personnel de Paulina « Je suis heureuse d’informer que votre ordre ete envoye aujourd’hui », suivi du numéro de colis. C’est peut-être pas grand chose, mais j’apprécie beaucoup.
Avocado est une petite entreprise, parfois il leur faut quelques jours entre le moment où la commande est passée et celui où elle quitte leurs locaux. Toutes leurs tailles ne sont pas toujours en stock, il arrive qu’ils doivent attendre du côté de leur usine qu’un modèle à la bonne taille finisse d’être fabriqué. On est pas chez Amazon, il leur faut généralement cinq jours pour expédier une commande, mais le service client tient au courant à chaque étape. Et une fois que le colis est expédié, il arrive très vite, la Pologne c’est pas loin. Et l’emballage est bien entendu impeccable : les articles sont dans du papier de soie et le tout est mis dans une enveloppe à bulles qui rentre dans la boîte aux lettres, histoire de pas avoir à se taper le pèlerinage jusqu’au bureau de poste. Pipou de bout en bout.

Avocado, c’est plutôt raisonnable, finalement

Bon, avec tout ça, on a pas vraiment parlé du prix. L’Albertine à douze euros ne reflète pas vraiment les prix généralement pratiqués par Avocado. Il y a quelques modèles autour de soixante-dix euros, mais globalement les prix gravitent autour de cinquante euros pour un soutien-gorge. Cependant, il y a beaucoup de modèles soldés autour de trente euros et les ensembles les plus chers bénéficient souvent de soldes ponctuelles. Pour ma part, je guette les promotions et je m’en sors pour trente à trente-cinq euros par soutien-gorge. C’est une somme mais, pour le même prix, vous pourriez avoir un soutien-gorge Etam qui ne vous va pas du tout donc c’est pas si mal. Ce sont à peu près les prix pratiqués par Princesse Tam-Tam pour un choix de tailles autrement plus vaste et, à mon sens, une qualité supérieure. Pour économiser, vous pouvez aussi explorer les soutifs en promotion entre douze et vingt-cinq euros ou vous abonner à leur newsletter, qui est en polonais mais présente l’avantage de n’être absolument pas intrusive (un unique mail à chaque opération promotionnelle, soit toutes les trois semaines environ, quand je vous dis qu’ils sont pipous). Ça demande un peu d’organisation pour obtenir un prix réduit, mais si vous avez les moyens de payer plein pot, je trouve que ça vaut quand même le coup. Vous aurez vraiment des articles de qualité qu’une marque française ou anglaise vous ferait payer plus d’une centaine d’euros, à votre taille.