Archives de Tag: Etam

Blue, blue, electric blue

Allez allez, aujourd’hui pas de bonjour, on passe direct au bifteck, à savoir un petit soutif pas piqué des hannetons, le Chloe de la marque Boux Avenue, en 28FF. Ça fait longtemps que j’ai pas publié sur le blog alors on a pas de temps à perdre, go go go !

P1320138

Boux Avenue est une marque anglaise de lingerie qui possède 24 magasins dans tout le Royaume-Uni. Elle me fait un peu penser à Etam dans le style de ses modèles, son positionnement milieu de gamme, la qualité de ses produits et la décoration de ses boutiques. La différence majeure, c’est que Boux Avenue a une offre bonnets profonds bien plus abondante. Là où on galère chez Etam pour trouver un bonnet E, Boux Avenue a beaucoup d’options jusqu’au bonnet G UK, équivalent d’un bonnet J FR.

La raison pour laquelle je n’ai jamais testé Boux Avenue jusqu’à maintenant, c’est que malheureusement leurs collections ne comportaient aucun modèle dans des tours de dos plus petits que du 30 UK, soit du 80 FR. Or pour moi, il faut du 75 ou rien. Cette saison, Boux Avenue a enfin décidé de tâter le terrain des petits dos en inaugurant deux soutiens-gorges en 75 FR/28 UK : un couleur corail disponible du 28C au 28F, et un bleu électrique disponible du 28C au 28G. Les deux sont dans la gamme appelée Chloe et ont des bonnets rigides recouverts de dentelle. Je pense que cette initiative doit être soutenue afin d’encourager cette marque (et d’autres !) à oser proposer des choses pour les plus petits tours de dos, alors j’ai tout fait pour m’en procurer un.

À gauche, le Chloe Lace Plunge Bra, disponible jusqu'au bonnet F. À droite, le Chloe Lace Balconette Bra, disponible jusqu'au bonnet G. (Crédit photos : Boux Avenue.)

À gauche, le Chloe Lace Plunge Bra, disponible jusqu’au bonnet F.
À droite, le Chloe Lace Balconette Bra, disponible jusqu’au bonnet G.
(Crédit photos : Boux Avenue.)

Ma taille étant le 28FF, j’ai acheté le seul soutien-gorge à ma portée, à savoir le balconette bleu. Un choix par défaut qui me va très bien, puisque d’abord j’aime pas le rose.
Ce soutien-gorge me tentait d’autant plus qu’il ressemble à s’y méprendre à un modèle de chez Etam qui n’est disponible que jusqu’au bonnet E et à partir du 85. J’ai donc sans m’en rendre compte lancé un défi à mon soutien-gorge Boux Avenue : serait-il capable de faire du Etam, mais à ma taille ?

Le soutien-gorge Glam corbeille d'Etam, sosie convaincant s'il en est

Le soutien-gorge Glam corbeille d’Etam, sosie convaincant s’il en est. (Crédit photo : Etam Lingerie)

On croirait pas comme ça, mais je suis une fille qui s’est approvisionnée en lingerie de manière quasi exclusive chez Etam pendant des années. Quand j’ai reçu le Chloe, j’ai tout de suite retrouvé ce dont j’avais l’habitude chez Etam. Le soutien-gorge a l’air plutôt solide, bien construit, avec des matériaux qui tiennent la route sans être exceptionnels. La dentelle est sympa mais pas à couper le souffle. Les finitions sont bonnes mais l’ensemble n’est pas d’une finesse folle. On est dans du bon milieu de gamme, de bonne qualité et sans prétention. Et mine de rien, c’est quelque chose qui me manque un peu depuis que je suis dans le territoire du bonnet profond, la possibilité de trouver pour pas très cher des soutiens-gorges pas dingues mais sympas et avec un bon rapport qualité/prix.

P1320142

Le premier truc frappant avec ce modèle (tellement frappant que j’aurais peut-être dû commencer par là, mais bon maintenant c’est trop tard), c’est cette couleur bleue VIBRANTE COMME BAISE. On est à mi-chemin entre le bleu marine et le bleu électrique, plus classe qu’un bleu pétard et plus fun qu’un bleu foncé classique. Ce sera pas forcément du goût de tout le monde, mais moi ça me rappelle ce vieux soutif en 90C de chez New Look que j’avais dans le temps et qui n’a jamais été à ma taille mais que j’aimais d’amour. J’ai encore la culotte assortie et, quand les nuits sont froides et solitaires, je la serre contre moi en pensant aux temps de jadis.

P1320144

Jusque là tout allait bien, mais niveau fit, ça s’est avéré pas top. Je l’ai souvent dit et je le répète, mais les bonnets rigides comme ça, c’est un peu le jeu du hasard. Le bonnet n’est pas d’un bloc, il est en trois parties et c’est plutôt une bonne chose car ça le rend plus adaptable. Mais il n’en est pas moins très épais et du coup pas si adaptable que ça. Ton sein a une forme, le bonnet en a une autre, il faut les emboîter, ça passe ou ça casse. Quand j’ai reçu le Chloe, ça n’est pas passé. Le haut du bonnet bâillait, problème ultra classique avec ce genre de soutien-gorge mais relou quand même. Je l’ai porté une ou deux fois, et c’était hyper désagréable car la partie bâillante des bonnets frottait sur ma peau. À la fin de la journée, j’avais MAL. J’ai donc un peu laissé ce soutien-gorge de côté pour l’oublier au fond de ma boîte à lingerie.

Et puis j’ai pris du poids.

Je suis passée d’un 28FF à un 28G. Tous mes soutiens-gorges, sauf une ou deux exceptions, sont devenus trop petits. J’ai profité de cette hécatombe dans ma collection de soutiens-gorges pour réessayer mes soutifs oubliés, dont le Chloe. Et là miracle, ça ne bâillait plus. Comme souvent, je manque un peu d’espace dans le bas du bonnet, mais globalement, il me va bien et il me va bien mieux. Pourtant, je considère que ce soutien-gorge taille comme un vrai 28FF, pas un 28G. Au niveau du tour de dos, on est sur un 28 UK/75 FR suffisamment ferme, rien à redire. Quant au bonnet, pour la forme de mes seins j’avais besoin d’un bonnet une taille en-dessous, mais je pense que ça m’est vraiment spécifique. C’est un enjeu important quand une marque étend sa gamme de tailles d’arriver à ce que les nouveaux modèles soient bien conçus, à la bonne taille et à la bonne échelle. Parfois, des marques pourtant de qualité font n’importe quoi dans certaines tailles, notamment pour les bonnets profonds et les petits tours de dos, et certaines se retrouvent coupées de manière totalement déconnante. Ce n’est pas le cas ici. Le 28FF de Boux Avenue est un vrai 28FF, avec une bande à la bonne longueur, des bonnets au bon volume, des armatures ni trop larges ni trop étroites.

Armature latérale et petite étiquette satinée : la rédaction apprécie.

Niveau prix, le Chloe est à 22£, soit un peu moins de 30€. Son jumeau de chez Etam était presque exactement au même prix. Quand je l’ai acheté, Boux Avenue faisait une offre spéciale avec le bas offert, donc pour moins de 30€ j’ai eu le soutien-gorge et le short assorti, ce qui est assez avantageux. Par contre je n’ai pas pris de photos du short en question, par pure flemme. Il est joli mais c’est le genre de short qui rentre grave dans les fesses donc c’est pas trop mon truc, même s’il reste plutôt confortable.

P1320140Mon expérience avec Boux Avenue fut plutôt convaincante. Le rapport qualité/prix est bon, le soutien-gorge bien conçu et le fait d’avoir pu trouver ma taille relève du petit miracle. J’ai vraiment eu l’impression d’avoir un clone de produit Etam entre les mains et ça m’a fait plaisir, même si objectivement ce n’est pas mon type de soutien-gorge préféré. Ça m’attriste un peu de savoir que ce genre de chose basique n’est absolument pas disponible en France et qu’aucune marque ne daigne avoir ne serait-ce qu’une unique option petit tour de dos + bonnet profond par boutique. Je trouve que Boux Avenue l’a joué plutôt safe en se limitant à deux soutiens-gorges en tour de dos 28 UK/75 FR avec des bonnets supérieurs à D sans aller dans l’ultra profond, et je pense que certaines marques françaises auraient largement les moyens de tenter une expérience similaire sans trop se mouiller. Le Chloe bleu électrique n’est plus disponible, mais Boux Avenue a continué sur sa lancée et propose désormais deux versions du soutien-gorge (une vert jade et une bleu mauve) en petits dos jusqu’au bonnet G UK, et pas moins de onze soutiens-gorges petits dos jusqu’au bonnet F UK. Je pars en vacances à Londres en septembre et je compte bien aller regarder directement ces nouveautés en boutique. Si vous voulez vous procurer du Boux Avenue sans traverser la Manche, vous pouvez faire votre choix sur leur site puis leur envoyer un mail pour passer commande car leur boutique en ligne ne propose pas directement la livraison internationale. Pour acheter le Chloe bleu électrique, j’ai préféré mettre la communauté à contribution et j’ai directement demandé à Chloe (oui, elle s’appelle comme le soutif) aka xuenylom, une contributrice anglaise du subreddit /r/ABraThatFits, de m’en acheter un en boutique puis de me l’expédier. Elle l’a fait avec plaisir car elle est vraiment très sympa et qu’elle porte elle-même du 75 et a à cœur de soutenir les marques qui en proposent. Si tester Boux Avenue vous intéresse, vous avez donc le choix entre la méthode Eurostar, la méthode officielle et la méthode copinage.

C’est tout pour moi aujourd’hui, alors à bientôt pour plus de dentelle et de bretelle ! ʕ; •`ᴥ•´ʔ

 

 

Publicités

Étape 7 : C’est la base (de tes seins)

Coucou les copains et les copines, ça faisait longtemps que je vous avais pas pondu un bon article bien technique et lourdingue pour apprendre à connaître votre poitrine dans la douleur, hein ? Ça vous a manqué ? Non ? Eh bien tant pis pour vous, car quand faut s’y mettre, faut s’y mettre. Aujourd’hui, on va parler d’un truc super important et dont j’ai déjà parlé à plusieurs reprises sans jamais l’expliquer en détail : la base des seins. (Les anglophones disent « breast root » mais je trouve que « racine » c’est bizarre. Je préfère « base », même si « racine » est pas trop mal non plus, c’est juste trop végétal à mon goût comme image.) Vous voyez comme je parle toujours de soutiens-gorges comme ayant des armatures trop larges ou au contraire assez étroites ? C’est à ça que je me réfère : la bonne correspondance (ou non) de l’armature des soutiens-gorges avec la base de mes seins. Aujourd’hui, si je m’y prends pas trop mal, vous allez tout comprendre. On y va ? On y va.

On peut avoir des seins avec une base plus ou moins large, même pour une forme et une taille similaires. (Crédit image : Busty Resources, le Wikipédia des seins)

Qu’est-ce que la base et comment la déterminer ?

La base des seins, c’est la partie du sein qui est attachée au torse, directement en contact avec le reste du buste. Ça a l’air plutôt simple dit comme ça, mais en fait elle n’est pas toujours évidente à déterminer. En bas, le pli infra-mammaire sert de limite à cette base, c’est généralement sans ambiguïté. C’est sur les côtés que ça se complique. Quand on essaie d’observer la racine du sein au niveau de l’aisselle, il peut être difficile de savoir où le tissu mammaire se termine et où la chair qui ne fait plus partie du sein commence. Selon la densité du tissu mammaire ça peut aussi devenir très casse-couilles d’avoir une vision claire de la chose.

Il y a plusieurs techniques pour bien observer sa racine. La première, c’est de se mettre torse poil et de se pencher en avant devant un miroir. Non seulement c’est rigolo, mais en plus vous aurez une vue bien claire de la zone à partir de laquelle le tissu pend, et si cette surface est petite ou grande. L’autre méthode, c’est de lever les bras devant un miroir. Personnellement, quand je lève les bras, la base de mes seins apparaît instantanément. Appuyer sur le sein aide aussi. Si vous avez un tissu mammaire très souple ou une poitrine plus grosse, vous pouvez même prendre un crayon à maquillage et tracer le contour de la base avec, soulever votre sein et bien marquer à l’endroit du pli infra-mammaire, et tout et tout. Comme ça vous aurez un tracé clair, un peu comme sur l’illustration ci-dessus (même si rien ne vous oblige à colorier vos seins entiers en vert).

Maintenant qu’on a bien fait le mariole devant la glace, qu’est-ce qu’on fait de ces informations ? À quoi ça sert de connaître la base de ses seins ? Est-ce que c’est si important ?

OUI.

C’est extrêmement important.

Les armatures d’un soutien-gorge sont censées épouser la base du sein. Et si on ne sait pas où est sa base, comment savoir si l’armature de son soutif lui correspond bien ?

(Crédit photo : Etam)

(Crédit photo : Etam)

Énormément de gens portent des soutiens-gorges qui n’épousent pas bien la base de leur seins et ne s’en rendent même pas compte. Je ne compte même plus le nombre de femmes que j’ai vu dire « mon soutien-gorge me va bien, je ne comprends pas pourquoi quand je prends mes mensurations le calculateur me donne une taille aussi différente ! » avant de poster une photo d’elles où leur soutien-gorge est totalement appuyé sur leur tissu mammaire.
Ça arrive évidemment quand le soutien-gorge a un bonnet trop petit, comme sur la photo ci-dessus. Ici, le bonnet est si petit que le bas de l’armature ne touche même pas la peau du mannequin. Au milieu à gauche, on voit que l’armature appuie sur son tissu au niveau de l’entre-bonnets, au lieu d’être bien à plat contre le sternum. À droite, on voit que ça appuie aussi sur le côté extérieur du sein, car l’armature devrait aller plus loin sous l’aisselle. En portant des soutiens-gorges comme ça, pas étonnant qu’autant de personnes finissent par détester les armatures. Heureusement, comme la bande est bien trop grande, ça n’appuie pas trop fort et empêche le port d’un tel soutif d’être trop douloureux pour la jeune femme. Mais même si ça ne fait pas forcément mal, ça reste complètement inutile. Les armatures n’étant pas où elles devraient être, la poitrine du mannequin n’est ni soulevée ni maintenue. Pour rigoler, on appelle parfois ça un nipple hat (« chapeau pour tétons », s’il faut traduire), c’est-à-dire un soutif qui vient juste se poser là et ne fait rien.

Aïe.

Cette photo de Christina Hendricks est un autre exemple fabuleux de bonnet tellement petit que les armatures se posent en plein sur le sein au lieu de l’encapsuler. Avec le jeu d’ombres on peut distinguer à peu près où se trouve la racine de son sein gauche et à quel point l’armature de ce pauvre bonnet en est loin. Pour les deux femmes ci-dessus, la solution est évidente : un bonnet (beaucoup) plus grand, un tour de dos plus petit, et le souci serait réglé. Le problème vient de la taille du sous-vêtement, pas de sa forme. Malheureusement, ce n’est pas toujours aussi simple.

Base large ou base étroite ?

La base des seins, comme tout le reste, est un spectre. Il y a les gens aux bases étroites, ceux aux bases larges, et ceux qui se trouvent quelque part entre les deux. Les bases larges ont besoin d’armatures larges, les bases étroites ont besoin d’armatures étroites. Logique.

En théorie, tout ça peut avoir l’air un peu flou, et c’est normal. C’est la pratique qui vous aidera le mieux à déterminer votre forme. C’est en essayant une foultitude de soutifs trop larges que vous vous rendrez compte que vous avez des racines étroites. C’est en essayant une foultitude de soutifs trop étroits que vous vous rendrez compte que vous avez des racines larges. Mais c’est pas pour autant qu’il faut s’épargner la théorie, alors allons-y.

Seins à base large (Crédit image : Bratabase, le Pokédex des soutiens-gorges)

Commençons par parler des personnes aux bases larges. Vous pouvez avoir une racine large quelle que soit votre taille, mais si vous avez une petite poitrine peu projetée, alors il y a une probabilité encore plus forte pour que ce soit votre cas. Si vous avez l’impression d’avoir du tissu mammaire jusque sous les bras, vous êtes peut-être dans cette situation.

Les armatures trop étroites peuvent être catastrophiques car elles poignardent la poitrine. C’est inesthétique, ça ne maintient rien, ça déplace le tissu mammaire et ça peut faire affreusement mal.

Vous vous souvenez dans l’article sur la projection quand je vous parlais de l’effet orange in a glass ? Eh bien cet effet est intimement lié à la largeur de la base. Un bonnet à la bonne taille, voire trop petit, mais trop étroit peut donner l’illusion d’être trop grand, alors que c’est juste un souci de forme. Le tissu mammaire qui s’échappe sur les côtés alors que le reste du bonnet n’est pas rempli est un symptôme typique. Ce n’est pas qu’il est trop grand, mais que le sein n’arrive tout simplement pas à s’y loger. Vous ne pouvez pas faire rentrer une orange dans un verre, il vous faut un récipient avec une ouverture plus large, comme un bol. Eh bien si vous avez les racines larges, vos seins sont des oranges et les bonnets des soutiens-gorges trop étroits sont des verres. Quelle que soit la contenance du verre, si l’ouverture est trop petite, l’orange ne le remplira jamais. Un autre signe d’armatures trop étroites est le soutien-gorge qui laisse des marques sur le tissu mammaire, c’est même un des pires signes possibles.

Seins à base étroite (Crédit image : Bratabase)

Parlons ensuite des bases étroites. C’est ce que je connais le mieux, puisque c’est mon cas. La racine étroite va souvent de pair avec une poitrine projetée, mais ce n’est pas nécessairement le cas, toutes les combinaisons sont possibles (et normales). Le tissu mammaire des personnes aux bases étroites s’arrête juste avant l’aisselle, ou se poursuit sous l’aisselle mais sur un ou deux centimètres seulement.

Les armatures trop larges sont le fléau de mon existence et peuvent représenter un niveau d’inconfort variable. Pratiquement tous mes soutiens-gorges ont des armatures trop larges et pour la plupart, ça passe, je vis avec sans difficulté, même si ça a tendance à aplatir les seins. Mais quand les armatures sont vraiment trop larges, là c’est gênant. Déjà, des armatures qui n’épousent pas bien la racine du sein, c’est un maintien moins satisfaisant. Mais surtout, quand les armatures partent trop loin sous l’aisselle, ça veut souvent dire qu’elles appuient sur les côtes et ça fait vraiment mal.

On reconnaît aisément les armatures trop larges aux marques laissées par le soutien-gorge, qui souvent s’éloignent de la base sur le côté pour partir loin sous l’aisselle, comme sur cette photo. On assiste à un effet orange dans un verre inversé, qu’on appelle parfois aubergine dans un bol : un bonnet dont l’espace est mal réparti, avec souvent un manque de projection mais de l’espace vide sur le côté.

Des marques aux armatures les plus étroites (en violet) aux plus larges (en rouge)

Trouver son bonheur

Là où ça se complique réellement, c’est pour trouver un soutien-gorge qui correspond à la largeur de sa base. Le tableau ci-dessus est une ressource classique utilisée sur r/ABraThatFits et qui permet d’avoir une idée générale de quelles marques font des armatures larges ou étroites, mais il est un peu daté et incomplet.

En réalité, il serait impossible de produire une version parfaite de ce tableau. Même au sein d’une même marque, les armatures ne seront pas forcément toujours larges ou étroites d’un modèle à un autre. Et pour un même modèle, les armatures pourront être très larges ou très étroites d’une taille à l’autre. C’est très difficile de s’y retrouver. Certaines marques sont connues pour leurs armatures très étroites, comme les polonaises Avocado et Comexim. D’autres, comme Bravissimo ou Tutti Rouge, sont connues pour leurs armatures fort larges. Mais une marque comme Ewa Michalak, connue pour ses bonnets étroits, a quand même quelques modèles qui dérogent à cette règle. En général, la plupart des marques ont des armatures de largeur plutôt moyenne. Comme toujours, rien ne vaut un bon vieil essayage.

Crédit image : Bratabase

Crédit image : Bratabase

Le meilleur outil pour espérer s’y retrouver avant d’acheter, c’est Bratabase. Le site est alimenté par ses utilisatrices et utilisateurs, qui y entrent les mensurations de leurs soutiens-gorges. Parmi ces mensurations figure la largeur du bonnet (Cup width), soit la distance d’une extrémité à l’autre d’une armature. Si un soutien-gorge figure dans la base à notre taille, on peut ainsi savoir s’il aura des armatures trop larges ou pas.

Cup width Avocado Kyoto VS Freya Active

À titre d’exemple, j’ai mis côte à côte les mensurations de deux soutiens-gorges de tailles comparables, l’Avocado Kyoto en 60G et le Freya Active en 28FF. (J’utilise Bratabase en pouces parce que c’est dans cette unité de mesure que je prends mes mensurations, mais vous pouvez tout faire en centimètres ou même passer de l’un à l’autre sans problème.) Le Kyoto, plutôt étroit, a une largeur de bonnet de 4.8 pouces, soit 12,2 cm environ. Le Freya Active, très large, a des bonnets de 6.3 pouces de large, soit environ 16 cm. Si vous avez réussi à trouver un soutien-gorge qui vous convient bien, mesurez-le, entrez-le sur Bratabase et mettez-vous en recherche de modèles aux mensurations similaires !

Pour finir ce billet, je vous donne le lien de deux articles du blog Venusian Glow qui m’avaient bien aidée à l’époque où je n’arrivais pas à comprendre la forme de la racine de mes seins :

Bon courage et à bientôt ! ❤⃛ヾ(๑❛ ▿ ◠๑ )

Test : Guides des tailles et autres calculateurs

Avant de découvrir la méthode ABraThatFits puis d’ouvrir ce blog, j’étais perdue. Aucun soutien-gorge ne m’allait vraiment, je n’avais aucune idée claire de ma taille, c’était le bazar. Dans les moments de doute mammaire, je me raccrochais à ce que je pensais être un îlot de clarté et de précision dans ce monde de flou : les guides des tailles et autres calculateurs fournis par les marques sur leurs sites internet. Car les chiffres c’est cool, c’est chouette, c’est rassurant.
Maintenant, je connais ma taille et je la calcule moi-même sans aide extérieure et il y a bien longtemps que j’ai cessé de m’intéresser à ces outils. Il est donc temps de mener une petite expérience et de voir s’ils sont capables de s’approcher un peu de ma véritable taille.

Calculateurs, guides et autres tableaux, montrez-moi ce que vous avez dans le ventre. Je suis prête.

Témoin : Bra Size Calculator

Bon, d’abord, pour savoir qui se trompe et qui a raison, voyons ce que c’est que ma taille. Je porte du 28FF ou du 28G (taille britannique), mais plus généralement du 28FF. En bref, je fais un gros 28FF, voilà. En taille française, ça pourrait donner quelque chose comme du 75H si quelqu’un en France se donnait la peine de fabriquer cette taille. Toutefois, mon tour de dos a tendance à rétrécir constamment et je sens que je suis maintenant plus proche d’un 26G/GG que d’un 28FF/G. Si un calculateur me donnait une de ces quatre tailles (26G, 26GG, 28FF ou 28G ou bien leur équivalent converti en taille française), je considérerais donc qu’il a réussi sa mission. La marge de manœuvre est assez importante et je suis quelqu’un d’indulgent, alors il y a de la place pour les bonnes surprises.

Mes mensurations telles que je les ai prises le plus récemment sont les suivantes (je les mets toutes histoire d’être totalement parée au combat, mais à mon avis peu de guides en demanderont plus de deux) :

Tour de dos : 26 pouces = 66 centimètres
Tour de dos méga serré de la mort : 25″ = 63,5 cm
Tour de poitrine debout : 34.75″ = 88,3 cm
Tour de poitrine penchée en avant : 36.3″ = 92,20 cm
Tour de poitrine allongée : 34.25″ = 87 cm

Pour mon échantillon témoin (il en faut toujours un, j’ai eu 4/4 à mes TP de SVT en terminale alors faites-moi confiance), j’ai choisi le calculateur de www.brasizecalculator.tk. Ce calculateur a été conçu par une utilisatrice du subreddit /r/ABraThatFits avec la collaboration de multiples utilisateurs, il est sans cesse mis à jour et amélioré et c’est sans doute le meilleur trouvable sur internet.

Puisqu’il utilise les méthodes d’ABTF, le calculateur réclame cinq mensurations pour calculer une taille. Voilà ce que ça donne quand je les lui soumets.

Taille donnée : 26GG/H avec pour tailles soeurs 28G/GG et 24H/HH
Verdict : 8,5/10

Comme on pourrait s’y attendre, c’est pas mal du tout. Il est à peu près certain qu’un 26H et un 28GG seraient trop grands pour moi, mais le 26GG ou le 28G sont parfaitement réalistes et justes. Le seul souci c’est que le calculateur prend en compte mon tour de poitrine penchée en avant, qui a tendance à un peu me surestimer du fait de la forme de ma poitrine. A l’inverse, mon tour de poitrine debout a tendance à me sous-estimer. J’ai remarqué que la moyenne de ces deux mesures était souvent la plus pertinente dans mon cas pour calculer ma taille, je vais donc la noter pour plus tard. Comme ça, si on me demande mon tour de poitrine, c’est celui-là que j’utiliserai.

Moyenne tour de poitrine debout + poitrine penchée en avant = 35.52″ = 90,22 cm

Voilà. Nous avons notre échantillon témoin, qui servira à prouver que ma taille existe et que, même si aucun outil n’est jamais parfait, elle est tout à fait calculable. En route pour l’aventure, maintenant.

Candidat n°1 : Etam Lingerie

Notre premier test portera sur Etam, gros poisson du soutif s’il en est. Rappelons que, la dernière fois que j’ai demandé de l’aide à une vendeuse Etam pour me mesurer, elle m’a mis dans du 85C puis dans du 85D quand elle a réalisé que moins de 50% de mes seins tenaient dans le bonnet. Ce qui était un peu moins pire mais toujours dramatique. Voyons ce qu’il en est sur leur site.

Leur guide des tailles correspond à un petit tableau très simple et clair. Première bonne surprise : il contient des tailles qu’Etam ne fabrique pas (comme le 80E) et a donc la bonne foi de reconnaître implicitement qu’Etam ne vend pas toutes les tailles de soutien-gorge qu’il est possible de faire. Et donc qu’on peut potentiellement faire une taille qu’ils n’ont pas et avoir besoin d’acheter ailleurs. Plutôt cool.

guide des tailles etam

Okay, voyons voir pour ma pomme, maintenant. Mon tour de dos est de 66 cm, entre 63 et 67 cm, donc, ce qui correspondrait à du 80. Quant à ma moyenne des tours de poitrine, de 90,22 cm, elle est trop grande pour trouver une correspondance dans la colonne de mon tour de dos. Mon tour de poitrine debout « normal », de 88,3 cm, est apparemment trop grand aussi. Bon. Impossible de savoir ma taille, mais apparemment ce serait du 80 quelque chose. Je porte du 75 au crochet le plus serré donc c’est pas super mais c’est pas non plus horrible, ils auraient pu me mettre dans du 90. Par contre, le tableau est donné un peu sèchement et ne précise pas que d’autres tailles existent, ça donne un peu l’impression que rien n’existe en-dehors du tableau et ça laisse un sentiment pas terrible. Je fais quoi avec ma poitrine de 88-90 cm maintenant ?

Taille donnée : 80?
Verdict : Pas terrible/10

Candidat n°2 : Princesse Tam-Tam

Le site de Princesse Tam-Tam ne possède pas de tableau mais un calculateur qui demande deux mensurations : le tour de poitrine et le tour de dos sous le buste, sous forme de nombres entiers.

Premier essai. J’entre mon tour de dos, 66 cm. Puis, un peu étourdie, je mets mon tour de poitrine penchée (92 cm) au lieu de ma moyenne de 90 cm. Voilà le résultat.

HAHAHAHAHAHA je vais tous vous tuer

HAHAHAHAHAHA je vais tous vous tuer

Prise d’une terrible panique, je m’empresse de corriger mon tour de poitrine et de le remplacer par 90 cm. Le calculateur me donne alors du 80E. C’était moins une, dites donc, à deux centimètres près ma poitrine n’existait plus ! J’ai pas intérêt à prendre de poids dans les seins, sinon les conséquences pourraient être fatales. Bien foutu, le calculateur me propose même des petits liens pour « découvrir les sélections lingerie et maillots en 80E ». Je clique, curieuse et jouasse, mais le site m’affiche pour seul message que « Nous sommes désolés, aucun article ne correspond à votre recherche ».

J’ai vraiment eu l’espoir de voir du choix en bonnet E chez Princesse Tam-Tam, je ne sais pas ce qui m’a pris et maintenant je pleure de déception.

Bon, cette fois nous avons une taille complète : 80E. C’est toujours à côté de la plaque, mais c’est toujours loin d’être une catastrophe absolue. Par contre, heureusement que j’ai arrondi à 90 cm, parce qu’à partir de 91 ma taille n’est plus calculable. Ce qui est stupide, parce que leur calculateur permet d’entrer un tour de poitrine jusqu’à 110 cm. Et c’est même pas comme si c’était une volonté de caser toutes les femmes dans les tailles qu’ils fabriquent, puisque Princesse Tam-Tam ne te filera jamais de 80E même dans tes rêves les plus fous. Ça fout juste les boules gratuitement, sans rapporter un potentiel centime à la marque. A nouveau, ça renforce l’idée que ton corps est anormal et fait buguer leur machine par sa difformité. Genre : « de telles mensurations ne peuvent pas exister, vous vous êtes forcément gourés dans votre prise de mensurations parce que clairement c’est pas possible d’être foutu comme ça, veuillez rentrer des chiffres différents svp ». Et franchement, je suis vexée.

Taille donnée : 80E
Verdict : Plus qu’un centimètre et ma poitrine cesse d’exister/10

Candidat n°3 : Darjeeling

Tout le monde croit que je déteste Darjeeling. C’est faux. J’adore plein de trucs que fait Darjeeling et j’aimerais vraiment qu’ils aient ma taille. Ce n’est hélas pas le cas, mais peut-être qu’au moins ils sauront la calculer. Je rappelle à toutes fins utiles que, quand j’ai voulu me faire mesurer chez Darjeeling, la nana m’a regardée à travers mon t-shirt et annoncé que j’étais « un 95B ou un 90C ». J’en fais encore des cauchemars. Au moins, c’est sûr et certain que leur site ne pourra pas faire pire que ça.

Comme Etam, Darjeeling fait simple et prodigue ses conseils taille sous forme de tableaux.

A croire que le 75 n’existe pas, comme d’hab.

Une fois de plus, je me retrouve en 80. C’est toujours pas ma taille mais N’OUBLIONS JAMAIS LA NANA QUI M’A FAIT ESSAYER UN 95B, on part de loin.

Petit moment d’appréciation devant ce tableau, s’il vous plaît. Il va jusqu’au G et c’est pas des conneries, Darjeeling a bien du choix en bonnet G. C’est pour ce vrai. Pas des blagues. Juré. Bon, par contre, moi avec ce tableau je me retrouve en 80E, 80F si on veut pousser mémé dans les orties. Plus ou moins comme chez Etam et Princesse Tam-Tam sauf que Darjeeling, eux, ont des modèles en 80E et 80F ! Ils en ont pas énormément mais ils en ont ! Des modèles plutôt jolis, même ! Qu’ai-je donc pris le temps de faire avant d’envoyer cet article ? J’ai déplacé ma noble gorge jusqu’au Darjeeling le plus proche de mon logis, j’ai chopé un 80E et un 80F et ai filé en cabine discretos en essayant d’éviter la vendeuse sadique au 95B. Je savais pertinemment que ce n’était pas ma taille mais je voulais tester quand même par acquis de conscience et j’ai été déçue. Bon, évidemment, le tour de dos était trop grand, mais c’était prévisible. Le 80E était trop petit au niveau du bonnet, en revanche le 80F était plutôt correct et contenait toute ma poitrine sans quadboob. Le souci, c’est que leurs bonnets sont extrêmement larges et donc très inconfortables pour moi. Il y a à mon sens un réel souci dans la construction-même du soutien-gorge pour se retrouver avec des armatures aussi larges qui partent aussi loin dans le dos. Je pense donc que même si j’avais été un vrai 80E ou 80F, ce ne serait pas passé. Dommage, parce que ce sont des tailles assez rares et difficiles à trouver dans le commerce, ce serait vraiment bien qu’elles soient bien faites.

Taille donnée : 80E
Verdict : Bien essayé/10

Candidat n°4 : Victoria’s Secret

Dans la communauté du bra fitting, essentiellement anglophone et américaine, Victoria’s Secret est une sorte de force supérieure maléfique. Rapport qualité/prix pourri, méthodes de mesure absurdes, image merdique des femmes, on leur reproche beaucoup de choses. Sauf que Victoria’s Secret domine largement le marché américain en matière de soutiens-gorges, c’est donc un ennemi extrêmement coriace. Je n’ai jamais acheté de lingerie chez eux (je suis en revanche une grande fan de leurs trousses de toilette (c’est pas des sarcasmes)) mais ma curiosité a été piquée et j’ai décidé de tenter de me mesurer selon leurs standards.

Première excentricité qui fait hurler les Américaines qui savent mesurer des seins : pour calculer le tour de dos, les vendeuses Victoria’s Secret mesurent au-dessus des seins. Pas là où le bandeau du soutien-gorge doit être mais sur le haut du buste, en faisant passer le mètre-ruban juste sous les aisselles. C’est une aberration mais j’ai quand même pris la mensuration pour la science : 32″, soit 81,28 cm. On est loin des 66 cm de mon dos et je sens la catastrophe venir à grands pas.

J’entre ça dans leur calculateur avec mon tour de poitrine debout et il me dit que ma taille est 32C, soit du 85C. Je hurle. LE 85C JE METS UN TIERS DE MES SEINS DEDANS A TOUT CASSER, EST-CE UNE BLAGUE ? Je décide alors de niquer la police et de remplacer ce 32″ absurde par la vraie taille de mon dos à l’endroit où je suis censée porter mon soutif, à savoir 26″. Je ne compte pas porter mon soutien-gorge à l’envers avec le bandeau juste en-dessous des clavicules alors j’estime être dans mon bon droit.

"Veuillez entrer une taille de dos entre 30 et 40"

« Veuillez entrer une taille de dos entre 30 et 40 »

Ce gros bâtard refuse mon 26 et n’accepte que des mensurations entre 30 et 40 pouces, sinon ça ne marche pas. Sympa pour les gens qui ne rentrent pas dans cette fourchette. Qu’à cela ne tienne, je ressors mon mètre et je remesure sous mes aisselles. C’est la partie haute du tissu mammaire, donc c’est un endroit assez mou et en serrant un peu plus le mètre j’arrive sans problème à mesurer 30 pouces (en serrant très fort je descends même en-dessous de 27″ à cet endroit). Voilà, cette fois on va dire que je mesure 30″ et on va voir ce que ça me dit.

Vous le faites exprès, sérieux.

Vous le faites exprès, sérieux.

« Nous avons du mal à trouver votre taille. Réessayez ou rendez-vous dans votre magasin le plus proche ». Réessayez ? Réessayez quoi ? Tu veux que je me remesure encore en espérant que mon corps ait changé entretemps ? La légende était vraie, ce truc est une catastrophe et je ferme mon onglet de rage. Adieu.

Taille donnée : 32C
Verdict : Je veux mourir/10

Candidat n°5 : Orcanta

Vous serez ravis (ou pas, d’ailleurs, mais moi j’étais ravie) d’apprendre qu’Orcanta a refait son site internet, ce qui est une très bonne nouvelle. Leur calculateur de taille tout nouveau tout beau est clair, intuitif et fluide.

Tout d’abord, le site me demande si je possède un mètre-ruban. BICHE STP, évidemment que j’ai un mètre-ruban. On me réclame alors deux mesures, le dos et le tour de poitrine debout, en décrivant la position à adopter à chaque fois. Il y a des coquilles dans leurs petits textes explicatifs, mais je suis pas là pour jouer les relectrices. J’entre mes mensurations et j’obtiens ceci :

Ok.

Ok.

La taille est à côté mais c’est mieux que chez Princesse Tam-Tam et compagnie et j’apprécie quand même le ton du truc, pas trop définitif ni péremptoire. Je le prends comme un « ok, on a calculé cette taille-là mais après c’est pas forcément ça non plus, rien ne vaut l’essayage et on fait des calculs, pas de la magie ». C’est très cool de le formuler ainsi.
Après cela, il y a deux boutons : un bouton « Voulez-vous voir des produits à votre taille ? » qui ne mène vers rien car il n’y a rien chez Orcanta en 80F. Ce n’est pas une surprise mais ça reste super agaçant. Faites un message « Désolés, nous n’avons pas votre taille de soutien-gorge mais vous pouvez acheter un pyjama ou une culotte si le cœur vous en dit », ce serait plus sympa, c’est pas compliqué et ça éviterait les déceptions inutiles. L’autre bouton propose de faire un questionnaire pour recevoir une sélection personnalisée, mais ne mène à rien non plus car cette partie du site est encore en construction. Bon.

Si jamais vous n’avez pas de mètre à mesurer, le calculateur procède autrement en essayant de déceler les défauts de fit des soutiens-gorges que vous avez déjà, un peu à la manière du quiz de la marque True & Co. L’idée n’est pas mauvaise mais dans les faits, ça coince. En effet, le site me demande le nom de ma marque de lingerie préférée en fournissant une liste de marques parmi lesquelles aucune ne produit ma taille. Gênant. Ensuite, il me demande la taille que je porte, du 70 au 100, bonnets A, B, C, D, E, F ou G. En taille française je fais du 75H, donc je ne sais pas trop quoi faire. C’est bien d’intégrer la possibilité de déclarer qu’on fait du 70, mais si c’est pour ne prendre en compte ni les bonnets plus profonds que du G français ni aucune des marques dans le monde qui produisent des soutiens-gorges en 70, j’ai du mal à voir l’intérêt. Pour la science, j’ai donc décidé de me mettre dans la peau de mon moi du passé et de dire que je porte du 90C de chez Darjeeling.

orcantURGH

I am NOT amused

Je fais ensuite leur petit test en leur indiquant tous les problèmes que j’ai en 90C : bretelles qui glissent, bonnet qui scie le sein, bordel absolu.

Sans déconner ?

Sans déconner ?

Fin observateur, le site m’indique que le 90C ne me va pas. Merci les copains mais même quand j’y connaissais rien en soutiens-gorges je l’avais déjà remarqué toute seule. C’est sûrement une bonne chose qu’ils ne suggèrent pas de taille de remplacement sur la base d’un quiz aussi vague mais du coup je ne suis pas beaucoup plus avancée. Un petit texte m’indique quand même que ce serait bien que j’essaie un bonnet plus grand et un tour de dos plus petit. Ça pisse pas bien loin mais le conseil est bon, c’est déjà pas si mal.

Taille donnée : 80F
Verdict : J’ai un peu eu l’impression de perdre mon temps sur la fin mais tout compte fait c’était pas trop mal/10

Conclusion

Alors, quelle est la conclusion de cette expérience ? Sans surprise, aucune des marques testées n’est capable de s’approcher de ma taille, mais au moins on évite la catastrophe absolue (à part chez Victoria’s Secret) et aucune n’a osé me suggérer du 90 ou du 95. Celle qui s’approche le plus de ma taille est Orcanta, mais même là c’est insatisfaisant. Je ne peux pas porter quelque chose de plus grand que du 75. J’aimerais bien car il y a beaucoup plus de choix à partir du 80 mais c’est tout simplement trop grand pour moi, ça ne maintient rien et je ne peux pas transiger sur ça. Il faut vraiment arrêter de se comporter comme si le 75 (ou le 70, d’ailleurs) était une taille qui ne peut pas exister chez les adultes.

Pourquoi je fais tout ça ? Pour prouver qu’il ne faut faire confiance à personne et être en VIGILANCE CONSTANTE. Je fais ça parce que figurez-vous que je le vois quand vous parlez de ce blog. Je vois des gens enthousiastes qui le relaient sur des forums et qui se voient répondre « Euh, mais c’est pas possible puisque le calculateur d’Etam a dit que je faisais du 85A » et ça me rend dingue cette confiance aveugle accordée à des marques qui n’ont même pas assez de tailles en stock pour aller à la moitié des femmes. Ça me rend dingue d’avoir passé deux semaines en vacances dans un pays chaud, où les femmes étaient assez légèrement vêtues pour que je remarque que la quasi totalité d’entre elles portaient un soutien-gorge avec un tour de dos trop grand. Ça me rend dingue que la majorité des gens, y compris la vendeuse de lingerie moyenne, s’imagine une fille rachitique avec une énorme paire de loches quand on lui parle de 28FF/75H. Ça me rend dingue car en s’acharnant à perpétuer des clichés de chie on rend encore plus difficile la tâche des quelques marques qui osent fabriquer des tailles considérées comme rares. Et ça me rend dingue quand tu as ton poom poom short, mais ça c’est un autre problème.

Puisque vous insistez : où trouver des soutiens-gorges sans armatures

Salut les amis ! Ça va, vous ? Vous avez pensé à vous mesurer la poitrine ce mois-ci ? J’espère que oui car cette fois on va vraiment parler du choix qu’on a quand on cherche un soutien-gorge sans armatures pas trop dégueulasse. Sans (trop) se plaindre. Si vous n’avez pas lu mon précédent article, vous êtes punis et vous n’avez pas le droit de lire celui-ci. Si vous l’avez lu, alors vous pouvez continuer et je vous fais des bisous tout doux.
Avant qu’on commence, un petit avertissement : dans cet article, je mettrai des liens pour se procurer tous les soutiens-gorges dont je parlerai. Ce sera, s’ils en ont une, des liens vers les boutiques en ligne des fabricants ou vers des sites marchands où je sais que le modèle est disponible. Ça ne veut pas dire que c’est forcément là qu’il faut acheter. Si vous recherchez un modèle et que vous connaissez votre taille, faites vos recherches, voyez où c’est le moins cher ou sur quel site ou dans quelle boutique vous préférez acheter. Je préfère mettre, quand je peux, le site du fabricant car je préfère rester neutre que de favoriser un revendeur en particulier, mais je vous encourage bien entendu à faire vos achats où vous le souhaitez.

Les options classiques

Les soutiens-gorges sans armatures, aussi appelés softcup, sont super faciles à trouver. Mais seulement quand on est pas trop regardant sur la taille. En effet, la plupart des modèles de ce genre sont taillés en XS/S/M/L plutôt qu’en véritables tailles de soutien-gorge. Je trouve ça plutôt honnête en soi, car au moins ces soutiens-gorges ne prétendent pas faire ce dont ils ne sont pas capables. Malheureusement, pour beaucoup de personnes ces soutiens-gorges auront des bonnets trop petits et un dos trop lâche, mais si vous voulez tenter quand même, les options ne manquent pas.

ASOS Chloe Lace Triangle Bra. Le mannequin a l’air complètement dégoûté, pourtant je le trouve chouette son soutien-gorge.

La première destination qui me vient à l’esprit pour ce genre de soutifs, c’est Asos. Leur marque maison en a déjà beaucoup, à des prix abordables. Ils vendent également des modèles d’autres marques, comme Calvin Klein, Vero Moda ou Princesse Tam-Tam.

Damaris Sugar Plum Silk Tulle Naked Bra

Damaris Sugar Plum Silk Tulle Naked Bra

Si vous avez un peu de budget et une petite poitrine, vous pouvez aller jeter un œil chez Damaris. La marque se destine clairement aux petits seins et fait de la lingerie délicate, jolie et surprenante. La marque sœur de Damaris, Mimi Holliday, fait les bonnets profonds mais a aussi des modèles sans armatures du XS au XL. Leurs Triangle Bras, par exemple, sont disponibles en plusieurs déclinaisons.

Gooseberry Lou

Certaines marques ont fait du soutien-gorge sans armature leur marque de fabrique, avec des résultats parfois très jolis. Je pense par exemple à Gooseberry, une marque française qui fabrique ses modèles à Bali. Le soutien-gorge rose qui illustre mon précédent article vient de chez eux et je le déteste, mais ils ont aussi des choses qui me plaisent beaucoup, comme ce soutien-gorge noir et blanc joli et minimaliste. Il me rappelle un modèle que j’avais quand j’étais plus jeune et que j’aimais beaucoup. C’est le genre de style dont les marques de lingerie bonnets profonds feraient bien de s’inspirer. Malheureusement, on voit bien sur d’autres photos de la marque les problèmes des soutiens-gorges en tailles S/M/L. La bande du soutien-gorge qui remonte dans le dos de manière aussi prodigieuse, c’est le signe d’un tour de dos beaucoup trop grand. Mais en descendant en taille, le bonnet serait alors devenu trop petit pour la jeune femme. Comme quoi, les soutiens-gorges souples c’est pas si simple et c’est vraiment pas pour tout le monde.

Les options dans de « vraies » tailles

Fort heureusement, il existe aussi des soutiens-gorges sans armatures disponibles dans de vraies tailles en chiffres et en lettres.

Elle Macpherson Intimates Beach Babe soft cup bra (c’est compliqué tout ça), disponible du 85A au 95D

Si vous avez la chance de trouver votre taille dans la matrice du soutif, c’est-à-dire entre le 85A et le 95D environ, c’est forcément plus simple. C’est même trop simple, je ne vais donc pas m’attarder dessus. Beaucoup de marques ont des modèles sans baleines, comme celui-ci de chez Elle Macpherson Intimates, que je trouve assez sympa. Sinon, vous en trouverez aussi chez Huit, chez Princesse Tam-Tam, chez des marques indépendantes comme Lonely Hearts, même Etam en a plein. Les options sont quasi infinies pour vous.

Gossard Super Smooth Plunge Bra. Disponible du 80 au 100, bonnets A à F. Découpe des cheveux à l’arrache sur Photoshop non incluse.

Pour les gens qui sortent un peu des tailles conventionnelles, c’est tout de suite plus compliqué et le choix est bien plus restreint. Le seul avantage, c’est que beaucoup de marques ont au moins un softcup dans leur collection. Il ne vous plaira peut-être pas, mais il sera souvent là, l’inévitable softcup. Le modèle ci-dessus vient de chez Gossard et a pour premier objectif de générer du décolleté, mais si vous le prenez bien à votre taille le résultat ne sera probablement pas aussi extrême.

Freya Deco Soft Cup, disponible du 28C au 38G

Freya Deco Soft Cup, disponible du 75C au 100I/J

La marque anglaise Freya propose ce qui est, à mon sens, un des plus jolis soutiens-gorges softcup sobres pour les bonnets profonds. Il est disponible en noir ou en beige, pas vraiment fantaisiste donc, mais il réussit malgré tout à mettre en valeur tout en proposant un maintien correct. Et il a la cote dans la communauté des seins.

Fortnight Mira Longline Bra

Fortnight, ah, Fortnight… Cette marque canadienne me fait de l’œil depuis longtemps, mais c’est tellement difficile de se la procurer en Europe, c’en est presque cruel. La gamme de tailles de Fortnight n’est pas non plus exceptionnelle mais reste plus que correcte (du 80 au 95, bonnets A à G) et ils ont vraiment de très, très jolies choses. L’essentiel de leur collection est sans armatures et leurs soutiens-gorges softcups et longline sont pour moi ce qui les distingue vraiment des autres marques. En plus, ils taillent apparemment assez petit dans le dos, ce qui veut dire que leur collection peut convenir à quelqu’un qui fait du 75. Vous avez déjà vu des soutiens-gorges de ce genre qui pourraient convenir à une fille qui fait du 75G, vous ? Moi jamais.

Berlei Heaven Lace Non Wired Bra, disponible du 85A au 115E

Berlei, une des marques sœurs de Gossard, a aussi un softcup plutôt joli dans sa collection. Malheureusement, pas de bonnets profonds, mais il a le mérite d’aller jusqu’au 115 en tour de dos.

Goddess Alice Black Soft Cup Bra, disponible du 90 au 125, bonnets C à M

Pour les grandes tailles, il y a quand même des alternatives sans armatures, notamment chez Goddess. Qui dit grande taille dit qu’il faut compenser l’absence d’armatures ailleurs pour garantir un bon maintien, d’où le look un peu mastoc (moi j’aime bien, mais c’est vrai que ça ne sera pas forcément au goût de tout le monde). Cela dit, Goddess est une marque de bonne qualité et une référence dans son domaine, donc si vous êtes dans leur gamme de tailles c’est bien chez eux qu’il faut investir.

Soutien-gorge Ohhh Lulu

Ah, c’est pas facile de trouver son bonheur à sa taille, hein. Parfois on aimerait bien que tout soit disponible sur mesure et personnalisable à volonté, de préférence pour un prix pas trop abusé. Et bien figurez-vous donc qu’il y a des gens qui font ça ! Oui ! La marque Ohhh Lulu vend sur Etsy des modèles faits à la main et vous donne la possibilité de communiquer avec la couturière pour élaborer ensemble un produit qui vous conviendra parfaitement, en fonction de votre taille et de vos goûts. Vu la tête de leurs modèles (essentiellement des softcups fins et délicats) je ne pense pas que ça convienne très bien aux fortes poitrines, mais moi je compte bien prendre un jour mon 28FF à deux mains et me laisser tenter. Ils ont des choses beaucoup trop mignonnes. Une fois de plus, la super blogueuse canadienne Windie défriche le terrain pour nous et a déjà passé des commandes chez eux, si vous voulez jeter un oeil à son avis.

Les soutiens-gorges de maternité et d’allaitement

Je ne peux pas finir mon article sans parler des soutiens-gorges de maternité ou d’allaitement, qui sont finalement le domaine qui s’y connaît le mieux en matière de soutiens-gorges sans armatures. Pour celles et ceux qui l’ignoreraient, les soutiens-gorges de maternité sont ceux qui sont conçus pour être portés pendant la grossesse alors que les soutiens-gorges d’allaitement sont ceux qui ont une petite attache aux bretelles permettant de découvrir votre sein et de donner votre éventuel lait maternel à qui bon vous semble sans vous déshabiller complètement. En gros, les soutiens-gorges de maternité sont des soutiens-gorges parfaitement normaux et, sauf si une petite attache à la bretelle vous terrifie, les soutiens-gorges d’allaitement aussi. Ce n’est donc pas une mauvaise idée d’aller regarder par là si vous avez envie d’investir dans du softcup.

Panache Sophie, disponible du 80D au 105M

Comme pour les softcups, beaucoup de marques de lingerie ont dans leur collection un modèle de maternité ou d’allaitement. Panache, par exemple, a le Sophie, aussi disponible en version maternité. Freya aussi en a un, plein de marques en ont, c’est la fête.

Royce Isabella Support And Maternity Bra, disponible du 85 au 105, bonnets B à K

Du côté des marques spécialisées, je pense tout d’abord à Royce qui fait des soutiens-gorges très simples qui ne font pas forcément rêver mais aussi d’autres, comme celui-ci, que je trouve plutôt mignons. Si vous cherchez bien, vous pouvez trouver des modèles de cette marque pour vraiment, vraiment pas cher, j’en ai notamment vu passer pas mal sur Ebay.

Hotmilk Her Desire Was Dangerous, disponible du 80 au 105, bonnets A à E

Hotmilk est une autre marque spécialisée dans les soutiens-gorges de maternité et d’allaitement. Son concept est de dire que, merde à la fin, c’est pas parce qu’on allaite ou qu’on est sur le point d’accoucher qu’on devrait être obligés de porter des soutiens-gorges super moches. Certains de leurs modèles sont très jolis et changent radicalement des soutiens-gorges d’allaitement ennuyeux qu’on a l’habitude de voir. Le soutien-gorge dont j’ai choisi la photo n’est disponible que jusqu’au E, mais Hotmilk a aussi des options jusqu’à un bonnet J, voire jusqu’à un bonnet L.

Si vous voulez plus d’idées de soutiens-gorges d’allaitement, cette page Busty Resources (le Wikipédia des seins, si je puis m’exprimer ainsi) répertorie les marques et modèles disponibles.

Ouf, voilà, cet article touche à sa fin ! J’espère avoir réussi à mettre ma mauvaise foi de côté et que cet article vous a plu, car il m’a été beaucoup demandé. En attendant vos retours, je vous adresse mes chaleureuses salutations et vous dis à la prochaine fois pour plus plus d’autorité mammaire !

Étape 2 : La migration des tissus

Imaginons. Tu t’es mesurée. Tu as trouvé le soutien-gorge idéal. Tout n’est qu’allégresse et légèreté.

Mais ce n’est pas fini.

Il y a de fortes chances pour que ledit soutien-gorge idéal ne soit plus si idéal d’ici quelques mois, voire quelques semaines. Donc si je peux vous donner un conseil, c’est de ne pas investir des sommes colossales dans votre premier soutien-gorge. Il y a toujours la possibilité de le revendre après, mais ça fait quand même un peu mal au cœur quand un chouette soutien-gorge ne va plus.

Le phénomène dont je vais vous parler tout à l’heure se nomme LA MIGRATION DES TISSUS MAMMAIRES.

La plupart des femmes n’ont aucune possibilité de trouver une taille qui leur va vraiment en boutique, donc la majorité porte des soutien-gorge qui sont en réalité trop petits au niveau du bonnet et trop grands au niveau du dos. Plutôt que de maintenir la poitrine, le soutien-gorge à la mauvaise taille va pousser le tissu mammaire là où il ne serait pas allé naturellement : dans le dos et au niveau de l’aisselle.

Merci Etam de fournir de si bons exemples de bonnets trop petit, t'es au top.

Merci Etam de fournir sur ton site de si beaux exemples de bonnets trop petits, t’es au top.

Coucou la graisse des seins qui va finir dans les aisselles à force de se faire maltraiter, coucou. Vous voyez un peu ce qu’Etam recommande à vos seins ? Ces gens ne veulent pas votre bonheur.

Quand on prend l’habitude de porter un soutien-gorge à la bonne taille et de l’enfiler correctement, le tissu qui a migré finit par revenir à sa place.
Attention, c’est parfaitement normal d’avoir du gras au niveau du pli de l’aisselle et du dos, quelle que soit sa morphologie, mais il y a de bonnes chances qu’une partie de ce gras soit du tissu mammaire déplacé. Et quand il revient dans les seins, vos mensurations peuvent changer, ainsi que la forme et la taille de vos seins. Il peut aussi ne rien se passer, parce que toutes les femmes ne constatent pas de migration des tissus. Cependant, assez de personnes disent ressentir ce phénomène pour qu’on considère qu’il s’agisse de quelque chose de très commun.

Pour ma part, la migration des tissus a commencé au bout deux ou trois semaines seulement à porter des soutien-gorge à ma taille et continue encore à ce jour. En trois mois, j’ai perdu cinq centimètres au niveau du dessous du buste (du dos, donc). J’ai aussi monté d’une demi-taille de bonnet, pas grand chose, mais ma poitrine a changé de forme car le tissu est allé se reloger là où mes seins en avaient le plus « besoin ». Je mets « besoin » entre guillemets car je n’avais besoin de rien, en vrai, mais maintenant mes seins ont une forme plus ronde et harmonieuse que je trouve plus jolie. Mes anciens soutien-gorge sont encore portables mais ils deviennent trop grands dans le dos et certains sont devenus trop petits au niveau du bonnet. Pour résumer, mes seins sont plus gros et mon dos est plus mince. Sans compter que, en me mettant à porter la bonne taille, je suis passée sans rien faire d’un bonnet C à un bonnet F puis à un bonnet G-H. Eh ouais. Les chirurgiens esthétiques me détestent. Mettez-vous à porter une bonne taille, ils vous détesteront aussi et nous ferons ensemble la grande ronde des copains.

La migration des tissus peut se manifester dès quelques semaines comme elle peut prendre plusieurs mois. Elle peut être minime, voire inexistante, ou alors changer radicalement votre taille de bonnet et la forme de vos seins. Impossible de savoir ce qu’il adviendra avant que ça se produise. C’est la mégasurprise. Il faut aussi faire attention à bien enfiler son soutien-gorge proprement (plein de femmes ne le font pas et c’est très chagrinant), mais ça c’est encore une autre histoire et ce sera pour plus tard.

Edit du 11/03/2014 : Je me mesure régulièrement en suivant LE GUIDE et je garde les résultats dans un document avec un tableau et un petit graphique. Si vous voulez y jeter un coup d’œil, il est ici. Comme ça vous verrez un peu comment, pour moi, mes mensurations ont évolué rien qu’en portant un soutien-gorge à la bonne taille, sans aucune variation de poids. Mon tour de dos diminue constamment au fur et à mesure que le tissu mammaire migre, ce n’est pas ce qui arrive à tout le monde mais ça peut être une des conséquences d’un soutien-gorge à la bonne taille. Au moins avec les chiffres vous êtes sûrs que je vous raconte pas de conneries.

J’ai testé pour toi : se faire mesurer la gorge par de grandes chaînes de lingerie

(COUCOU. Ceci est le post qui a initié mon obsession pour les soutien-gorge et la création de ce blog. Je l’ai publié une première fois sur un de mes tumblrs il y a quelques mois et j’ai décidé de le copier ici afin de laisser mon pauvre tumblr en paix et parce que je pense qu’il constitue une bonne introduction pour ce nouveau blog. Voilà. Un tout nouveau monde de rêves, d’aventures et de soutien-gorge t’attend ! Dingue !)

Laisse-moi te raconter rapidement l’histoire de mes seins. De l’âge de 12 ans à l’âge de 19 ans, ma taille de soutien-gorge n’a pas bougé d’un poil. C’était fantastique et confortable mais du coup, le jour où mes seins ont changé, j’étais totalement déboussolée. J’avais trouvé mon ancienne taille au hasard, quand j’étais collégienne, avec l’aide de ma mère et de vendeuses bienveillantes avec l’enfant que j’étais. Là, je ne savais pas comment faire. Alors j’ai tâtonné, jusqu’à trouver une taille qui me convenait à peu près, mais il y avait des signes qui ne trompaient pas : la bande du soutien-gorge remontait dans mon dos, le soutien-gorge avait l’air à la fois trop petit et trop grand (oui, c’est possible et même plutôt fréquent), le maintien était médiocre. Alors trouver ma bonne taille de soutif est devenu ma croisade personnelle.
On voit souvent passer sur internet des guides pour trouver sa véritable taille de seins, celle qui rend les poitrines souriantes et les filles joyeuses. Avec ces guides, je me suis mesurée des dizaines de fois. Je trouvais toujours à peu près la même taille avec différents guides, j’avais donc tendance à croire qu’ils étaient fiables. Seul souci : ils me donnaient une taille que je n’avais jamais vue en boutique et qui, pour moi, n’existait même pas. Alors je laissais tomber. Mais un beau jour, je suis tombée sur ce subreddit, qui avait son propre guide de mesure, encore plus précis que tous ceux que j’avais pu voir. J’ai trouvé la même taille absurde qu’avec les autres guides sauf que, cette fois, il y avait une liste de boutiques qui commercialisaient ces tailles. Alors j’ai commandé un modèle à ma taille nouvellement mesurée (pour pas cher, soit dit en passant), je l’ai reçu, je l’ai enfilé et j’ai explosé de joie dans un nuage de petites étoiles mignonnes. Pas de bande qui remonte dans le dos, pas de bonnet trop rempli par endroits et sous-rempli ailleurs, pas cette impression que mes seins soutiennent le soutien-gorge et non l’inverse. La bonne taille. Enfin.
(NB : La taille d’une personne peut varier selon les marques, les formes, etc., sans compter qu’il existe des tailles “sœurs”, bref, il n’y a pas une bonne taille par femme et des ajustements sont parfois nécessaires, mais trouver une taille qui fonctionne c’est déjà un excellent début.)
J’ai tout de suite pensé qu’ah bah oui, c’est sûr que c’est pas dans une boutique de lingerie française lambda que j’aurais trouvé un soutien-gorge aussi satisfaisant. Et puis je me suis dit que j’étais peut-être mauvaise langue. J’avais toujours été trop timide pour me faire mesurer en boutique, mais maintenant que j’avais trouvé ma bonne taille, je pouvais y aller sereinement sans craindre un échec. Juste pour tester. Pour la science. Alors, n’écoutant que mon courage qui ne me disait rien, je suis allée dans les deux boutiques de lingerie les plus proches de mon domicile. Je n’ai pas de boutiques de lingerie indépendantes tenues par de sages expertes près de chez moi. Il est évident que les résultats n’auraient pas été les mêmes dans ce type de boutique. Je n’ai qu’un Darjeeling et un Etam, et je suppose que c’est le cas de la plupart des gens. Alors, comme la plupart des gens, j’ai fait ce que j’ai pu avec ce que j’avais. Et ce fut calamiteux.

Première étape : Darjeeling. J’avais plutôt confiance, dans la mesure où ce magasin possède certains modèles dans ma “vraie” nouvelle taille. Donc je me suis dit que, si ça se trouve, on allait me les recommander. J’entre dans la boutique, trouve un soutien-gorge qui me plaît. Une vendeuse me propose son aide, je lui dis que ce modèle me plaît, mais que je ne connais pas ma taille et que j’aimerais bien qu’on me mesure. Elle fixe ma poitrine quelques secondes et annonce : “Pour moi, vous êtes un 95B ou un 90C”. Pas de mesure au rendez-vous, apparemment il faudra se contenter d’une estimation au doigt mouillé faite à partir de l’allure de mes seins à travers mon t-shirt. Je me demande bien comment elle aurait fait si j’avais porté un gros pull. Bon.  Elle m’envoie en cabine avec un 95B, une taille que je n’ai jamais testée. Le résultat est assez affreux : la bande est affreusement lâche et ne soutient rien, quant au bonnet, il me coupe le sein en deux et donne l’illusion que j’ai quatre petits seins au lieu de deux (dans le jargon, on appelle ça le quadboob). La vendeuse me demande ce que j’en pense, je lui dis que la bande est bien trop grande. Elle me ramène le 90C. Pour avoir porté cette taille longtemps, je sais qu’elle ne me convient pas vraiment. Cette fois, la bande est moins ridiculement lâche, mais le soutien est toujours inexistant et elle remonte haut entre mes omoplates. J’ai aussi la moitié des seins dehors et toujours unquadboob. Verdict de la vendeuse : “ah bah oui, évidemment, quand on passe en 90, le bonnet est trop petit.” Si c’est si évident que ça, pourquoi m’avoir donné cette taille ? J’ai rien demandé, moi. Elle revient donc avec un 95C. Même problème de bande trop lâche qu’avec le premier. Cette fois encore, elle remonte haut dans le dos et ne maintient que dalle. Le bonnet est mieux ajusté, mais j’ai encore trop de chair à l’air et un quadboob, même s’il est plus modeste. J’explique tout cela à la vendeuse, qui m’assure que, pour elle, c’est la bonne taille. Je lui dis que je ne suis pas maintenue (bande trop lâche) et pas à l’aise (seins par-dessus bord), je lui demande si, selon elle, il n’existerait pas une autre taille où je pourrais me sentir plus à l’aise. Elle me répond avec agacement que c’est un soutien-gorge corbeille et qu’il est donc normal que ça fasse ça. Car c’est bien connu que les porte-nibards corbeilles sont censés remonter entre les omoplates et n’offrir aucun soutien. Bien sûr. Je lui fais comprendre que non, il n’y a aucune chance que je dépense ma thune pour ça, je me rhabille et quitte la boutique. Prochain arrêt : Etam.

Bonheur, émerveillement et ironie, il se trouve qu’Etam est actuellement en pleine opération “Mesurée et décolletés”, une grande campagne ayant pour but d’attribuer enfin à toutes les femmes la taille de soutien-gorge qu’il leur faut. Une fière pancarte orne la devanture du magasin : “80% des femmes ne connaissent pas leur taille de soutien-gorge… Et vous ?”. Je me dis que je suis au bon endroit, que leur savoir-faire datant du début du siècle dernier (grisant !) va me faire gagner en confort et faire couiner mes nichons de joie. D’ailleurs, le site de la marque est pédant à souhait, pour oser être prétentieux et donneur de leçons comme ça, il faut vraiment être absolument certain de ses compétences.
« Règle numéro un : « Bien connaître sa taille. »
C’est la seule solution pour avoir une jolie poitrine.

Règle numéro deux : “Se fournir au bon endroit.”
Des conseillères Etam vous attendent un mètre à la main pour prendre vos mensurations et déterminer votre taille exacte de soutien-gorge. Là, c’est le moment où vous réalisez que vous portez une mauvaise taille depuis des années. Profitez-en : elles vous conseilleront aussi pour définir quels décolletés porter avec quels looks.”

Ça fait rêver. Pleine de confiance, j’entre dans la boutique et me dirige vers une vendeuse, elle porte un mètre en papier autour du cou, je lui demande si c’est possible de me mesurer, car je ne connais plus trop ma taille. Elle me répond “Oui, bien sûr !” en souriant, prend son mètre et commence à essayer de m’entourer avec. Il faut savoir qu’à ce moment-là, je portais mon gros sac de cours en bandoulière, j’avais deux sacs en plastique remplis de bordel et mon manteau à la main, sans parler du fait qu’on était en plein milieu de la boutique. Quel genre de soutif espérait-elle me refourguer après avoir mesuré mon tour de buste + bras + besace ? Surprise, je lui demande si elle compte me mesurer ici, au milieu du flot des clients du magasin. “Ah non, non, on peut aller en cabine si vous préférez ! Mais j’ai pas besoin de vous faire déshabiller pour vous mesurer, vous savez, je serre juste le ruban plus fort.” Et si je porte une polaire ? Et si je porte un soutien-gorge de sport qui m’aplatit les seins ? Et si je porte un soutien-gorge trois fois trop grand et bourré de coton sous ma polaire ? Est-ce bien sérieux ? Bon, en l’occurrence je portais un t-shirt en coton, alors je l’ai laissée faire après avoir quand même insisté pour aller en cabine, on est pas des bestiaux, merde. Je pose mon bordel dans la cabine, je me tiens face à elle, elle me mesure en cinq secondes. Il ne s’agit en rien d’une exagération de ma part, elle m’a vraiment mesurée en cinq secondes, peut-être quatre, même. Pas le temps de vérifier si le mètre était bien parallèle au sol, pas le temps de rien, en deux coups les gros ma ninja du soutif m’annonce que je fais du 85C. Le 90C a tendance à être trop juste et tu veux me mettre dans du 85C ? Et bien vas-y, vas-y, après tout Etam m’avait promis une révélation céleste sur mon tour de poitrine, alors c’est peut-être ça. La vendeuse me jette un regard inquiet : “Quel taille vous faites, habituellement ? Celui que vous portez là, c’est quelle taille par exemple ?”. Je lui réponds la vérité, à savoir que c’est du 30E mais que c’est une taille anglaise. Elle ne relève pas et m’annonce qu’elle part me chercher un 85C. “Je vous ramène n’importe lequel, hein, c’est juste pour voir la taille !” Elle revient avec un modèle que j’ai déjà chez moi (en 90C) (et qui ne me va pas) (il est à la fois trop petit est trop grand) (il a une forme incompatible avec ma forme de seins, mais comme elle ignore tout de la forme de mes seins, comment pourrait-elle le savoir ?), un noir basique avec une coque mais heureusement sans rembourrage. Rien qu’en le regardant, je sais que ça va pas être possible. J’essaie de le passer, il me faut bien une minute pour essayer de caser mes seins dedans, j’ai l’impression d’essayer de faire rentrer une orange dans un papier de bonbon. En me regardant dans le miroir, j’ai eu une crise de fou rire. Visuellement, le résultat était assez proche de ça. Tellement pas la bonne taille que ça en devenait ridicule. “Là, c’est le moment où vous réalisez que vous portez une mauvaise taille depuis des années”. En effet, oui, je réalise bien à quel point j’ai eu tort toutes ces années, maintenant je vais me comprimer dans de la lingerie trop petite et retrouver le droit chemin ! Je suis restée à rire bêtement dans la cabine plusieurs minutes en regardant mes seins déborder jusqu’au retour de la vendeuse (elle était sollicitée de toutes parts). Je ne suis pas habituellement du genre à exhiber mes seins, surtout aux vendeuses de lingerie inconnues, mais là je les lui ai flashés à la tronche, pour bien lui montrer l’intensité du vice qu’elle avait commis. Elle me regarde en souriant et donne son verdict : “C’est trop petit”. J’ouvre grand les yeux et la fixe, je lui réponds mon plus beau “Oui” à la façon de Didier Drogba. Elle me dit qu’elle m’amène le 85D. Le 85D est indubitablement meilleur, je peux mettre pratiquement tout ce que j’ai dedans et j’ai connu bien pire niveau maintien, mais c’est encore pas ça. Les problèmes sont toujours les mêmes : bande arrière qui tire toute seule vers le haut du dos, quadboob. C’est fatigant. Je décide d’arrêter les frais et de quitter le magasin, de toutes façons la vendeuse est débordée et ne remarque même pas mon départ.
Mais je m’en fiche parce que je pars en portant un soutien-gorge qui me va. Que je n’aurais jamais pu acheter chez eux.

Je ne sais pas vraiment quelle est la morale de cette histoire, si ce n’est qu’il ne faut SURTOUT PAS aller vous faire mesurer chez un grand distributeur comme Etam ou Darjeeling. Ces gens n’ont aucun intérêt à vous donner une taille qui vous va vraiment. Pour eux, il est bien plus simple de ne commercialiser que des tailles entre le A et le D et d’essayer de caser toutes les femmes dedans que de se faire chier à aller du bonnet A au bonnet L, voire au M. Ce n’est même pas une critique, je les comprends, les poitrines sont toutes différentes et essayer de réellement contenter tout le monde représenterait un investissement énorme. Ce qui est malhonnête, c’est de se faire passer pour un expert de la taille parfaite pour toutes les poitrines, fortes ou menues, et offrir aux clients un service aussi peu compétent. Si vous avez la chance d’avoir des boutiques de lingerie indépendantes près de chez vous, il sera sûrement plus profitable d’aller là-bas si vous espérez trouver quelqu’un de bon conseil. Ces boutiques commercialisent plusieurs marques et ont sûrement plus l’habitude de faire des ajustements selon la forme du bonnet, celle de vos seins et les standards divergents des fabricants. Sinon, parmi les magasins cités chez http://www.reddit.com/r/ABraThatFits/, certains livrent en France et sont moins chers que les boutiques physiques qu’on trouve ici. Mesurez-vous vous-mêmes, demandez conseil à des gens qui savent, informez-vous, ouvrez votre esprit. Si vous pensez avoir un souci de lingerie, ne déléguez pas le problème à une vendeuse de chez Etam, même si elle est gentille et qu’elle maîtrise des techniques ninja.