Archives de Tag: Bravissimo

Entretenir et ranger ses soutiens-gorges

Vous êtes-vous déjà demandé à combien de temps s’élevait la durée de vie d’un soutien-gorge ? Généralement, la réponse des fabricants de lingerie à cette question est la même : six mois, pas plus ! Certains vont même jusqu’à dire qu’un soutien-gorge devrait se diriger vers la poubelle au bout de quatre mois (j’avais lu ça dans un article une fois, j’avais ri très fort). En réalité, six mois est une longévité bien courte et la durée que peut vous tenir un soutien-gorge dépend de plusieurs facteurs :

  • La qualité du soutien-gorge
  • La taille
  • Le roulement
  • L’entretien

La qualité du soutien-gorge joue évidemment un rôle très important, mais ce n’est pas la seule chose qui entre en ligne de compte. La taille compte aussi, car un soutien-gorge à la mauvaise taille se détériore plus rapidement. Par exemple, si ses bonnets sont trop petits, notamment chez les fortes poitrines, il a de plus fortes chances de voir ses armatures se briser en deux. Si vous avez un soutien-gorge pas trop pourri et à la bonne taille, vous êtes partis pour de longs mois de joie ensemble, mais vous pouvez encore prolonger cette durée de vie avec quelques stratégies et méthodes d’entretien assez simples.

Pas deux jours de suite, ou l’importance d’un bon roulement

C’est la règle la plus importante si vous voulez éviter que vos soutiens-gorges ne se détendent trop vite : ne portez jamais le même soutien-gorge deux jours d’affilée. (En vrai vous pouvez le faire de temps en temps, il ne s’autodétruira pas sur vos seins, mais mieux vaut éviter.) L’élastique d’un soutien-gorge a besoin de se reposer, et en respectant ce temps de repos vous lui permettrez de ne pas être totalement distendu et de perdre tout son maintien au bout de quelques mois. Si vous tirez dessus en permanence, il perdra très vite de son élasticité et vous aurez dépensé de l’argent pour rien.

Pour moi, un roulement correct commence à trois soutiens-gorges. Vous ne tiendrez peut-être pas des années comme ça, mais ça reste suffisant pour que les soutiens-gorges ne soient pas surmenés. Plus vous en avez et mieux ce sera de ce point de vue-là, mais vous pourrez peut-être vous octroyer un an ou deux de bons et loyaux services avec un roulement à trois soutiens-gorges, ce qui n’est déjà pas si mal. À titre personnel j’ai un très gros roulement (ahem), et mes soutifs se détendent très, très peu, leur dégradation est si lente que je compte bien les garder des années encore.

Comment laver avec amour (en machine)

S’il y a bien un truc qui peut drastiquement raccourcir la durée de vie d’un soutif, voire lui être fatal, c’est un lavage trop indélicat.

Laver sa lingerie à la main est évidemment ce que vous pouvez faire de mieux, mais ça peut être pénible et on n’a pas forcément le temps pour ça. Sauf si vos soutiens-gorges sont très fragiles où comportent des matériaux qui ne passent vraiment pas en machine, vous pouvez les mettre à la machine à laver. Mais pas n’importe comment.

Mon beau filet à lingerie (achetez-en, ça coûte que dalle)

Mon beau filet de lavage (achetez-en, ça coûte que dalle)

  • Restez à température basse. Pas plus de 40°C de préférence, hein, c’est du bon sens mais je préfère le dire quand même.
  • Utilisez un filet de lavage. En mettant vos soutiens-gorges directement dans la machine, vous prenez le risque de beaucoup les abîmer. Un filet de lavage c’est bien utile et ça ne coûte pas cher, donc je vous recommande d’investir si vous n’en avez pas déjà un chez vous. Si vous n’en avez pas sous la main, vous pouvez prendre une taie d’oreiller, mettre votre soutien-gorge dedans et la nouer avant de la passer en machine (le top du top c’est les taies avec un zip mais perso j’en ai pas), c’est moins pratique mais ça protège aussi bien. Vos soutiens-gorges se porteront mieux si vous ne les mélangez pas à d’autres textiles moins délicats, alors n’hésitez pas à acheter plusieurs filets pour vous faire de grosses lessives avec uniquement de la lingerie.
  • Fermez vos soutiens-gorges avant de les mettre en machine. C’est important de les attacher, sinon les petits crochets vont se prendre dans d’autres vêtements, se détériorer voire aller abîmer le tissu ou la dentelle des bonnets. Bref, ça va foutre la merde, donc fermez-les bien.
  • Pas de sèche-linge. Vraiment. Pas de sèche-linge. Jamais. Il n’y a rien de tel pour massacrer sa lingerie. N’allez pas ruiner tous vos efforts.

Comment laver avec amour (à la main)

Bon, et si jamais vous avez des soutiens-gorges qui ne passent pas au lave-linge ou que vous êtes motivéEs pour prendre vraiment soin de votre lingerie, alors il faut aussi qu’on parle du lavage à la main.

La première chose, c’est de choisir sa lessive. Il existe des nettoyants spécial lingerie, et certains ont très bonne réputation (celui de chez Soak, par exemple). Cependant, il existe une solution encore plus simple et qui marche très bien : le shampoing pour bébé. Personnellement je n’ai jamais possédé de lessive spécifiquement conçue pour la lingerie car en France c’est pas si facile de s’en procurer et qu’en plus ça coûte assez cher, je m’en tire au Mixa Bébé et je n’ai jamais eu de souci.

Y E S

Y E S

Pour le lavage en lui-même c’est très simple, je remplis mon lavabo d’eau pas trop chaude, je mets une lichette de shampoing, je laisse un peu tremper mes soutiens-gorges puis je rince et je sors. S’il y a des tâches (genre les soutiens-gorges blancs qui grisent un peu, les éventuelles tâches de déodorant ou même de sang si vous êtes hardcore, je sais pas), je frotte tout doucement, avec du savon si la tâche est vraiment tenace. Vraiment rien de sorcier, le plus compliqué c’est encore de trouver le temps de le faire.

bon trempaj

bon trempaj

Il est préférable de ne pas essorer pas vos soutiens-gorges, sinon vous allez les abîmer. Si vous avez des bonnets moulés qui ont absorbé plein d’eau, pressez-les contre la surface de l’évier (dans le sens du bonnet si vous voulez minimiser les dégâts au maximum) ou utilisez votre poing pour conserver la forme du bonnet pendant que l’autre main presse dessus (ça marche encore mieux si, contrairement à moi, vos mains ne sont pas minuscules).

Un essorage gentil qui ravira grands et petits

Un essorage gentil qui ravira grands et petits

Pour extraire encore plus d’eau, vous pouvez envelopper les soutiens-gorges dans une serviette-éponge et appuyer (pas trop fort) avant de mettre à sécher. Le meilleur séchage c’est de faire sécher à plat mais je le fais rarement car 1) ça prend une plombe comme ça et 2) j’ai pas toujours 5 m² de surface plane à disposition pour y laisser sécher mes soutifs pendant des heures. Les suspendre par l’entre-bonnets sur un bon vieux séchoir en plastique de chez Tati marche très bien aussi.

Et sinon, on lave tous les combien ?

Tout ça c’est bien beau, mais ça ne nous dit pas à quelle fréquence il faut laver nos soutiens-gorges. Bon. On va pas dire qu’on s’en fout mais bon, c’est vrai qu’on s’en fout un peu, ou en tout cas que ça n’a pas grande importance. Si vous les lavez trop souvent, de surcroît en machine, c’est sûr qu’ils vont se détériorer plus rapidement, donc pas la peine d’être trop rigide et de s’astreindre à laver son soutif tous les soirs. C’est aussi vrai que si vous ne les lavez vraiment jamais, la saleté et les graisses naturellement présentes sur votre peau ou dans vos produits pour le corps vont abîmer les matériaux dont est fait votre soutien-gorge. Il faut donc les laver régulièrement mais pas trop, ce qui, soyons honnêtes, ne veut rien dire. C’est vous qui voyez, tout dépend de votre temps et de vos préférences. Si vous avez le temps de laver vos soutiens-gorges à la main cinq fois par semaine avec un détergent délicat, après tout je ne vois pas en quoi ça poserait problème. Pour ma part, dès qu’un soutien-gorge ne sent plus du tout le propre ou que je me dis « tiens, celui-là ça commence à faire un bail que je l’ai pas nettoyé », je le mets de côté pour le mettre à laver et franchement je ne pense pas qu’il me soit utile de me prendre la tête plus que ça sur le sujet.

Ranger dans le respect

C’est l’heure de parler de ce qui se passe dans nos tiroirs à soutifs car voyez-vous, un soutien-gorge ça ne se stocke pas n’importe comment.

Stocker son soutien-gorge avec l'entre-bonnets tout torsadé, un bon moyen d'anéantir efficacement son soutif

Stocker son soutien-gorge avec l’entre-bonnets tout torsadé, un bon moyen d’anéantir efficacement son soutif

Pour les soutiens-gorges à bonnet non-rigides, il n’y a pas énormément de précautions à prendre niveau rangement, si ce n’est ne pas les tordre dans tous les sens, ne pas les écrabouiller, etc. Plutôt simple jusque là.

Je sais que c'est tentant de plier ses soutifs moulés comme ça mais en vrai c'est pas top

Je sais que c’est tentant de plier ses soutifs moulés comme ça mais en vrai c’est pas top

Pour les soutiens-gorges moulés, coqués, rembourrés, c’est une autre paire de manches car il est plus difficile de les stocker sans les abîmer.
Il ne faut pas écraser les bonnets, donc éviter de les empiler les uns sur les autres en appuyant dessus pour que ça rentre dans le tiroir. Il ne faut pas non plus inverser les bonnets, c’est-à-dire les retourner dans le sens inverse de celui où ils seront portés. Quand on plie en deux un soutien-gorge pour le ranger, il y a un bonnet dans le bon sens et un bonnet qui se retrouve retourné, ce n’est donc pas une très bonne méthode pour ranger les soutiens-gorges moulés.

Mon tiroir à soutiens-gorges (photo étonnamment difficile à prendre, merci de votre compréhension)

Mon tiroir à soutiens-gorges (photo étonnamment difficile à prendre, merci de votre compréhension)

Ce que je fais chez moi, c’est que je range mes soutiens-gorges à la verticale. Je trouve ça pratique car ça permet d’en stocker plus dans de meilleures conditions et de tous les voir d’un coup d’œil dès que j’ouvre mon tiroir.

Pour les soutiens-gorges à bonnets « mous », je les replie instinctivement en les pliant en deux et en rabattant soigneusement bande et bretelles sur l’arrière (c’est mieux de les agrafer avant de les ranger mais je vais pas vous mentir, je le fais jamais car j’ai la flemme).

Pour les soutiens-gorges à bonnets rigides, je ne les plie pas du tout. Je les place debout dans le tiroir tels quels, les uns à la suite des autres, de telle sorte à ce que les bonnets s’emboîtent et ne soient déformés à aucun moment.

img_20161101_173735-2

Bon, j’ai bien conscience que cette méthode prend de la place et que tout le monde n’est pas une maniaque des soutifs avec un tiroir entier à leur consacrer (tant pis pour vous). Je sais aussi qu’il y a des gens normaux qui trouveraient cet espace de tiroir mieux employé à stocker des trucs sensés et raisonnables, comme des courriers du Trésor Public ou des jouets pour chien. Je comprends ces gens et je les respecte. Sachez  donc que, comme pour tout ce que je raconte sur ce blog, vous êtes libres de ne pas faire comme moi et même de maltraiter vos soutiens-gorges si ça vous chante, car après tout ce sont les vôtres. Et même si vous avez à cœur de ranger votre lingerie de la manière la plus respectueuse possible, il existe d’autres techniques que la mienne ! Vous pouvez par exemple les suspendre sur des cintres (il existe même des cintres prévus pour), ou inventer votre propre méthode, c’est vous qui décidez.

On trouve vraiment de tout sur Aliexpress

On trouve vraiment de tout sur Aliexpress

Voilà pour cet article, j’espère que c’est pas trop décevant pour un retour après un an sans rien poster. Je suis désolée de revenir comme une fleur comme ça, mais c’est vrai que j’ai été prise par plein d’autres choses. Je me suis dit que ce serait bien de revenir avec un article un peu pratique qui parle à tout le monde. La prochaine étape maintenant, avant de reposter régulièrement, c’est de m’atteler à la modération des commentaires (il y en a une tonne, désolée pour ça). J’ai aussi pas mal de mails en suspens, et là je sais pas si je répondrai à tout, mais n’hésitez pas à revenir en commentaires si jamais vous avez toujours besoin de moi et que j’ai pas répondu à vos mails. Encore désolée de vous avoir laisséEs de côté mais n’ayez crainte, YOUR GIRL IS BACK.

Moi quand je reviens dans le blog game

Moi quand je reviens dans le blog game

PS : Je précise que cet article n’est sponsorisé par aucune marque de lingerie ni par Soak, ni par Mixa, ni par Tati. J’en profite pour glisser aux responsables de chez Tati que si toutefois ils souhaitent me sponsoriser, je suis preneuse car j’aime Tati de tout mon cœur et de toute mon âme.

PPS : Merci à celles et ceux qui ont eu le courage de me lire jusque là. Pour vous récompenser, je vais vous révéler une technique secrète de lavage de soutien-gorge. Si vous n’avez pas de temps, pas de décontraction et que vous êtes intrépide, vous pouvez prendre votre douche avec votre soutien-gorge. Je dis pas que c’est la meilleure des méthodes mais franchement, c’est pas la pire et ça fait le job. Bonne journée !

Publicités

Londres Partie 1 : Visite chez Bravissimo & Pepperberry

20150902_202220-1-2

Comme vous le savez peut-être, je suis partie à Londres début septembre pour les vacances. Outre les studios Harry Potter à Leavesden, le British Museum et autres attractions touristiques, j’avais une visite obligatoire à faire : Bravissimo.

Si vous ne connaissez pas déjà, Bravissimo a la réputation dans la communauté du bra fitting d’être la boutique irréprochable, celle qui a tout compris et fait tout bien. Il s’agit d’une chaîne de magasins de lingerie spécialisée dans les bonnets D et plus, qui compte environ vingt-cinq points de vente dans tout le Royaume-Uni, dont trois à Londres. Bravissimo commercialise essentiellement sa propre marque, mais aussi de nombreux modèles d’autres marques, en particulier Cleo et Freya. Elle possède également sa marque de vêtements adaptés aux fortes poitrines, Pepperberry, où pour une même taille chaque modèle est disponible dans plusieurs sous-tailles différentes en fonction de la place allouée au buste. Bravissimo est une marque que je connaissais déjà avant d’aller à Londres car j’ai l’habitude de commander sur leur site internet. Je reçois également leur catalogue, un petit rituel assez rétro (qui reçoit encore des catalogues, sérieusement ?) mais que j’adore. Déjà, les catalogues de lingerie quand on aime la lingerie, c’est forcément cool, mais en plus j’aime beaucoup les mannequins Bravissimo, qui sont généralement hyper mignonnes, fraîches et naturelles, avec l’air contentes d’être là sans en faire trop. Bref, j’avais déjà une expérience super positive avec la marque, j’étais donc d’autant plus avide d’enfin essayer une vraie boutique.

london-oxford-circus-front

(Crédit photo : Bravissimo)

Je me suis donc rendue à leur boutique à Oxford Circus qui, si je ne me trompe pas, est leur plus grand magasin à Londres. Vue de l’extérieur, la boutique ne paie pas de mine, mais il ne faut pas se laisser décourager car c’est à l’intérieur que se produit la magie.
Quand on entre, toute la première partie du magasin est consacrée à l’espace Pepperberry, avec uniquement des vêtements, donc. Personnellement, ce n’est pas la partie qui m’intéressait parce que le style des habits de chez Pepperberry ne me correspond pas du tout. La marque s’adresse, je pense, à des femmes plus âgées que moi, avec un style assez « dame », très classique voire franchement austère. J’avais quand même envie d’essayer pour voir comment ça taillait et ce que ça valait, donc j’ai pris une robe et je me suis dirigée vers l’arrière du magasin.

Robe Pepperberry

La robe que j’ai essayée (Crédit photo : Pepperberry)

On ne s’en rend pas compte quand on est devant, mais le magasin est très vaste. L’espace lingerie (et maillots de bain, car c’était la fin de l’été quand j’y suis allée) est plus grand encore que l’espace Pepperberry. Je n’ai pas pris de photos parce que ça aurait eu l’air bizarre, mais il y a du choix et des coins dédiés pour les nouveautés, les « classiques » (soutiens-gorges noirs et beiges, t-shirt bras, etc.), les maillots, les soutiens-gorges et t-shirts de sport… Pour une marque qui propose autant de modèles et surtout autant de tailles, j’ai été surprise que l’ensemble ait l’air si aéré. Avec des tailles allant du 28D au 40L (on parle bien sûr en tailles anglaises), j’aurais imaginé des penderies surchargées qui débordent de partout. En réalité, seules quelques tailles sont exposées, les autres sont en réserve et des panneaux nous encouragent à aller réclamer notre taille à une vendeuse. C’est un détail, mais j’ai apprécié que les tailles en rayon ne soient pas forcément des tailles classiques trouvables partout (comme par exemple le 32D/85D) mais aussi des petits tours de dos ou des bonnets très profonds. Ça m’a épargné l’impression qu’on planquait les tailles « bizarres » à l’arrière pour mettre les « vraies » tailles devant, ce n’était clairement pas le cas ici.

P1330057

Pour essayer des choses à sa taille, il faut prendre les soutiens-gorges qui nous intéressent et aller les demander à sa taille au sous-sol. Parce que oui, la boutique s’étend en réalité sur deux niveaux et possède un sous-sol immense dédié intégralement aux essayages. Une des spécialités de Bravissimo est de proposer des « fittings », c’est-à-dire des séances complètes de mesure de la poitrine et d’essayages pour déterminer sa taille et les modèles qui nous vont le mieux, le tout en tête-à-tête avec une employée formée. C’est tellement complet qu’il faut prendre rendez-vous, il y a donc une espèce de salle d’attente avec des fauteuils où des femmes, accompagnées parfois de leurs enfants, attendent leur tour. Comme je connaissais déjà ma taille (sans blague), je me suis immédiatement dirigée vers une vendeuse derrière un comptoir. Ce qui m’amène à mon point suivant : les vendeuses de chez Bravissimo sont vraiment compétentes et adorables, je n’ai jamais vu ça de ma vie. « Are you alright there, lovely? » « Which size do you need, love? » (oui, les Anglais·es donnent facilement du « love » et du « lovely » mais j’avais l’impression d’être la petite meuf la plus kawaii du quartier quand elles me parlaient), puis pas un haussement de sourcil quand je leur ai dit qu’il me fallait du 28FF. Pas de tentative de me refourguer une autre taille, un bonnet plus petit ou un tour de dos plus grand, pas de remise en question de ce que j’annonçais, rien. La vendeuse s’est donc dirigée vers la réserve, une salle immense avec des penderies pleines à craquer mais impeccablement organisées, réparties sur plusieurs étages et s’étendant sur des mètres et des mètres. Le voilà le prix à payer pour un magasin respirable : une salle de stockage remplie à ras bord. Pour une fille comme moi, cette réserve ressemblait à un petit paradis.

Une fois de retour avec mes soutiens-gorges, la vendeuse m’a laissée me diriger vers l’espace d’essayage, un vrai dédale de portes car oui, les cabines ont des portes qui se ferment complètement. (Pensée émue pour toi la vendeuse de lingerie intrusive qui ouvrait le rideau sans prévenir quand je me changeais, tu fais moins la maligne, là, hein ?) Autant le dire franchement, je suis complètement fan de leurs cabines. C’est tout ce que j’attends d’une cabine. Tout est fait pour que la personne choisisse l’essayage qui la met le plus à l’aise, qu’elle préfère être laissée tranquille ou se faire assister du début à la fin.

20150902_151909-2

« Need help? Switch me on »

Si vous avez besoin d’aide, chaque cabine possède un interrupteur qu’il suffit d’activer pour faire venir une vendeuse et lui demander conseil. Il y a également un petit peignoir que vous pouvez enfiler si jamais vous avez besoin d’ouvrir votre cabine ou d’en sortir pendant une séance d’essayage.

20150902_151901-2

Cintre en satin, on ne se refuse rien.

Si comme moi vous êtes plutôt du genre à vouloir vous débrouiller seule quand vous essayez des choses, tout est fait pour vous faciliter la vie et vous offrir un conseil le plus complet possible sans requérir la présence d’une vendeuse. La cabine se verrouille de l’intérieur, vous n’avez qu’à la fermer pour être peinard.

20150902_150616-2

Point positif, la cabine est très bien éclairée et il y a des miroirs partout, aucun angle ne peut vous échapper. Ensuite, les murs sont couverts de petits cadres. En haut à gauche, une photo décorative d’un mannequin portant un ensemble de la marque Bravissimo (c’est le Satine, si vous voulez tout savoir), en haut à droite un petit rappel qu’il faut garder votre culotte. C’est en bas que ça devient intéressant. À droite, on trouve un petit récapitulatif des principales coupes et formes de soutiens-gorges existantes, toujours bien utile. À gauche, on a mon préféré, qui rappelle qu’il faut essayer un soutien-gorge au crochet le plus lâche, penser à scoop and swoop et s’assurer qu’on ne déborde pas des bonnets. Vu le nombre de personnes qui ignorent ces choses-là, même si ce sont des conseils basiques, j’ai trouvé ce bref rappel très utile et bien fichu.

Mon passage en cabine s’est déroulé sans encombre, j’ai essayé trois soutiens-gorges et les trois m’allaient très bien, un vrai petit miracle. Ce qui a animé mon essayage, c’est finalement la conversation que j’entendais depuis la cabine d’à côté, où manifestement une dame et une employée du magasin étaient en pleine séance de fitting. Je n’ai évidemment pas vu ce qui s’y passait, mais tout ce que j’ai entendu m’a enchantée. La vendeuse connaissait son sujet, posait les bonnes questions sans être intrusive, était très à l’écoute de la cliente et très pédagogue en même temps. Elle lui a fait essayer plein d’options sans non plus tenter de lui refourguer n’importe quoi, a bien pris compte de ses besoins sans lui raconter de bêtises ni la forcer à la vente. Leur discussion était super amicale et décontractée, mais quand même hyper pro et bénéfique pour la cliente, ça faisait vraiment plaisir à entendre. En plus, ça m’a permis de me rendre compte comment se passait un fitting chez Bravissimo sans avoir à en réclamer un moi-même. Je comprends pourquoi les gens prennent rendez-vous pour ça, parce que le service a l’air d’être super et les vendeuses très bien formées. Ça change de certains magasins de lingerie en France qui mesurent les clientes par-dessus leur manteau en plein milieu de la surface de vente.

Macintosh Rose bra

(Crédit photo : Bravissimo)

Mon expérience chez Bravissimo était vraiment super, mais je garde quand même quelques réserves et points négatifs pour la fin. Tout d’abord, la robe Pepperberry ne m’allait pas du tout. Comme la majorité des marques pour poitrines généreuses (si ce n’est toutes), Pepperberry semble tailler ses vêtements pour des femmes beaucoup plus grandes que moi. La place pour la poitrine était idéale, mais tout le reste n’allait pas. J’ai pris un 36 et il ressemblait plus à un 38, la robe baillait à la taille, aux fesses, aux épaules et était bien trop longue. Ce n’est pas une perte très grave pour moi, car de toutes façons le style de Pepperberry ne correspond pas du tout au mien, mais c’est toujours décevant quand ce genre de truc arrive. Globalement, ce souci de style se répercute sur tout le magasin. Les vendeuses sont super, les modèles proposés sont jolis et frais mais l’ambiance générale du magasin fait trop « mature » pour que je m’y sente immédiatement à l’aise. Pourtant il y avait vraiment des femmes de tous les âges dans le magasin, des dames assez âgées et des mères de famille, mais aussi des filles plus jeunes. Ce ressenti vient peut-être de la déco pas très moderne, qui n’est pas complètement horrible ni ringarde, mais tout de même assez quelconque. Si on ne connaît pas déjà Bravissimo et sa bonne réputation, la boutique n’est pas très attirante. C’est dommage, car c’est une de mes meilleures expériences dans un magasin de sous-vêtements. Maintenant que Viksen a fermé, il n’y a officiellement plus aucune boutique en France où je puisse essayer ma taille alors, si je retraverse la Manche un de ces jours, je retournerai plutôt deux fois qu’une chez Bravissimo. ✧٩(•́⌄•́๑)و ✧

Étape 6 : L’ampleur

Bonjour les mignons. Aujourd’hui, je vous propose encore un article ayant pour but de déterminer la forme de vos seins. On parlait de projection la dernière fois, maintenant on va parler d’ampleur.
Comme la projection, l’ampleur est un spectre, mais elle permet de diviser les seins en trois grandes catégories :

  • Ceux avec plus de volume en haut (Full on top, ou FoT)
  • Ceux avec plus de volume en bas (Full on bottom, ou FoB)
  • Ceux avec un volume équivalent en haut et en bas (Even)

Comment la déterminer ?

Comme tout cela n’est pas forcément évident de prime abord, je me permets de dégainer ce schéma, qu’on utilise souvent chez /r/ABraThatFits. Pour déterminer à peu près l’ampleur de sa poitrine, il faut examiner la forme du haut du sein puis la forme du dessous du sein. C’est la combinaison des deux qui permettra de savoir si vous avez plus d’ampleur en haut, en bas ou si votre tissu est réparti de façon égale.

Examinons notre schéma. Le haut de vos seins est-il plus proche de la forme 1, 2 ou 3 ? Le dessous de vos seins est-il plus proche de la forme 4, 5 ou 6 ?

  • Les combinaisons 2/4, 3/4 et 3/5 représentent les seins avec plus de volume en haut.
  • Les combinaisons 1/5, 1/6 et 2/6 représentent les seins avec plus de volume en bas.
  • Les combinaisons 1/4, 2/5 et 3/6 représentent les seins où le tissu est réparti de manière égale entre le haut et le bas.

À noter que l’ampleur n’a rien à voir avec la taille de vos seins, vous pouvez appartenir à n’importe laquelle des trois catégories quel que soit votre tour de poitrine. De même, tous les seins d’une même catégorie ne se ressemblent pas forcément. Sur le dessin, les poitrines 1/4, 2/5 et 3/6 ont toutes les trois une répartition régulière, on les mettra donc sous une même étiquette, pourtant elles n’ont rien de semblable.

Il est possible que, après de longues minutes à vous observer la poitrine dans un miroir, vous n’ayez toujours aucune idée de quelle forme se rapproche le plus de celle de vos seins. C’est même très possible. Le meilleur moyen pour avoir une meilleure appréhension de la chose c’est encore de se pencher en avant de façon à avoir le dos parallèle au sol et d’observer comment le tissu tombe. Si suivez un peu ce blog, ce n’est probablement pas la première fois que vous vous retrouvez le dos parallèle au sol par un triste tour du destin. J’en suis désolée. Si vous constatez qu’il y a plus de tissu qui tombe au-dessus du téton, vous êtes Full on top. Si davantage de tissu tombe en-dessous du téton, vous êtes Full on bottom. Si c’est pareil en haut comme en bas, vous êtes Even.

Si vraiment, même après avoir incliné votre corps de tous côtés, vous n’arrivez toujours pas à vous y retrouver, soit l’école républicaine a infligé des dommages irrémédiables à vos capacités de jugement, soit vous avez des seins particulièrement mystérieux. Ce n’est pas grave. Le mystère c’est sympa et il existe une dernière solution pour vous. Il y a des soutiens-gorges qui fonctionnent particulièrement bien comme soutiens-gorges de diagnostic. Ce ne sont bien sûr pas les seuls soutiens-gorges qui pourraient permettre d’établir votre forme, le comportement de vos seins dans n’importe quel soutien-gorge est toujours porteur d’indications sur votre forme. Ceux-là ont seulement l’avantage d’être assez basiques et d’exister en assez de couleurs pour plus ou moins satisfaire tout le monde. Ce sont également des modèles qui existent depuis plusieurs saisons, ce qui fait que vous pouvez à peu près tout le temps en trouver sur plein de sites, neufs ou d’occasion, au prix fort ou en soldes. Et puis ils existent (en taille britannique) du 28 au 38 et du bonnet D à J, une gamme de tailles qui permet d’inclure la majorité des gens.

Cleo Marcie

Notre premier soutien-gorge de diagnostic est le Marcie de Cleo by Panache. S’il vous va, c’est que vous êtes probablement Full on top. Il s’agit d’un balconnet en trois parties, avec des pois. Comme on pourrait s’en douter en voyant le mannequin au ruban dans les cheveux qui pose avec un bonbon géant en forme de cœur, c’est un modèle qui se veut fun. Du coup, les couleurs disponibles ont tendance à être assez vives, à l’exception du violet, un poil plus sobre. Mais si vous ne poussez pas à fond le délire pin up dans un monde de sucreries, ça reste accessible.

Cleo Lucy

Pour les seins Full on bottom, le soutien-gorge de diagnostic est le Lucy de Cleo by Panache. Pas de pois ici, mais des petites fleurs qui ressemblent à des pois et à nouveau des fleurs dans la dentelle. Le Lucy existe depuis plus longtemps que le Marcie, il y a donc encore plus de couleurs disponibles, y compris du noir et du blanc. C’est un soutien-gorge très cool que je ne peux que recommander.

Cleo Lily OH MON DIEU J’AIME TELLEMENT CE SOUTIEN-GORGE SORTEZ-MOI DE LÀ

Pour les seins Even, c’est un peu plus délicat. Si aucun des deux soutiens-gorges de diagnostic ne vous va, ou qu’à l’inverse les deux vous vont, c’est que vous avez sûrement des seins au tissu également réparti. Le Cleo Lily est un soutien-gorge qu’on recommande souvent dans ces cas-là, mais il est moins universel que le Lucy et le Marcie, car il demande pas mal de projection. En plus c’est un modèle avec beaucoup moins de motifs et de coloris disponibles. Ceci dit je le trouve très bien aussi, mais mon jugement est sûrement influencé par l’imprimé mignon avec des petits oiseaux.

À quoi ça sert de savoir ça ?

Ça sert à ne pas acheter des trucs qui ne pourront jamais t’aller, voilà à quoi ça sert.

Si vous êtes FoB et que vous achetez un soutien-gorge fait pour quelqu’un de FoT, vous aurez sûrement de l’espace libre ou des plis sur le haut du bonnet alors que le soutien-gorge n’est pas forcément trop grand. Certains soutiens-gorges prévoient de la place en haut et ne peuvent pas convenir à quelqu’un de FoB, même en essayant une taille en-dessous. C’est comme ça.

Si vous êtes FoT et que vous achetez un soutien-gorge fait pour les personnes FoB, il va probablement vous scier le sein et vous créer un quadboob de tous les diables en haut tout en laissant de l’espace vide dans le bas du bonnet. C’est le cas des soutiens-gorge dont le bord supérieur des bonnets est assez refermé mais qui ont un espace plus vaste pour accueillir le bas des seins.

Comme ça peut toujours aider, je vais finir par une liste de soutiens-gorges recommandés pour chacune des formes, qui vous sera proposée avec l’aide de /r/ABRaThatFits mais aussi de l’école de la vie. Il y a beaucoup de petites listes à points dans cet article, j’espère que tu kiffes.

Pour les seins Full on top :

Pour les seins Full on bottom :

Pour les seins Even :

  • Cleo Lily, bien entendu, ET AVEC DES PETITS OISEAUX DE PRÉFÉRENCE.

Ouais, c’est tout ce que j’ai pour ces seins-là. Comme pour la projection, c’est un peu plus difficile de donner des conseils aux personnes qui sont au milieu du spectre de l’ampleur. Et comme pour la projection, être au milieu du spectre est à la fois un avantage et un inconvénient. Comme d’habitude, c’est mon cas, donc je vais parler de ce que j’ai pu constater. Je suis passée d’une forme 1/5 (FoB) à une forme 2/5 (even) grâce à la magie de la migration des tissus et ça n’a fait qu’ouvrir de nouveaux horizons à mes seins. Tout peut potentiellement convenir quand on a le tissu mammaire équitablement réparti. Par exemple, le Lily me va mais le Lucy convient aussi et, quand je compare la forme du Marcie à celle d’autres soutiens-gorges de ma collection, je sais qu’il m’irait sûrement aussi. Il y a moins de risques de tomber sur un soutien-gorge totalement incompatible. Mais du coup, parfois, un soutien-gorge pourrait être parfait à un tout petit détail près et c’est frustant. Je parle de toi, le Curvy Kate Gia qui me va nickel à l’exception de ce petit pli insupportable sur le haut du bonnet. On a pas à se plaindre, mais on se plaint quand même.

Comme d’habitude je reste à votre disposition en cas d’interrogation malgré mon savoir lacunaire. En attendant, portez-vous bien et maintenez vos seins.