Archives de Catégorie: Points de vente

Londres Partie 1 : Visite chez Bravissimo & Pepperberry

20150902_202220-1-2

Comme vous le savez peut-être, je suis partie à Londres début septembre pour les vacances. Outre les studios Harry Potter à Leavesden, le British Museum et autres attractions touristiques, j’avais une visite obligatoire à faire : Bravissimo.

Si vous ne connaissez pas déjà, Bravissimo a la réputation dans la communauté du bra fitting d’être la boutique irréprochable, celle qui a tout compris et fait tout bien. Il s’agit d’une chaîne de magasins de lingerie spécialisée dans les bonnets D et plus, qui compte environ vingt-cinq points de vente dans tout le Royaume-Uni, dont trois à Londres. Bravissimo commercialise essentiellement sa propre marque, mais aussi de nombreux modèles d’autres marques, en particulier Cleo et Freya. Elle possède également sa marque de vêtements adaptés aux fortes poitrines, Pepperberry, où pour une même taille chaque modèle est disponible dans plusieurs sous-tailles différentes en fonction de la place allouée au buste. Bravissimo est une marque que je connaissais déjà avant d’aller à Londres car j’ai l’habitude de commander sur leur site internet. Je reçois également leur catalogue, un petit rituel assez rétro (qui reçoit encore des catalogues, sérieusement ?) mais que j’adore. Déjà, les catalogues de lingerie quand on aime la lingerie, c’est forcément cool, mais en plus j’aime beaucoup les mannequins Bravissimo, qui sont généralement hyper mignonnes, fraîches et naturelles, avec l’air contentes d’être là sans en faire trop. Bref, j’avais déjà une expérience super positive avec la marque, j’étais donc d’autant plus avide d’enfin essayer une vraie boutique.

london-oxford-circus-front

(Crédit photo : Bravissimo)

Je me suis donc rendue à leur boutique à Oxford Circus qui, si je ne me trompe pas, est leur plus grand magasin à Londres. Vue de l’extérieur, la boutique ne paie pas de mine, mais il ne faut pas se laisser décourager car c’est à l’intérieur que se produit la magie.
Quand on entre, toute la première partie du magasin est consacrée à l’espace Pepperberry, avec uniquement des vêtements, donc. Personnellement, ce n’est pas la partie qui m’intéressait parce que le style des habits de chez Pepperberry ne me correspond pas du tout. La marque s’adresse, je pense, à des femmes plus âgées que moi, avec un style assez « dame », très classique voire franchement austère. J’avais quand même envie d’essayer pour voir comment ça taillait et ce que ça valait, donc j’ai pris une robe et je me suis dirigée vers l’arrière du magasin.

Robe Pepperberry

La robe que j’ai essayée (Crédit photo : Pepperberry)

On ne s’en rend pas compte quand on est devant, mais le magasin est très vaste. L’espace lingerie (et maillots de bain, car c’était la fin de l’été quand j’y suis allée) est plus grand encore que l’espace Pepperberry. Je n’ai pas pris de photos parce que ça aurait eu l’air bizarre, mais il y a du choix et des coins dédiés pour les nouveautés, les « classiques » (soutiens-gorges noirs et beiges, t-shirt bras, etc.), les maillots, les soutiens-gorges et t-shirts de sport… Pour une marque qui propose autant de modèles et surtout autant de tailles, j’ai été surprise que l’ensemble ait l’air si aéré. Avec des tailles allant du 28D au 40L (on parle bien sûr en tailles anglaises), j’aurais imaginé des penderies surchargées qui débordent de partout. En réalité, seules quelques tailles sont exposées, les autres sont en réserve et des panneaux nous encouragent à aller réclamer notre taille à une vendeuse. C’est un détail, mais j’ai apprécié que les tailles en rayon ne soient pas forcément des tailles classiques trouvables partout (comme par exemple le 32D/85D) mais aussi des petits tours de dos ou des bonnets très profonds. Ça m’a épargné l’impression qu’on planquait les tailles « bizarres » à l’arrière pour mettre les « vraies » tailles devant, ce n’était clairement pas le cas ici.

P1330057

Pour essayer des choses à sa taille, il faut prendre les soutiens-gorges qui nous intéressent et aller les demander à sa taille au sous-sol. Parce que oui, la boutique s’étend en réalité sur deux niveaux et possède un sous-sol immense dédié intégralement aux essayages. Une des spécialités de Bravissimo est de proposer des « fittings », c’est-à-dire des séances complètes de mesure de la poitrine et d’essayages pour déterminer sa taille et les modèles qui nous vont le mieux, le tout en tête-à-tête avec une employée formée. C’est tellement complet qu’il faut prendre rendez-vous, il y a donc une espèce de salle d’attente avec des fauteuils où des femmes, accompagnées parfois de leurs enfants, attendent leur tour. Comme je connaissais déjà ma taille (sans blague), je me suis immédiatement dirigée vers une vendeuse derrière un comptoir. Ce qui m’amène à mon point suivant : les vendeuses de chez Bravissimo sont vraiment compétentes et adorables, je n’ai jamais vu ça de ma vie. « Are you alright there, lovely? » « Which size do you need, love? » (oui, les Anglais·es donnent facilement du « love » et du « lovely » mais j’avais l’impression d’être la petite meuf la plus kawaii du quartier quand elles me parlaient), puis pas un haussement de sourcil quand je leur ai dit qu’il me fallait du 28FF. Pas de tentative de me refourguer une autre taille, un bonnet plus petit ou un tour de dos plus grand, pas de remise en question de ce que j’annonçais, rien. La vendeuse s’est donc dirigée vers la réserve, une salle immense avec des penderies pleines à craquer mais impeccablement organisées, réparties sur plusieurs étages et s’étendant sur des mètres et des mètres. Le voilà le prix à payer pour un magasin respirable : une salle de stockage remplie à ras bord. Pour une fille comme moi, cette réserve ressemblait à un petit paradis.

Une fois de retour avec mes soutiens-gorges, la vendeuse m’a laissée me diriger vers l’espace d’essayage, un vrai dédale de portes car oui, les cabines ont des portes qui se ferment complètement. (Pensée émue pour toi la vendeuse de lingerie intrusive qui ouvrait le rideau sans prévenir quand je me changeais, tu fais moins la maligne, là, hein ?) Autant le dire franchement, je suis complètement fan de leurs cabines. C’est tout ce que j’attends d’une cabine. Tout est fait pour que la personne choisisse l’essayage qui la met le plus à l’aise, qu’elle préfère être laissée tranquille ou se faire assister du début à la fin.

20150902_151909-2

« Need help? Switch me on »

Si vous avez besoin d’aide, chaque cabine possède un interrupteur qu’il suffit d’activer pour faire venir une vendeuse et lui demander conseil. Il y a également un petit peignoir que vous pouvez enfiler si jamais vous avez besoin d’ouvrir votre cabine ou d’en sortir pendant une séance d’essayage.

20150902_151901-2

Cintre en satin, on ne se refuse rien.

Si comme moi vous êtes plutôt du genre à vouloir vous débrouiller seule quand vous essayez des choses, tout est fait pour vous faciliter la vie et vous offrir un conseil le plus complet possible sans requérir la présence d’une vendeuse. La cabine se verrouille de l’intérieur, vous n’avez qu’à la fermer pour être peinard.

20150902_150616-2

Point positif, la cabine est très bien éclairée et il y a des miroirs partout, aucun angle ne peut vous échapper. Ensuite, les murs sont couverts de petits cadres. En haut à gauche, une photo décorative d’un mannequin portant un ensemble de la marque Bravissimo (c’est le Satine, si vous voulez tout savoir), en haut à droite un petit rappel qu’il faut garder votre culotte. C’est en bas que ça devient intéressant. À droite, on trouve un petit récapitulatif des principales coupes et formes de soutiens-gorges existantes, toujours bien utile. À gauche, on a mon préféré, qui rappelle qu’il faut essayer un soutien-gorge au crochet le plus lâche, penser à scoop and swoop et s’assurer qu’on ne déborde pas des bonnets. Vu le nombre de personnes qui ignorent ces choses-là, même si ce sont des conseils basiques, j’ai trouvé ce bref rappel très utile et bien fichu.

Mon passage en cabine s’est déroulé sans encombre, j’ai essayé trois soutiens-gorges et les trois m’allaient très bien, un vrai petit miracle. Ce qui a animé mon essayage, c’est finalement la conversation que j’entendais depuis la cabine d’à côté, où manifestement une dame et une employée du magasin étaient en pleine séance de fitting. Je n’ai évidemment pas vu ce qui s’y passait, mais tout ce que j’ai entendu m’a enchantée. La vendeuse connaissait son sujet, posait les bonnes questions sans être intrusive, était très à l’écoute de la cliente et très pédagogue en même temps. Elle lui a fait essayer plein d’options sans non plus tenter de lui refourguer n’importe quoi, a bien pris compte de ses besoins sans lui raconter de bêtises ni la forcer à la vente. Leur discussion était super amicale et décontractée, mais quand même hyper pro et bénéfique pour la cliente, ça faisait vraiment plaisir à entendre. En plus, ça m’a permis de me rendre compte comment se passait un fitting chez Bravissimo sans avoir à en réclamer un moi-même. Je comprends pourquoi les gens prennent rendez-vous pour ça, parce que le service a l’air d’être super et les vendeuses très bien formées. Ça change de certains magasins de lingerie en France qui mesurent les clientes par-dessus leur manteau en plein milieu de la surface de vente.

Macintosh Rose bra

(Crédit photo : Bravissimo)

Mon expérience chez Bravissimo était vraiment super, mais je garde quand même quelques réserves et points négatifs pour la fin. Tout d’abord, la robe Pepperberry ne m’allait pas du tout. Comme la majorité des marques pour poitrines généreuses (si ce n’est toutes), Pepperberry semble tailler ses vêtements pour des femmes beaucoup plus grandes que moi. La place pour la poitrine était idéale, mais tout le reste n’allait pas. J’ai pris un 36 et il ressemblait plus à un 38, la robe baillait à la taille, aux fesses, aux épaules et était bien trop longue. Ce n’est pas une perte très grave pour moi, car de toutes façons le style de Pepperberry ne correspond pas du tout au mien, mais c’est toujours décevant quand ce genre de truc arrive. Globalement, ce souci de style se répercute sur tout le magasin. Les vendeuses sont super, les modèles proposés sont jolis et frais mais l’ambiance générale du magasin fait trop « mature » pour que je m’y sente immédiatement à l’aise. Pourtant il y avait vraiment des femmes de tous les âges dans le magasin, des dames assez âgées et des mères de famille, mais aussi des filles plus jeunes. Ce ressenti vient peut-être de la déco pas très moderne, qui n’est pas complètement horrible ni ringarde, mais tout de même assez quelconque. Si on ne connaît pas déjà Bravissimo et sa bonne réputation, la boutique n’est pas très attirante. C’est dommage, car c’est une de mes meilleures expériences dans un magasin de sous-vêtements. Maintenant que Viksen a fermé, il n’y a officiellement plus aucune boutique en France où je puisse essayer ma taille alors, si je retraverse la Manche un de ces jours, je retournerai plutôt deux fois qu’une chez Bravissimo. ✧٩(•́⌄•́๑)و ✧

Publicités

Made in Preston, ma première expérience chez une marque full bust

Il n’y a pas que les soutiens-gorges qui se portent sur les seins. Il y a aussi les vêtements qui viennent se mettre par-dessus. C’est quelque chose qui me frustre encore plus que les soutiens-gorges parce que certains vêtements sont inaccessibles quand on a des seins, même relativement petits. J’enrage souvent à ce sujet, parce que ça m’énerve qu’il soit tout bonnement impossible pour un être humain normalement proportionné de trouver une chemise qui puisse être boutonnée. Je ne sais pas si c’est un problème qui est aggravé par le fait que je porte une taille plutôt petite (car je suis minuscule) mais la plupart des vêtements à ma taille n’ont tout simplement aucune place pour y mettre des seins. Même pas des petites pinces au niveau de la poitrine, comme si c’était prévu pour une personne avec zéro poitrine, même petite. Comme j’ai en plus la taille assez marquée, c’est du domaine de l’impossible pour moi de trouver un vêtement qui m’aille parfaitement à la fois au niveau des hanches, des seins et de la taille.

POURQUOI LES CHEMISES ? POURQUOI ? (via http://bustygirlcomics.com/)

Heureusement, il y a des marques qui ont pensé à ça. Des marques qui se destinent aux femmes qui ont de la poitrine, souvent marketées vers celles qui ont le corps « en forme de sablier », bref, des marques qui se vantent de ne pas être comme les autres et de construire leurs vêtements différemment. Made In Preston, dont le slogan est « Fashion for bigger boobs », en fait partie.

C’est la première fois que j’achète un vêtement chez une de ces marques. La première raison, c’est le prix. Ces marques sont souvent plus chères que ce que j’ai l’habitude de dépenser pour mes vêtements. L’autre raison, c’est le design général de ces marques qui est souvent très classique et clairement pas conçu pour attirer quelqu’un de mon âge. Évidemment, on y trouve quand même de jolies choses et c’est aussi bien d’avoir des classiques dans sa garde-robe, mais combiné au prix, ça m’ennuie un peu et j’ai du mal à justifier la dépense.

green-leather-bodycon-dress_1 (1)

Cette robe avait l’air plutôt bonnasse sur le site de Made in Preston, alors j’ai cédé.

J’ai décidé d’acheter chez Made In Preston pour ma première expérience en marque full bust parce qu’il y avait une remise de 20% parce que le style de la marque est plus jeune que celui de ses concurrentes, moins classique.

Comme beaucoup de gens, j’ai choisi de tenter ma chance avec la Green Leather Bodycon Dress, c’est-à-dire une robe verte près du corps avec des empiècements en faux cuir sur les côtés.

Voilà la bête. (J'ai volontairement fait le choix de ne pas tronquer cette photo pour quoi puisse voir Thierry Beccaro dans ma télé au fond.)

Voilà la bête sortie du colis.
(J’ai volontairement fait le choix de ne pas tronquer cette photo afin
qu’on puisse apercevoir Thierry Beccaro dans ma télé au fond.)

Made in Preston est une marque anglaise qui propose des vêtements du 6 au 16 (du 34 au 44 en tailles françaises, oui, je sais, ça monte pas très haut) avec, pour chaque taille, 3 subdivisions avec des tailles différentes pour la poitrine. Chaque taille est donc disponible en version « Fit », avec la même place pour la poitrine que dans une boutique classique, « Foxy », avec un peu plus de place pour les seins, et « Fab », avec beaucoup plus de place pour les seins.

Pour ma part, j’ai un peu galéré quand même avec leur guide des tailles, car je comptais prendre un 8 Foxy (soit un 36 avec un peu plus de taille pour les seins que d’ordinaire) car c’est ce qu’indiquaient mes mensurations au niveau de la poitrine et des hanches. À l’inverse, mes mensurations à la taille indiquaient plutôt une taille 6, donc j’ai un peu hésité. Finalement, j’avais un peu peur de me retrouver avec une robe qui ne laisserait pas passer mes fesses, donc je suis restée sur un 8 Foxy.

Ce n’était pas forcément une bonne idée.

J'ai bien reçu un 8 Foxy, donc pas d'erreur sur la taille.

J’ai bien reçu un 8 Foxy, donc pas d’erreur sur la taille.

Ma première réaction en essayant la robe a été très bonne car j’avais surtout hâte de voir comment elle m’irait au niveau de la poitrine. Or, à ce niveau-là, c’est nickel. Il y a des pinces au niveau de la poitrine et un espace supplémentaire clairement alloué aux seins. Je n’ai jamais vu ça sur une robe taille 36. Le 8 Foxy correspond donc bien à ma poitrine moyenne, c’était vraiment pile poil, donc j’étais très contente.

Et puis j’ai regardé le reste.

Au niveau de la taille et des hanches, la robe était clairement beaucoup trop grande. Je m’attendais un peu à ce qu’il y ait de l’espace superflu à la taille, mais là c’est toute la partie inférieure de la robe qui n’est pas assez ajustée. La robe est censée être assez près du corps, et même si je ne me sens pas super à l’aise dans les vêtements trop moulants, là ça baille carrément et ça fait des plis moches.

J’en viens maintenant au plus gros problème que j’ai avec cette robe : elle est vraiment, vraiment trop longue. D’accord, je suis petite, je fais moins d’1m60, donc j’ai l’habitude des habits trop longs et je comprends que tous les fabricants ne puissent pas toujours prendre en compte les petites comme moi quand ils conçoivent leurs vêtements. Mais là, c’est vraiment abusé. C’est une robe censée se porter juste au-dessus du genou alors j’ai mesuré : il faudrait enlever au moins 18 cm de tissu à la robe pour qu’elle m’arrive au genou. Même pour quelqu’un qui a l’habitude de faire retoucher ses habits, ça fait beaucoup.

P1020545

Même à plat, on distingue bien que la robe prévoit de la place pour la poitrine.

Je suis un peu déçue, d’autant que j’aimais vraiment bien cette robe. La couleur est très sympa, le faux cuir met la silhouette en valeur et l’encolure, ni tout à fait en V ni tout à fait en cœur, est jolie. Et puis la robe est, en théorie du moins, très bien pensée. La taille est marquée, les bretelles sont ajustables, le faux cuir accentue les courbes, le haut de la robe est conçu pour ne pas qu’on voie le soutien-gorge dépasser sur les côtés ni au niveau des bretelles. La robe est conçue pour quelqu’un qui a de la poitrine et le soutien-gorge qui va avec, et c’est génial.

Cependant, au-delà des problèmes d’ajustement entre la robe et mon corps, j’ai remarqué quelques petites malfaçons et détails pénibles. Par exemple, dans le dos de la robe, il y a un léger décalage entre les deux côtés de la fermeture éclair. Le côté gauche est quelques millimètres plus haut que le côté droit. C’est pas grand chose, mais pour une robe à 57€ j’estime qu’on a le droit de s’attendre à mieux.

Un autre souci, c’est l’ajustement des bretelles. Elles sont très difficiles à raccourcir ou à rallonger, il faut tirer très fort sinon ça résiste, au point qu’on a l’impression qu’elles vont se casser si on continue à forcer. En plus, quand on rétrécit la bretelle il se crée un effet étrange, le tissu de la bretelle se tasse et s’emmêle pour donner un truc très épais et pas très joli vu de profil.

Et pardon pour le poil de chat.

Au niveau du haut du zip et de la couture horizontale, on voit clairement un petit décalage.
(Et pardon pour le poil de chat.)

Au vu de ces différents problèmes, j’ai décidé de retourner la robe à Made In Preston. J’ai donc demandé une autorisation de retour sur leur site (car Made in Preston n’autorise pas les retours directs, il faut remplir une demande d’abord via leur site, je pense que c’est pour avoir un avis plus détaillé de la part des acheteurs mécontents, ce que je trouve pas plus mal). J’ai détaillé tous mes problèmes avec la robe et n’ai toujours pas de réponse de la marque mais ils ont la réputation d’avoir un service client très gentil et compréhensif, donc je ne m’inquiète pas trop.

Pour résumer, cette robe est bien mais prenez ces quelques conseils avant d’investir :
– Ne l’achetez que si vous êtes grand·e. À mon avis, à moins d’1m75, c’est mort, sauf si vous êtes chaud·e·s pour retoucher le bas.
– Pour le choix de la taille, prenez plutôt trop petit que trop grand par rapport à vos mensurations. Le tissu de la robe est très élastique, donc si vous avez besoin d’un peu plus de place, elle s’ajustera.
– Regardez Motus, présenté par Thierry Beccaro.

Voilà le lien pour acheter la robe via le site de Made In Preston, si le cœur vous en dit.

À bientôt (´・ω・`)

EDIT DU 7 JANVIER 2015 : Je viens d’apprendre que Made In Preston était sur le point de fermer. La marque existe encore et vous pouvez toujours acheter sur leur boutique en ligne, mais il n’y a plus personne au service client. Par conséquent, si vous commandez et n’êtes pas satisfait·e, vous n’aurez probablement pas la possibilité d’obtenir un échange ou un remboursement. (Ce qui est tout à fait illégal, soit dit en passant.) Pour ma part, j’ai envoyé mi-novembre une demande pour pouvoir renvoyer la robe et me faire rembourser mais je n’ai toujours pas eu de réponse, et je crains de ne jamais en avoir. Rien n’est encore officiel ni n’a été annoncé. Une cliente insatisfaite a contacté la patronne de MiP sur Twitter, qui lui a répondu, que la marque allait fermer, que le service client était vide, mais qu’elle était en congé maternité et ne pouvait donc rien y faire. (J’ai vu les tweets au moment de leur parution, mais elle les a depuis supprimés.) Apparemment, la patronne a dû faire face à certains imprévus personnels, et la situation pourrait se décanter une fois son congé maternité terminé, mais je vous déconseille de passer commande chez MiP, au moins pour le moment.

EDIT DU 15 FÉVRIER 2015 : Eeeeeeeet ça y est, le site de Made In Preston a fermé. Si quelqu’un se sent de récupérer la robe dont je parle dans cet article, faites-moi signe. Merde.

Où donner, échanger ou revendre ses soutiens-gorges ?

Bonjour à toutes et à tous. Comme vous l’avez peut-être remarqué, le blog a un nouvel onglet tout beau dans lequel je vous propose de racheter mes soutiens-gorges d’occasion neufs ou en bon état. Il peut sembler un peu étrange d’acheter d’occasion quelque chose d’aussi personnel et délicat que de la lingerie, mais c’est une pratique très répandue chez les gens qui font une taille de soutien-gorge difficile à trouver. La nécessité de s’approvisionner sur internet implique qu’on a vite fait de commander un soutien-gorge qui ne nous va pas sans pouvoir l’échanger. Ou peut-être qu’on pouvait l’échanger mais qu’on a eu la flemme et qu’on s’y est pris trop tard. Ou peut-être que le soutif était à notre taille au départ mais que notre taille a changé. Ou peut-être qu’on lui a donné sa chance en croyant qu’il nous irait sauf qu’en fait il rend nos seins moches et douloureux. Bref, on se retrouve avec des soutiens-gorges neufs ou quasi neufs sur les bras et il n’est pas question de les jeter, surtout quand ils pourraient rendre heureuses d’autres poitrines. Heureusement, il existe plusieurs moyens de s’en débarrasser dans la joie, même quand on n’a pas de blog sur les seins. Je vais vous montrer.

NB : La communauté du bra fitting étant peu développée dans nos jolis pays francophones (je me sens d’ailleurs bien seule, oh non), les ressources suivantes sont essentiellement en anglais. Désolée. Bon, ne dramatisons pas non plus, des connaissances très basiques et/ou l’utilisation d’un petit traducteur pas trop sale suffisent à s’y retrouver.
NB encore : Les sites et groupes que je vais mentionner ici ont tous des politiques précises sur la marche à suivre pour acheter ou vendre un article. Ce n’est jamais très compliqué, mais veillez toujours à bien les lire et à les respecter afin que les sites puissent rester clairs, utiles et sûrs.

Bratabase

Une petite recherche par taille et c'est facile de trouver des offres intéressantes.

Une petite recherche par taille et c’est facile de trouver des offres intéressantes.

Ce n’est pas la première fois que je vous parle de Bratabase, sorte de Pokédex des soutiens-gorges alimenté par ses membres, un site dense et foutraque mais à l’utilité et au potentiel incroyables. Eh bien Bratabase possède également une section de petites annonces (ou listings) qui vous permet de revendre vos soutiens-gorges, les donner gracieusement ou les échanger avec quelqu’un contre un autre modèle (le tout sans câble Link). L’interface est facile d’utilisation aussi bien pour les vendeurs que pour ceux qui recherchent un modèle d’occasion à leur taille. Le site étant assez connu, c’est peut-être là que vous trouverez preneur le plus facilement. Autre avantage : si vous choisissez de donner ou d’échanger plutôt que de vendre, Bratabase prend en charge les frais de port vers l’heureux nouveau propriétaire de votre soutien-gorge.

Facebook

Exemple d'annonce sur le groupe Facebook Clothes for Boobs

Exemple d’annonce sur le groupe Facebook Clothes for Boobs

Si vous avez un compte Facebook (et, soyons honnêtes, vous en avez probablement un), il existe des groupes dédiés à la vente de soutiens-gorges d’occasion. Le principal est le très actif Clothes for Boobs, où l’on peut revendre aussi bien des soutiens-gorges en bon état que des vêtements adaptés aux fortes poitrines. Le groupe a beaucoup de membres ayant à la fois un grand tour de dos et un gros bonnet mais il n’y a pas de critère de taille pour pouvoir passer une annonce sur le mur. Avec plus de 2500 membres, vous trouverez forcément quelqu’un qui fait la même taille que vous. Clothes for Boobs est également un endroit où les membres peuvent discuter des différentes problématiques liées au fait d’avoir une poitrine et c’est plutôt convivial. Le groupe est privé afin d’assurer un minimum de protection contre les gens un peu flippants, mais si votre profil n’est pas louche il vous suffit de réclamer pour en faire partie.

Reddit

Braswap, le subreddit où même la mascotte a un soutien-gorge à sa taille

Braswap, le subreddit où même la mascotte a un soutien-gorge à sa taille

Reddit veut du bien à tes seins. Reddit a fait du bien à mes seins et /r/ABraThatFits a sauvé ma vie. Mais à cause de Reddit, tu es parfois incité à acheté des soutiens-gorges qui finalement ne te vont pas trop. La solution ? Les refourguer sur Reddit. La boucle est bouclée, la vie est douce et facile. Reddit.
Il y a deux solutions et deux subreddits distincts pour que vos soutiens-gorges trouvent une deuxième maison via Reddit. Le premier, Bra swap, permet d’acheter ou vendre des soutiens-gorges d’occasion, mais aussi d’effectuer des échanges, comme avec les Pokémon (« je t’échange un Cleo Lucy en 30F contre un Cleo Marcie en 30FF », par exemple).
Si vous êtes d’humeur plus généreuse, vous serez peut-être intéressés par Random Acts of Bras. Sur ce subreddit, les gens font carrément don de leurs anciens soutiens-gorges sans demander d’argent à part, éventuellement, le prix des frais de port. Qu’il s’agisse de personnes n’ayant vraiment pas les moyens d’essayer des soutiens-gorges à leur taille ou d’adolescentes dépendantes financièrement à qui les parents refusent d’acheter des soutiens-gorges adaptés, il y a sûrement des gens à qui vos anciens soutiens-gorges pourraient servir.

boobiebazaar

boobiebazaar

Je termine mon petit tour d’horizon avec boobiebazaar, un site spécialement dédié à la revente de soutiens-gorges. Je vais être très honnête et vous avouer que, malheureusement, boobiebazaar a relativement peu de membres et n’est pas aussi développé qu’il pourrait l’être. C’est très dommage parce qu’il y a un public pour ce site, j’adorerais qu’il soit plus vivant et qu’il devienne une vraie plateforme de vente riche et efficace.
Le site est plutôt clair et sa présentation rappelle celle des listings de Bratabase. En revanche, l’inscription n’est possible que sur invitation ; si vous en voulez une n’hésitez pas à me demander ou à en réclamer via le groupe Facebook du site. Contrairement à la majorité des sites en rapport avec le bra fitting, boobiebazaar est peuplé par une communauté plutôt européenne. Ne soyez donc pas étonnés de tomber sur des annonces en allemand ou en polonais, parfois la marque et la taille du soutien-gorge sont si clairs qu’il n’y a même pas besoin de traduction. Autre chose importante à savoir : le site est réservé aux femmes, probablement par peur que des pervers viennent harceler les membres et leur réclamer des culottes sales. Si vous n’êtes pas une femme, sachez que les autres sites que j’ai mentionnés précédemment n’iront pas vous demander si vous êtes homme, femme ou non-binaire et que vous pouvez sans souci vous tourner vers eux.

EDIT DU 21/08/2015 (c’est encore mon anniversaire mais un an plus tard, décidément) : Après plusieurs mois de maintenance, le site Boobie Bazaar a rouvert ! Le nouveau site est assez agréable et pas trop mal fichu, et vous pouvez l’intégrer sans invitation. Par contre, ils prennent maintenant un pourcentage sur les ventes que je trouve très élevé. Pour chaque objet vendu, le site s’octroie 25% du prix de vente, et je trouve ça un peu abusé, mais c’est vous qui voyez.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui ! C’est mon anniversaire aujourd’hui, alors je vais vous laisser et aller faire la fête. Avant de partir, toutefois, j’aimerais partager avec vous cette petite photo de lapins mignons que Caroline m’a envoyée pour mon anniversaire. À bientôt et restez doux !

Awawawawawawawawawawawawawa

Test : Guides des tailles et autres calculateurs

Avant de découvrir la méthode ABraThatFits puis d’ouvrir ce blog, j’étais perdue. Aucun soutien-gorge ne m’allait vraiment, je n’avais aucune idée claire de ma taille, c’était le bazar. Dans les moments de doute mammaire, je me raccrochais à ce que je pensais être un îlot de clarté et de précision dans ce monde de flou : les guides des tailles et autres calculateurs fournis par les marques sur leurs sites internet. Car les chiffres c’est cool, c’est chouette, c’est rassurant.
Maintenant, je connais ma taille et je la calcule moi-même sans aide extérieure et il y a bien longtemps que j’ai cessé de m’intéresser à ces outils. Il est donc temps de mener une petite expérience et de voir s’ils sont capables de s’approcher un peu de ma véritable taille.

Calculateurs, guides et autres tableaux, montrez-moi ce que vous avez dans le ventre. Je suis prête.

Témoin : Bra Size Calculator

Bon, d’abord, pour savoir qui se trompe et qui a raison, voyons ce que c’est que ma taille. Je porte du 28FF ou du 28G (taille britannique), mais plus généralement du 28FF. En bref, je fais un gros 28FF, voilà. En taille française, ça pourrait donner quelque chose comme du 75H si quelqu’un en France se donnait la peine de fabriquer cette taille. Toutefois, mon tour de dos a tendance à rétrécir constamment et je sens que je suis maintenant plus proche d’un 26G/GG que d’un 28FF/G. Si un calculateur me donnait une de ces quatre tailles (26G, 26GG, 28FF ou 28G ou bien leur équivalent converti en taille française), je considérerais donc qu’il a réussi sa mission. La marge de manœuvre est assez importante et je suis quelqu’un d’indulgent, alors il y a de la place pour les bonnes surprises.

Mes mensurations telles que je les ai prises le plus récemment sont les suivantes (je les mets toutes histoire d’être totalement parée au combat, mais à mon avis peu de guides en demanderont plus de deux) :

Tour de dos : 26 pouces = 66 centimètres
Tour de dos méga serré de la mort : 25″ = 63,5 cm
Tour de poitrine debout : 34.75″ = 88,3 cm
Tour de poitrine penchée en avant : 36.3″ = 92,20 cm
Tour de poitrine allongée : 34.25″ = 87 cm

Pour mon échantillon témoin (il en faut toujours un, j’ai eu 4/4 à mes TP de SVT en terminale alors faites-moi confiance), j’ai choisi le calculateur de www.brasizecalculator.tk. Ce calculateur a été conçu par une utilisatrice du subreddit /r/ABraThatFits avec la collaboration de multiples utilisateurs, il est sans cesse mis à jour et amélioré et c’est sans doute le meilleur trouvable sur internet.

Puisqu’il utilise les méthodes d’ABTF, le calculateur réclame cinq mensurations pour calculer une taille. Voilà ce que ça donne quand je les lui soumets.

Taille donnée : 26GG/H avec pour tailles soeurs 28G/GG et 24H/HH
Verdict : 8,5/10

Comme on pourrait s’y attendre, c’est pas mal du tout. Il est à peu près certain qu’un 26H et un 28GG seraient trop grands pour moi, mais le 26GG ou le 28G sont parfaitement réalistes et justes. Le seul souci c’est que le calculateur prend en compte mon tour de poitrine penchée en avant, qui a tendance à un peu me surestimer du fait de la forme de ma poitrine. A l’inverse, mon tour de poitrine debout a tendance à me sous-estimer. J’ai remarqué que la moyenne de ces deux mesures était souvent la plus pertinente dans mon cas pour calculer ma taille, je vais donc la noter pour plus tard. Comme ça, si on me demande mon tour de poitrine, c’est celui-là que j’utiliserai.

Moyenne tour de poitrine debout + poitrine penchée en avant = 35.52″ = 90,22 cm

Voilà. Nous avons notre échantillon témoin, qui servira à prouver que ma taille existe et que, même si aucun outil n’est jamais parfait, elle est tout à fait calculable. En route pour l’aventure, maintenant.

Candidat n°1 : Etam Lingerie

Notre premier test portera sur Etam, gros poisson du soutif s’il en est. Rappelons que, la dernière fois que j’ai demandé de l’aide à une vendeuse Etam pour me mesurer, elle m’a mis dans du 85C puis dans du 85D quand elle a réalisé que moins de 50% de mes seins tenaient dans le bonnet. Ce qui était un peu moins pire mais toujours dramatique. Voyons ce qu’il en est sur leur site.

Leur guide des tailles correspond à un petit tableau très simple et clair. Première bonne surprise : il contient des tailles qu’Etam ne fabrique pas (comme le 80E) et a donc la bonne foi de reconnaître implicitement qu’Etam ne vend pas toutes les tailles de soutien-gorge qu’il est possible de faire. Et donc qu’on peut potentiellement faire une taille qu’ils n’ont pas et avoir besoin d’acheter ailleurs. Plutôt cool.

guide des tailles etam

Okay, voyons voir pour ma pomme, maintenant. Mon tour de dos est de 66 cm, entre 63 et 67 cm, donc, ce qui correspondrait à du 80. Quant à ma moyenne des tours de poitrine, de 90,22 cm, elle est trop grande pour trouver une correspondance dans la colonne de mon tour de dos. Mon tour de poitrine debout « normal », de 88,3 cm, est apparemment trop grand aussi. Bon. Impossible de savoir ma taille, mais apparemment ce serait du 80 quelque chose. Je porte du 75 au crochet le plus serré donc c’est pas super mais c’est pas non plus horrible, ils auraient pu me mettre dans du 90. Par contre, le tableau est donné un peu sèchement et ne précise pas que d’autres tailles existent, ça donne un peu l’impression que rien n’existe en-dehors du tableau et ça laisse un sentiment pas terrible. Je fais quoi avec ma poitrine de 88-90 cm maintenant ?

Taille donnée : 80?
Verdict : Pas terrible/10

Candidat n°2 : Princesse Tam-Tam

Le site de Princesse Tam-Tam ne possède pas de tableau mais un calculateur qui demande deux mensurations : le tour de poitrine et le tour de dos sous le buste, sous forme de nombres entiers.

Premier essai. J’entre mon tour de dos, 66 cm. Puis, un peu étourdie, je mets mon tour de poitrine penchée (92 cm) au lieu de ma moyenne de 90 cm. Voilà le résultat.

HAHAHAHAHAHA je vais tous vous tuer

HAHAHAHAHAHA je vais tous vous tuer

Prise d’une terrible panique, je m’empresse de corriger mon tour de poitrine et de le remplacer par 90 cm. Le calculateur me donne alors du 80E. C’était moins une, dites donc, à deux centimètres près ma poitrine n’existait plus ! J’ai pas intérêt à prendre de poids dans les seins, sinon les conséquences pourraient être fatales. Bien foutu, le calculateur me propose même des petits liens pour « découvrir les sélections lingerie et maillots en 80E ». Je clique, curieuse et jouasse, mais le site m’affiche pour seul message que « Nous sommes désolés, aucun article ne correspond à votre recherche ».

J’ai vraiment eu l’espoir de voir du choix en bonnet E chez Princesse Tam-Tam, je ne sais pas ce qui m’a pris et maintenant je pleure de déception.

Bon, cette fois nous avons une taille complète : 80E. C’est toujours à côté de la plaque, mais c’est toujours loin d’être une catastrophe absolue. Par contre, heureusement que j’ai arrondi à 90 cm, parce qu’à partir de 91 ma taille n’est plus calculable. Ce qui est stupide, parce que leur calculateur permet d’entrer un tour de poitrine jusqu’à 110 cm. Et c’est même pas comme si c’était une volonté de caser toutes les femmes dans les tailles qu’ils fabriquent, puisque Princesse Tam-Tam ne te filera jamais de 80E même dans tes rêves les plus fous. Ça fout juste les boules gratuitement, sans rapporter un potentiel centime à la marque. A nouveau, ça renforce l’idée que ton corps est anormal et fait buguer leur machine par sa difformité. Genre : « de telles mensurations ne peuvent pas exister, vous vous êtes forcément gourés dans votre prise de mensurations parce que clairement c’est pas possible d’être foutu comme ça, veuillez rentrer des chiffres différents svp ». Et franchement, je suis vexée.

Taille donnée : 80E
Verdict : Plus qu’un centimètre et ma poitrine cesse d’exister/10

Candidat n°3 : Darjeeling

Tout le monde croit que je déteste Darjeeling. C’est faux. J’adore plein de trucs que fait Darjeeling et j’aimerais vraiment qu’ils aient ma taille. Ce n’est hélas pas le cas, mais peut-être qu’au moins ils sauront la calculer. Je rappelle à toutes fins utiles que, quand j’ai voulu me faire mesurer chez Darjeeling, la nana m’a regardée à travers mon t-shirt et annoncé que j’étais « un 95B ou un 90C ». J’en fais encore des cauchemars. Au moins, c’est sûr et certain que leur site ne pourra pas faire pire que ça.

Comme Etam, Darjeeling fait simple et prodigue ses conseils taille sous forme de tableaux.

A croire que le 75 n’existe pas, comme d’hab.

Une fois de plus, je me retrouve en 80. C’est toujours pas ma taille mais N’OUBLIONS JAMAIS LA NANA QUI M’A FAIT ESSAYER UN 95B, on part de loin.

Petit moment d’appréciation devant ce tableau, s’il vous plaît. Il va jusqu’au G et c’est pas des conneries, Darjeeling a bien du choix en bonnet G. C’est pour ce vrai. Pas des blagues. Juré. Bon, par contre, moi avec ce tableau je me retrouve en 80E, 80F si on veut pousser mémé dans les orties. Plus ou moins comme chez Etam et Princesse Tam-Tam sauf que Darjeeling, eux, ont des modèles en 80E et 80F ! Ils en ont pas énormément mais ils en ont ! Des modèles plutôt jolis, même ! Qu’ai-je donc pris le temps de faire avant d’envoyer cet article ? J’ai déplacé ma noble gorge jusqu’au Darjeeling le plus proche de mon logis, j’ai chopé un 80E et un 80F et ai filé en cabine discretos en essayant d’éviter la vendeuse sadique au 95B. Je savais pertinemment que ce n’était pas ma taille mais je voulais tester quand même par acquis de conscience et j’ai été déçue. Bon, évidemment, le tour de dos était trop grand, mais c’était prévisible. Le 80E était trop petit au niveau du bonnet, en revanche le 80F était plutôt correct et contenait toute ma poitrine sans quadboob. Le souci, c’est que leurs bonnets sont extrêmement larges et donc très inconfortables pour moi. Il y a à mon sens un réel souci dans la construction-même du soutien-gorge pour se retrouver avec des armatures aussi larges qui partent aussi loin dans le dos. Je pense donc que même si j’avais été un vrai 80E ou 80F, ce ne serait pas passé. Dommage, parce que ce sont des tailles assez rares et difficiles à trouver dans le commerce, ce serait vraiment bien qu’elles soient bien faites.

Taille donnée : 80E
Verdict : Bien essayé/10

Candidat n°4 : Victoria’s Secret

Dans la communauté du bra fitting, essentiellement anglophone et américaine, Victoria’s Secret est une sorte de force supérieure maléfique. Rapport qualité/prix pourri, méthodes de mesure absurdes, image merdique des femmes, on leur reproche beaucoup de choses. Sauf que Victoria’s Secret domine largement le marché américain en matière de soutiens-gorges, c’est donc un ennemi extrêmement coriace. Je n’ai jamais acheté de lingerie chez eux (je suis en revanche une grande fan de leurs trousses de toilette (c’est pas des sarcasmes)) mais ma curiosité a été piquée et j’ai décidé de tenter de me mesurer selon leurs standards.

Première excentricité qui fait hurler les Américaines qui savent mesurer des seins : pour calculer le tour de dos, les vendeuses Victoria’s Secret mesurent au-dessus des seins. Pas là où le bandeau du soutien-gorge doit être mais sur le haut du buste, en faisant passer le mètre-ruban juste sous les aisselles. C’est une aberration mais j’ai quand même pris la mensuration pour la science : 32″, soit 81,28 cm. On est loin des 66 cm de mon dos et je sens la catastrophe venir à grands pas.

J’entre ça dans leur calculateur avec mon tour de poitrine debout et il me dit que ma taille est 32C, soit du 85C. Je hurle. LE 85C JE METS UN TIERS DE MES SEINS DEDANS A TOUT CASSER, EST-CE UNE BLAGUE ? Je décide alors de niquer la police et de remplacer ce 32″ absurde par la vraie taille de mon dos à l’endroit où je suis censée porter mon soutif, à savoir 26″. Je ne compte pas porter mon soutien-gorge à l’envers avec le bandeau juste en-dessous des clavicules alors j’estime être dans mon bon droit.

"Veuillez entrer une taille de dos entre 30 et 40"

« Veuillez entrer une taille de dos entre 30 et 40 »

Ce gros bâtard refuse mon 26 et n’accepte que des mensurations entre 30 et 40 pouces, sinon ça ne marche pas. Sympa pour les gens qui ne rentrent pas dans cette fourchette. Qu’à cela ne tienne, je ressors mon mètre et je remesure sous mes aisselles. C’est la partie haute du tissu mammaire, donc c’est un endroit assez mou et en serrant un peu plus le mètre j’arrive sans problème à mesurer 30 pouces (en serrant très fort je descends même en-dessous de 27″ à cet endroit). Voilà, cette fois on va dire que je mesure 30″ et on va voir ce que ça me dit.

Vous le faites exprès, sérieux.

Vous le faites exprès, sérieux.

« Nous avons du mal à trouver votre taille. Réessayez ou rendez-vous dans votre magasin le plus proche ». Réessayez ? Réessayez quoi ? Tu veux que je me remesure encore en espérant que mon corps ait changé entretemps ? La légende était vraie, ce truc est une catastrophe et je ferme mon onglet de rage. Adieu.

Taille donnée : 32C
Verdict : Je veux mourir/10

Candidat n°5 : Orcanta

Vous serez ravis (ou pas, d’ailleurs, mais moi j’étais ravie) d’apprendre qu’Orcanta a refait son site internet, ce qui est une très bonne nouvelle. Leur calculateur de taille tout nouveau tout beau est clair, intuitif et fluide.

Tout d’abord, le site me demande si je possède un mètre-ruban. BICHE STP, évidemment que j’ai un mètre-ruban. On me réclame alors deux mesures, le dos et le tour de poitrine debout, en décrivant la position à adopter à chaque fois. Il y a des coquilles dans leurs petits textes explicatifs, mais je suis pas là pour jouer les relectrices. J’entre mes mensurations et j’obtiens ceci :

Ok.

Ok.

La taille est à côté mais c’est mieux que chez Princesse Tam-Tam et compagnie et j’apprécie quand même le ton du truc, pas trop définitif ni péremptoire. Je le prends comme un « ok, on a calculé cette taille-là mais après c’est pas forcément ça non plus, rien ne vaut l’essayage et on fait des calculs, pas de la magie ». C’est très cool de le formuler ainsi.
Après cela, il y a deux boutons : un bouton « Voulez-vous voir des produits à votre taille ? » qui ne mène vers rien car il n’y a rien chez Orcanta en 80F. Ce n’est pas une surprise mais ça reste super agaçant. Faites un message « Désolés, nous n’avons pas votre taille de soutien-gorge mais vous pouvez acheter un pyjama ou une culotte si le cœur vous en dit », ce serait plus sympa, c’est pas compliqué et ça éviterait les déceptions inutiles. L’autre bouton propose de faire un questionnaire pour recevoir une sélection personnalisée, mais ne mène à rien non plus car cette partie du site est encore en construction. Bon.

Si jamais vous n’avez pas de mètre à mesurer, le calculateur procède autrement en essayant de déceler les défauts de fit des soutiens-gorges que vous avez déjà, un peu à la manière du quiz de la marque True & Co. L’idée n’est pas mauvaise mais dans les faits, ça coince. En effet, le site me demande le nom de ma marque de lingerie préférée en fournissant une liste de marques parmi lesquelles aucune ne produit ma taille. Gênant. Ensuite, il me demande la taille que je porte, du 70 au 100, bonnets A, B, C, D, E, F ou G. En taille française je fais du 75H, donc je ne sais pas trop quoi faire. C’est bien d’intégrer la possibilité de déclarer qu’on fait du 70, mais si c’est pour ne prendre en compte ni les bonnets plus profonds que du G français ni aucune des marques dans le monde qui produisent des soutiens-gorges en 70, j’ai du mal à voir l’intérêt. Pour la science, j’ai donc décidé de me mettre dans la peau de mon moi du passé et de dire que je porte du 90C de chez Darjeeling.

orcantURGH

I am NOT amused

Je fais ensuite leur petit test en leur indiquant tous les problèmes que j’ai en 90C : bretelles qui glissent, bonnet qui scie le sein, bordel absolu.

Sans déconner ?

Sans déconner ?

Fin observateur, le site m’indique que le 90C ne me va pas. Merci les copains mais même quand j’y connaissais rien en soutiens-gorges je l’avais déjà remarqué toute seule. C’est sûrement une bonne chose qu’ils ne suggèrent pas de taille de remplacement sur la base d’un quiz aussi vague mais du coup je ne suis pas beaucoup plus avancée. Un petit texte m’indique quand même que ce serait bien que j’essaie un bonnet plus grand et un tour de dos plus petit. Ça pisse pas bien loin mais le conseil est bon, c’est déjà pas si mal.

Taille donnée : 80F
Verdict : J’ai un peu eu l’impression de perdre mon temps sur la fin mais tout compte fait c’était pas trop mal/10

Conclusion

Alors, quelle est la conclusion de cette expérience ? Sans surprise, aucune des marques testées n’est capable de s’approcher de ma taille, mais au moins on évite la catastrophe absolue (à part chez Victoria’s Secret) et aucune n’a osé me suggérer du 90 ou du 95. Celle qui s’approche le plus de ma taille est Orcanta, mais même là c’est insatisfaisant. Je ne peux pas porter quelque chose de plus grand que du 75. J’aimerais bien car il y a beaucoup plus de choix à partir du 80 mais c’est tout simplement trop grand pour moi, ça ne maintient rien et je ne peux pas transiger sur ça. Il faut vraiment arrêter de se comporter comme si le 75 (ou le 70, d’ailleurs) était une taille qui ne peut pas exister chez les adultes.

Pourquoi je fais tout ça ? Pour prouver qu’il ne faut faire confiance à personne et être en VIGILANCE CONSTANTE. Je fais ça parce que figurez-vous que je le vois quand vous parlez de ce blog. Je vois des gens enthousiastes qui le relaient sur des forums et qui se voient répondre « Euh, mais c’est pas possible puisque le calculateur d’Etam a dit que je faisais du 85A » et ça me rend dingue cette confiance aveugle accordée à des marques qui n’ont même pas assez de tailles en stock pour aller à la moitié des femmes. Ça me rend dingue d’avoir passé deux semaines en vacances dans un pays chaud, où les femmes étaient assez légèrement vêtues pour que je remarque que la quasi totalité d’entre elles portaient un soutien-gorge avec un tour de dos trop grand. Ça me rend dingue que la majorité des gens, y compris la vendeuse de lingerie moyenne, s’imagine une fille rachitique avec une énorme paire de loches quand on lui parle de 28FF/75H. Ça me rend dingue car en s’acharnant à perpétuer des clichés de chie on rend encore plus difficile la tâche des quelques marques qui osent fabriquer des tailles considérées comme rares. Et ça me rend dingue quand tu as ton poom poom short, mais ça c’est un autre problème.

Comment commander chez Comexim

Dans mon dernier article, je vous parlais de mon nouvel amour pour Comexim. Le seul souci dans cette histoire, c’est que commander chez une petite marque polonaise peut s’avérer un chouïa plus compliqué que de valider son panier Asos la main dans le slip. Le présent article a donc pour but de vous tenir la main et de vous expliquer comment, vous aussi, vous pouvez accéder à la grâce polonaise.

D’abord, choisir la bonne taille

Comexim utilise des tailles européennes qui, pour rappel, sont différentes des tailles anglaises qui sont elles-mêmes différentes des tailles italiennes qui sont elles-mêmes différentes des tailles franco-belgo-espagnoles. ON S’AMUSE BIEN, PAS VRAI ? Seules les tailles anglaises sont standardisées, le plus simple est donc de convertir à partir de là pour trouver sa taille chez Comexim. C’est donc l’heure des tableaux moches, en commençant par le tour de dos.

Taille anglaise

28

30 32 34 36 38

40

Taille française

75

80 85 90 95 100

105

Taille européenne/Comexim

60

65 70 75 80 85

90

Pour les bonnets, c’est un tout petit peu plus compliqué. Il y a une conversion simple possible mais Comexim a tendance à tailler un peu petit, donc il ne faut pas hésiter à prendre le bonnet au-dessus si jamais vous êtes entre deux tailles.

Taille anglaise

B

C

D

DD

E

F

FF

G

GG

H

HH

J

K

Taille Comexim

B

C

D

E

F

G

H

HH

J

K

L

M

N

Donc par exemple, si vous faites un 30E anglais (soit un 80F français), il vous faut probablement du 65F chez Comexim.

Ensuite, passer commande

Si vous tentez de passer commande sur le site de Comexim en utilisant la méthode normale « mettre dans le panier -> valider le panier -> payer », vous aurez probablement un message d’erreur vous disant que la livraison est impossible à votre adresse.

Ce ne sont que de vilains mensonges.

La livraison est tout à fait possible à votre adresse car Comexim livre dans le monde entier.

Ce qu’il faut faire, c’est passer par leur formulaire de contact. Une fois que vous avez repéré ce que vous voulez acheter, utilisez le formulaire et écrivez-leur une liste des articles que vous voulez et en quelle taille, ainsi que le pays de livraison afin qu’ils puissent estimer le coût total de votre achat.

Si vous êtes super motivés, le must c’est de leur écrire en polonais, vous pouvez alors utiliser ce petit guide de traduction. Pour ma part, je n’avais aucune envie de m’amuser à massacrer la syntaxe polonaise alors j’ai préféré leur écrire en anglais et tout s’est bien passé. Le niveau d’anglais d’Anna, la responsable du service client de Comexim, n’est pas génial, mais si vous utilisez un anglais simple et intelligible vous n’aurez aucun souci. Le message que je leur ai envoyé avait à peu près cette tronche :

« Hi,

I would like to place an order for a delivery in [le pays où j’habite, en l’occurrence la Suède].

I would like to order the following items:
[Nom du soutif 1], size [taille de soutien-gorge]
[Nom du bas 1], size [taille de la culotte]
[Nom du soutif 2], size [taille de soutien-gorge]
[Nom du bas 2], size [taille de mes fesses, à nouveau]

[Formules de politesse mignonnes, signature, blabla] »

Rien de bien compliqué, donc. Une fois ceci fait, vous recevrez un message d’Anna avec le total en zlotys et leur adresse Paypal afin de procéder au paiement. Vous pouvez payer directement en zlotys avec Paypal, donc pas besoin de faire de conversion. C’est aussi par Paypal que vous allez indiquer votre adresse de livraison. Une fois le paiement effectué, Comexim lancera le processus de fabrication/expédition de votre commande. Ils ont un peu tendance à ne pas communiquer, donc on a parfois l’impression de s’être fait ignorer, mais une absence de réponse après paiement ne veut pas dire que votre commande n’est pas en cours de traitement. Si votre compte en banque a été débité, c’est que c’est en cours. Alors pas de panique.

Note importante : Ne leur envoyez JAMAIS d’emails directement, passez toujours par le formulaire. Si votre commande traîne et que vous voulez savoir où elle en est, ou que vous voulez un numéro de suivi, passez par le formulaire. Pour une raison qui m’échappe, Comexim ne répond jamais aux mails directs mais répond toujours en quelques heures quand on passe par le formulaire. Donc économisez-vous du temps et du stress et oubliez les mails.

Peu de temps après, vous devriez recevoir un joli colis dans votre boîte aux lettres avec de chouettes timbres polonais dessus.

Ouh qu'il est joli.

Chic alors !

Et voilà !

Avocado

Je le disais dans mon article précédent : la Pologne est une sorte de terre sainte des soutiens-gorges. Les marques polonaises ont généralement beaucoup de tailles disponibles, surtout pour les petites bandes et les bonnets profonds (ce sont pratiquement les seules au monde à fabriquer des soutiens-gorges en 70), leurs soutiens-gorges peuvent convenir à des poitrines délaissées par le reste des marques (si vous voulez des bonnets plus étroits et avec plus de projection, c’est là qu’est votre bonheur) et leur rapport qualité/prix est des plus satisfaisants. Avocado, la marque dont je vais vous parler maintenant, est assez chère pour une marque polonaise mais je l’aime d’amour et elle vaut quand même vraiment le coup, nous l’allons montrer tout à l’heure.

Avocado, c’est joli

Règle n°1 chez Avocado : les modèles sont plus jolis en vrai que sur leur site. Mon premier contact avec Avocado a été une brève visite de leur boutique en ligne, que j’avais parcourue en diagonale sans rien voir de très excitant. Et puis je suis tombée sur une présentation de l’ensemble Soir de Paris sur le blog que The Lingerie Lesbian. Et je me suis dit que ça avait l’air bien joli, alors que sur le site je me rappelle spécifiquement avoir trouvé ce modèle un peu moyen et vieillot. Alors oui, c’est vrai que c’est une lingerie plutôt mature, on est loin des imprimés super colorés et festifs qu’on retrouve par exemple chez Cleo, mais c’est vraiment joli et ça ne vieillit pas.

L’ensemble Soir de Paris, photographié par The Lingerie Lesbian, donc.

Je ne suis pas une experte en matériaux, mais quand on met un soutien-gorge Avocado, on a vraiment l’impression de mettre ses seins dans de la lingerie de qualité. La marque est connue pour utiliser des jolies dentelles, originales et d’excellente qualité, et c’est vrai, ça se voit tout de suite, même quand on n’y connaît rien. Les matériaux sont beaux et ils offrent un maintien irréprochable tout en étant très doux et sans donner d’impression de rigidité. Il y a un réel souci du détail dans leurs modèles et c’est pour moi ce qui fait toute la différence. Pourquoi je dis que leur lingerie est plus belle en vrai que sur le site ? Parce que qu’en vrai, on peut réellement apprécier ces détails. Sur le site, quand j’étais tombée sur le Soir de Paris, je n’avais pas vu le détail ni la variété de la dentelle, les petits pois, la perle entre les bonnets. Sur le site, peu de modèles sont exposés sur de vrais mannequins, alors la plupart pâtissent d’un fond tout blanc qui ne met pas toutes ces petites choses en valeur, à moins de prendre le temps de cliquer sur chaque modèle pour aller zoomer.

Par exemple, lors de ma première commande chez Avocado, j’ai acheté le soutien-gorge Albertine. J’ai pas exactement eu le coup de foudre, je l’ai pris parce que je n’ai jamais assez de soutiens-gorges noirs et puis il ne coûtait que douze euros, donc je l’ai acheté en me disant que je ne risquais rien. (D’ailleurs il est toujours à 12€, même s’ils n’ont presque plus de tailles disponibles)

albertine-s167k-biustonosz

Albertine, l’objet du délit

Quand je l’ai reçu et que je l’ai sorti de son paquet, je n’en croyais pas mes yeux. La dentelle était vraiment belle et plein de détails m’avaient échappé, comme les petits glands au milieu ou le fait que le haut du bonnet soit en velours. J’ai eu du mal à reconnaître le petit soutif qui payait pas de mine que j’avais daigné mettre dans mon panier. Pour douze euros, le rapport qualité/prix est dingue. Alors oui, sur le site ça a l’air de rien, mais en vrai, c’est très beau. Et je trouve ça plutôt rassurant, finalement, de la lingerie qui est plus belle avec une vraie personne dedans.

Avocado, c’est varié

Avocado propose cinq coupes de soutiens-gorges différentes : A, K, H, D et F. Toutes sont construites différemment et donnent un effet bien à elles, il y a donc de bonnes chances pour qu’au moins une des coupes fasse votre bonheur. Pour ma part, je n’ai testé que les coupes K et A. Pour des informations plus détaillées sur les autres constructions, je recommande cet article de la merveilleuse Miss Underpinnings qui a la chance d’avoir une collection de soutiens-gorges Avocado bien plus conséquente que la mienne.

La coupe K est celle qui soulève le plus les seins. L’Albertine, dont je parlais plus haut, en fait partie. J’ai un autre soutien-gorge dans cette construction : le Vedette.

Je t'aime tant, Vedette, je t'aime tant

Je t’aime tant, Vedette, je t’aime tant

La capacité à « soulever les seins » dont je parle n’est pas forcément évidente avec l’Albertine, qui a ce bord en velours assez fermé, bien qu’il donne une jolie forme sous les vêtements. Le Vedette, bien qu’étant construit pareil, a un bord supérieur bien plus ouvert. Ce que j’essaie maladroitement de vous dire, c’est que ce soutien-gorge fait un décolleté de bonnasse. Le soutien-gorge en lui-même est magnifique, très délicat, la dentelle est ouf et tout ce que vous voulez, mais il est surtout très doué pour mettre en valeur. Le Vedette que j’ai est une taille trop petit pour moi, alors l’effet est sûrement exagéré, mais il remonte pas mal les seins et euh, voilà. Dans le jargon, on appelle ça un décolleté « gâteaux sur une assiette », quand les seins sont mis en valeur en étant soulevés, par opposition au décolleté « raie du cul » (ah ben oui, certaines métaphores sont moins poétiques que d’autres), où les seins sont mis en valeur en étant écrasés l’un contre l’autre. Pour ma part je préfère largement le premier au second, d’autant que le décolleté raie des fesses est généralement le signe d’un soutien-gorge trop petit. Qu’on se comprenne bien, il ne s’agit pas d’un décolleté qui se verra sous les vêtements (sauf pour des hauts à col très profond à la limite), vous aurez juste vraiment l’air canon quand vous vous baladerez en sous-vêtements chez vous. Et ça, c’est important.

La coupe A, quant à elle, est beaucoup plus naturelle. Elle arrondit le sein mais ne le soulève pas autant que la coupe K. Le soutien-gorge que je possède dans cette construction est le Kyoto.

Pour la femme élégante et discrète que tu n'es pas

Le Kyoto, pour la femme élégante et discrète que tu n’es pas

Le Kyoto est vraiment très joli, avec comme d’habitude beaucoup de détails. Il est classe et reste discret sous les vêtements. Je l’ai en « Caramel » mais il existe en plusieurs coloris, donc si ça peut être pas mal si vous cherchez un ensemble dans une couleur proche de celle de votre peau. Tout le monde ne sera pas forcément fan des fleurs mais moi ça me plaît et c’est différent de tout ce que je possède d’autre, c’est mon soutien-gorge de dame quand j’en ai marre d’être un bébé qui porte des soutifs avec des petites poupées russes dessus.
Plein de gens formidables ont essayé le Kyoto, dont Windie de chez Undiegamer, qui l’a même testé deux fois et à nouveau The Lingerie Lesbian. Donc si vous voulez voir des photos un peu plus parlantes, allez donc y jeter un coup d’œil.

Avocado, c’est pas si compliqué

Comme il s’agit d’une marque polonaise, Avocado utilise les tailles européennes, qui sont à la fois différentes des tailles britanniques et des tailles françaises, CAR LE CONCEPT D’EUROPE N’EST PAS DÉNUÉ DE COMPLEXITÉ. Donc au début, c’est un peu perturbant. Mais en fait, c’est pas si difficile de trouver sa taille. Attention, la méthode que je m’apprête à expliquer est propre à Avocado et utilise le tableau des tailles maison de la marque, donc il y a de fortes chances pour que votre taille européenne chez Avocado ne fonctionne pas chez d’autres fabricants, même ceux qui utilisent aussi des tailles EU. Tout cela est très compliqué.

Alors, la première étape est de déterminer son tour de dos et c’est plutôt facile. Un 75FR/28UK est un 60 chez Avocado. Un 80FR/30UK est un 65, un 85FR/32UK est un 70, un 90FR/34UK est un 75, un 95FR/36UK est un 80 et ainsi de suite jusqu’au 120FR/46UK/105EU. Mon tour de dos en taille française est 75, il me faut donc un 60 chez Avocado. Les bandeaux des soutiens-gorges polonais ont tendance à tailler ferme donc, si vous êtes entre deux tailles niveau dos, mieux vaut arrondir au tour de dos supérieur.

Pour trouver sa taille de bonnet, c’est un peu plus technique mais loin d’être insurmontable. Il suffit de se munir de votre tour de poitrine, en centimètres. Attention, il faut prendre le tour de poitrine qui, pour vous, marche le mieux pour déterminer votre taille de bonnet. Il peut s’agir de votre tour de poitrine debout, couché ou penché, voire d’une moyenne de deux de ces mesures, si vous êtes passés par le guide vous savez de quoi je parle. Pour ma part, je prends mon tour de poitrine penchée : 35 pouces, soit 88,9 centimètres.

Le tableau des tailles fourni sur le site d'Avocado

Le tableau des tailles fourni sur le site d’Avocado

Regardons maintenant notre tableau. Dans la ligne des 60, qui est le tour de dos que j’ai établi à partir de mon 28UK/75FR, quelle est la valeur qui se rapproche le plus de mon tour de poitrine de 88,9cm ? Le G correspond à 90cm, donc je pense qu’on est plutôt pas mal. Il me faut donc un 60G chez Avocado. (Je porte mon Kyoto en 60G là tout de suite et je confirme que c’est la bonne taille)

Au pire, si vous galérez vraiment à trouver votre taille, vous pouvez toujours vous tourner vers le service client.
(HIN HIN HIN TRANSITION)

Avocado, c’est une boîte avec un service client super pipou

La première fois que j’ai commandé chez Avocado, leur site venait d’ouvrir et j’ai eu un bug au moment de valider la commande, bref, j’ai dû envoyer un mail au service client pour qu’ils me laissent payer en utilisant LE PAYPAL. J’envoie donc mon mail en anglais, peperlito. Je reçois une réponse extrêmement rapide et polie et… en français. Un français pas parfait, mais largement compréhensible. Leur mail se terminait de la façon suivante : « PS. Je suis tres heureuse d’avoir la possibilite de parler en francais. Si vous avez des questions n’hesitez pas de m’envoyer un e-mail. » Est-ce choupi ou est-ce choupi ? Je crois que c’est choupi. J’ai trouvé ça adorable de leur part de faire l’effort de répondre en français (alors que j’avais rien demandé), du coup j’en ai profité pour demander à la personne (Paulina, pour ne pas la nommer) quelle taille elle me recommandait à partir de mes mensurations et elle a su très bien me conseiller. Et à chaque fois que je passe commande, je reçois un petit message personnel de Paulina « Je suis heureuse d’informer que votre ordre ete envoye aujourd’hui », suivi du numéro de colis. C’est peut-être pas grand chose, mais j’apprécie beaucoup.
Avocado est une petite entreprise, parfois il leur faut quelques jours entre le moment où la commande est passée et celui où elle quitte leurs locaux. Toutes leurs tailles ne sont pas toujours en stock, il arrive qu’ils doivent attendre du côté de leur usine qu’un modèle à la bonne taille finisse d’être fabriqué. On est pas chez Amazon, il leur faut généralement cinq jours pour expédier une commande, mais le service client tient au courant à chaque étape. Et une fois que le colis est expédié, il arrive très vite, la Pologne c’est pas loin. Et l’emballage est bien entendu impeccable : les articles sont dans du papier de soie et le tout est mis dans une enveloppe à bulles qui rentre dans la boîte aux lettres, histoire de pas avoir à se taper le pèlerinage jusqu’au bureau de poste. Pipou de bout en bout.

Avocado, c’est plutôt raisonnable, finalement

Bon, avec tout ça, on a pas vraiment parlé du prix. L’Albertine à douze euros ne reflète pas vraiment les prix généralement pratiqués par Avocado. Il y a quelques modèles autour de soixante-dix euros, mais globalement les prix gravitent autour de cinquante euros pour un soutien-gorge. Cependant, il y a beaucoup de modèles soldés autour de trente euros et les ensembles les plus chers bénéficient souvent de soldes ponctuelles. Pour ma part, je guette les promotions et je m’en sors pour trente à trente-cinq euros par soutien-gorge. C’est une somme mais, pour le même prix, vous pourriez avoir un soutien-gorge Etam qui ne vous va pas du tout donc c’est pas si mal. Ce sont à peu près les prix pratiqués par Princesse Tam-Tam pour un choix de tailles autrement plus vaste et, à mon sens, une qualité supérieure. Pour économiser, vous pouvez aussi explorer les soutifs en promotion entre douze et vingt-cinq euros ou vous abonner à leur newsletter, qui est en polonais mais présente l’avantage de n’être absolument pas intrusive (un unique mail à chaque opération promotionnelle, soit toutes les trois semaines environ, quand je vous dis qu’ils sont pipous). Ça demande un peu d’organisation pour obtenir un prix réduit, mais si vous avez les moyens de payer plein pot, je trouve que ça vaut quand même le coup. Vous aurez vraiment des articles de qualité qu’une marque française ou anglaise vous ferait payer plus d’une centaine d’euros, à votre taille.

Viksen

Dans mon billet précédent, j’ai parlé d’une boutique de lingerie dont je suis ressortie les mains vides. Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Avec mon amie Lucie, nous sommes aussi allées chez Viksen.

Si vous suivez un peu l’actualité des seins (oui, car j’ai décidé que « l’actualité des seins » était un concept valable et légitime), vous avez sûrement déjà entendu parler de Viksen. C’est une petite boutique, mais toutes celles qui y sont allées en parlent en des termes très élogieux, alors j’ai voulu tester.

Avant d’y aller, j’avais pas mal traîné sur leur site et constaté que le choix dans ma taille était assez limité, mais pas inexistant. Ceci dit, il m’est apparu assez clair que leur manque de choix en soutien-gorge taille 75 était bien plus un problème de demande qu’un choix. Sur leur blog et leur page Facebook, Viksen a mené une petite campagne appelée « La lettre ne veut rien dire sans le chiffre« . Si vous lisez un peu mon blog, ça doit sûrement vous rappeler quelque chose et vous comprendrez bien pourquoi j’ai été tentée de mourir d’amour. Le moins qu’on puisse dire, c’est que tout cela m’a donné beaucoup de préjugés positifs sur la boutique. À tel point que, avant de rentrer dans le magasin, j’avais une petite boule d’appréhension dans le ventre. Alors je ne voulais pas que mes attentes soient déçues.

La boutique Viksen, la vraie, celle où tu peux rentrer avec tes pieds, se trouve dans une petite ruelle et il serait facile de passer devant sans la remarquer. Quand nous sommes rentrées, avec Lucie, il n’y avait pas de clientes à l’intérieur, juste une vendeuse, qui nous a très bien accueillies. Elle avait l’air un peu timide, mais gentille et agréable. À nouveau, pas le genre de vendeuse super intrusive et expansive qui met mal à l’aise.

Lucie s’est fait mesurer par la vendeuse à travers ses vêtements, qui étaient assez légers. On recommande tout le temps (et par « on », je veux aussi dire « je ») de prendre ses mesures seins nus, mais dans le cas d’une boutique aussi bien fournie en tailles que Viksen, je pense qu’il est mieux de procéder ainsi, tant que la cliente ne porte pas dix couches de pulls. Quand on est seule chez soi, autant prendre la mesure la plus parfaite possible, surtout si c’est dans l’optique de commander sur internet. En revanche, ce serait sûrement gênant pour pas mal de gens de montrer ses seins nus, voire ses sous-vêtements, à une vendeuse inconnue. Au pire, si elle recommande une taille incorrecte, on a toujours la possibilité d’en essayer une autre en fonction de ce qui ne va pas et ainsi de suite jusqu’à trouver une taille adaptée. Dans mon cas, leur guide des tailles me donne la bonne taille mais, dans le pire des cas, quand on est dans une boutique avec beaucoup de tailles et une vendeuse qui sait ce qu’elle fait, ce n’est pas bien grave de tomber un peu à côté la première fois.
En l’occurrence, la taille de départ qu’elle a donné à Lucie me paraissait tout à fait cohérente et, à partir de là, il y avait plein de possibilités d’essayage.

La vendeuse connaissait bien son magasin et a été capable de bien guider Lucie en fonction du stock disponible et de ses préférences. La boutique est assez petite, mais ils ont quelques modèles vraiment jolis dans des marques comme Curvy Kate, Cleo et même Miss Mandalay. En particulier, ils avaient quelques modèles que je cherche à ma taille depuis des mois sans parvenir à mettre la main dessus (mais ils ne les avaient pas dans ma taille non plus, hélas). Lucie est partie en cabine avec un million de trucs à essayer et la vendeuse a pu s’occuper de mon cas.

Je lui ai dit que je faisais du 75G ou 75H, mais elle avait vraiment peu de choix en 75. Elle n’avait que deux possibilités : un Tutti Rouge noir et rose (mais j’aime pas le rose) et le Curvy Kate Princess en noir. Ayant déjà fait mon repérage en amont sur le site, j’étais clairement venue pour essayer le Princess. C’est un soutien-gorge noir relativement classique, mais j’avais un peu peur qu’il ne marche pas pour moi parce que la forme de seins qui convient traditionnellement aux Curvy Kate est assez éloignée de la mienne. De plus, j’ai toujours vu ce soutien-gorge porté par des mannequins à forte poitrine, alors j’avais un peu peur de ce qu’il donnerait sur moi.

J’ai essayé le Princess en 75G et ai été surprise de voir qu’il était un peu trop grand et faisait des plis au niveau des bonnets. En fait, Viksen n’utilise pas le même système de conversion des tailles britanniques que moi. Ils convertissent le tour de dos de la même façon (28 = 75, 30 = 80, 32 = 85 et ainsi de suite) mais conservent le même bonnet. Donc quand j’ai dit à la conseillère que je voulais du 75G, elle m’a donné du 28G alors que je m’attendais à du 28F. Je ne dis pas que leur méthode de conversion est mauvaise ou incorrecte, au contraire, elle a le mérite de simplifier la conversion. Et puis ça fait probablement moins peur de s’entendre dire qu’on fait un bonnet H qu’un bonnet L. De toute façon, les tailles françaises n’étant pas standardisées au-delà du bonnet D, il n’existe pas de « vraie » méthode. Alors franchement, peu importe. Sachez juste que si vous avez converti votre taille UK en utilisant mon article, ça ne conviendra pas chez Viksen. Au pire, si vous êtes perdu, vous pouvez tout à fait leur donner votre taille britannique, elles travaillent avec des marques anglaises toute la journée et comprendront très bien ce que vous recherchez.
Le seul problème de leur système de tailles, c’est que Viksen ne travaille pas trop avec les bonnets à deux lettres, comme DD ou FF, et les considère comme des tailles intermédiaires alors qu’il s’agit de tailles à part entière. Du coup, si votre F est trop petit, ils n’auront peut-être que du G à vous proposer, alors qu’un FF serait peut-être idéal. Dans le système anglais, il y a une différence deux fois plus importante entre un bonnet F et un bonnet G qu’entre un bonnet E et F ou qu’entre un bonnet C et D, d’où l’importance des double-tailles.

Quand je lui ai dit que c’était trop grand, la vendeuse m’a ramené le même modèle en 75F et ça allait très bien. Je lui ai demandé si elle avait aussi le bas à ma taille, elle l’avait, il m’allait, j’étais heureuse. Lucie a passé plus de temps en cabine car elle s’est avérée être entre deux tailles (et aussi parce qu’elle avait pas mal de choix en rayon), mais il me semble que la conseillère s’est bien occupée d’elle et elle a fini par trouver son bonheur aussi.
J’étais déjà vraiment contente d’avoir pu trouver un ensemble à ma taille, mais la vendeuse avait l’air désolée de ne rien avoir de plus à me proposer. Elle m’a expliqué que la boutique pouvait souvent s’arranger pour commander une taille manquante, mais que comme c’était la fin des collections, elle ne pourrait rien me commander avant février ou mars. Elle m’a dit qu’elle pouvait quand même regarder si elle trouvait le Princess en rouge pour moi et elle a pris mon adresse mail. Je lui ai dit que je déménageais en Suède dans quelques jours, mais apparemment il est possible de se faire livrer à l’étranger en commandant par leur site. Elle m’a aussi dit que seulement deux ou trois de ses clientes portaient du 75 et que c’est pour ça qu’elle en avait aussi peu. On a discuté vite fait, je lui ai dit que plein de femmes porteraient sûrement du 75 si elles étaient correctement mesurées et si on trouvait en magasin des 75 dans toutes les tailles de bonnets, et pas uniquement avec des imprimés infantiles faits pour des fillettes de 10 ans. Viksen essaie vraiment d’accompagner un changement de mentalité en ce qui concerne les préjugés sur les tailles des soutien-gorge et rien que pour ça j’estime qu’il faut les soutenir à fond, car les boutiques de ce genre sont des espèces rares.

Finalement, nous avons quitté Viksen avec chacune un ensemble à la bonne taille pour un prix carrément raisonnable et en ayant bénéficié d’un conseil au top.
Viksen c’est au 16 rue Saint-Sauveur à Paris, alors allez-y. ALLEZ-Y. Et si vous habitez loin, allez sur leur site et venez visiter la boutique la prochaine fois que vous passerez sur Paris. Vous ne le regretterez pas. Ne vous laissez pas intimider par l’image de lingerie grande taille que Viksen peut donner, il n’y a vraiment pas que des grandes tailles. Ils ont aussi de quoi faire si vous avez une poitrine petite à moyenne, même s’ils n’ont pas de très petites tailles, et leurs culottes vont du 36 au 56. Il faut que vous y alliez, il faut que cette boutique marche et que les femmes apprennent vraiment à ne rien porter d’autre que des soutien-gorge qui leur vont vraiment (et aussi des vêtements par-dessus, si vous insistez). Alors ouais, c’est pas original, mais comme tous ceux qui y sont allés, j’approuve cette boutique à 100%. Viksen c’est cool, Viksen c’est important, Viksen mérite tes sous.