Archives de Catégorie: Étapes

Étape 0 : Quelques précisions avant de se mesurer

Je voudrais lancer une série d’articles sur le chemin à faire pour trouver sa taille de soutien-gorge, mais avant j’aimerais faire un billet préliminaire, une sorte d’avant-propos.

Pourquoi changer de taille de soutien-gorge ?

C’est à mon sens la question la plus importante, et la réponse est : parce que ça ne va pas. Je préfère le dire tout de suite, si vous portez des soutien-gorge qui vous conviennent, il vaut mieux ne pas en changer. Vous pouvez prendre vos mesures juste pour voir et tomber sur une taille totalement différente de celle que vous possédez actuellement, ce n’est pas forcément une raison suffisante pour changer. Beaucoup de femmes ne sont pas satisfaites par la façon dont les soutien-gorge qu’elles achètent en boutique leur vont, parce qu’elles ne reçoivent pas assez de maintien, que les bretelles glissent sans cesse, que la bande remonte dans le dos ou que sais-je encore. Mais bien d’autres femmes portent des soutien-gorge qu’elles trouvent chez H&M, Etam ou ailleurs et qui leur conviennent, même si la taille n’est pas 100% optimale. Tout le monde n’a pas besoin d’un soutien-gorge 100% optimal, certaines poitrines sont plus facile à accommoder que d’autres, et si vous avez déjà ce qui vous convient dans votre tiroir, personne de sensé ne vous forcera à changer de taille.
En revanche, si vous sentez que quelque chose ne va pas au niveau de vos soutien-gorge, ça vaut vraiment le coup d’essayer de trouver mieux. Quand on s’intéresse un peu au sujet, on tombe souvent sur des témoignages un peu tristes de femmes qui disent : « Les vendeuses de lingerie m’ont engoncé dans du 105C durant des années, je voulais passer par une opération de réduction de la poitrine tellement j’avais mal au dos, mais depuis que je porte des soutien-gorge en 95K je n’ai plus du tout mal et je n’ai plus du tout envie de me faire opérer ». CECI ME REND TRÈS MÉCONTENTE CAR JE VEUX QUE TOUS LES SEINS SOIENT HEUREUX, D’ACCORD ? Trouver un soutien-gorge à la bonne taille peut être un processus très long et très laborieux, mais ça peut vraiment en valoir la peine.

La lettre n’a aucun sens sans le chiffre. Aucun. Vraiment aucun.

Pour trouver ce fameux soutien-gorge à la bonne taille, il faut prendre ses mesures. Vous n’irez nulle part sans vos mesures. Nulle part. Il existe des gens un peu casse-pieds qui se vantent de savoir deviner la taille de soutien-gorge des filles et, si vous en avez rencontré, ils ont sûrement tenté de deviner la vôtre sans que personne ne le leur ait demandé, semant le malaise en criant sur tous les toits que « cette fille, je suis sûre qu’elle fait du C ». Dans le monde des soutien-gorge à la bonne taille, ces gens, en plus d’être lourdingues, sont des ennemis.

Déjà, à moins d’avoir une expérience folle dans la lingerie, et encore, une taille de soutien-gorge ne se détermine pas au doigt mouillé.

Ensuite, il faut bien se mettre en tête une chose très importante : « faire du C », ça ne veut rien dire. Mais alors, vraiment rien du tout. Dans la tête de pas mal de gens, y compris certaines personnes dont commercialiser de la lingerie est le métier, un bonnet A est minuscule, un bonnet B est petit, un bonnet C est moyen, un D est gros et tout ce qui est supérieur se situe dans le domaine des poitrines énormes de matrones avec des pastèques mutantes à la place des seins.

Il faut vraiment, vraiment s’ôter cette idée de la tête. Un bonnet détermine la différence entre la mesure sous le buste et la mesure au niveau des seins. C’est tout. Il n’y a aucune expression de volume derrière. Alors oui, un 90C sera plus petit qu’un 90H, mais c’est la seule indication. Un bonnet E peut être plus petit qu’un bonnet B, ça n’a même rien d’exceptionnel. Par exemple, une femme qui porte du 75E a une poitrine moins importante qu’une femme qui fait du 95B ou du 100A.

Sur cette image, un des soutien-gorge est un 75I et l’autre est un est 90F. L’un a une bande plus longue que l’autre, mais le volume du bonnet est exactement le même dans les deux cas. Un bonnet I peut tout à fait être la même chose qu’un bonnet F ou même A CAR LE BONNET SEUL NE VEUT RIEN DIRE.

Quand on voit des bonnets E ou supérieurs dans les magasins, il s’agit quasi systématiquement de tours de dos assez grands, d’où l’impression qu’il s’agit d’une très grande taille. Or, si un 100E est assez volumineux, un 75E est, en revanche, assez modeste voire plutôt petit.

J’espère que c’est bien clair, parce que je ne veux entendre personne dire, après s’être mesuré, que non, c’est pas possible, ses seins sont trop petits pour faire cette taille de bonnet. Ça ne veut rien dire, alors on ne discute pas.

L’enfer des systèmes de taille

Avant de passer aux choses sérieuses, une dernière précision : la prise des mesures se fera en pouces, non en centimètres, et la taille obtenue sera la taille du Royaume-Uni (on dit taille UK pour faire plus simple parce que hein, bon). La plupart des mètres-rubans ont un côté en pouces et un côté en centimètres et de toutes façons je fournirai à la fin un tableau de conversion pour que vous puissiez traduire la taille obtenue en taille française. Alors pas de panique.

Pourquoi mesurer sa taille UK quand on vient même pas du Royaume-Uni ? Et bien parce que c’est plus simple, déjà. En taille UK, la taille mesurée sous le buste est la taille du soutien-gorge. Ton mètre te donne une mesure de 32 pouces ? Et ben voilà, tu fais du 32, maintenant il ne reste plus qu’à déterminer la taille de bonnet. (Bon, en vrai je simplifie un peu, mais c’est pas beaucoup plus compliqué que ça) En France, le système est un peu flou et pas vraiment standardisé. Par exemple, je fais du 75 en taille française, alors que mon tour de dos ne mesure pas du tout 75 cm.

L’autre raison pour laquelle on utilise la taille anglaise (oui, j’ai bien conscience que le Royaume-Uni et l’Angleterre c’est pas pareil, ne nous fâchons pas), c’est que la plupart des fabricants de soutien-gorge qui produisent les tailles les plus courantes sont anglais, ou utilisent le système britannique.

Quoi qu’il arrive, chaque pays et même chaque marque fait sa propre cuisine. Certains fabricants taillent grand ou petit selon les modèles, parfois ils utilisent même leur propre système de mesure en se foutant totalement des normes nationales. Les tailles de vêtements n’ont rien d’une science exacte donc, quand on achète de la lingerie, il faut de toute façon faire des ajustements régulièrement et il est alors beaucoup plus simple de partir de sa taille UK, reconnue partout et aisément convertible, que de sa taille française. C’est pour ton bien.

Publicités