Archives de Catégorie: Étapes

Étape 7 : C’est la base (de tes seins)

Coucou les copains et les copines, ça faisait longtemps que je vous avais pas pondu un bon article bien technique et lourdingue pour apprendre à connaître votre poitrine dans la douleur, hein ? Ça vous a manqué ? Non ? Eh bien tant pis pour vous, car quand faut s’y mettre, faut s’y mettre. Aujourd’hui, on va parler d’un truc super important et dont j’ai déjà parlé à plusieurs reprises sans jamais l’expliquer en détail : la base des seins. (Les anglophones disent « breast root » mais je trouve que « racine » c’est bizarre. Je préfère « base », même si « racine » est pas trop mal non plus, c’est juste trop végétal à mon goût comme image.) Vous voyez comme je parle toujours de soutiens-gorges comme ayant des armatures trop larges ou au contraire assez étroites ? C’est à ça que je me réfère : la bonne correspondance (ou non) de l’armature des soutiens-gorges avec la base de mes seins. Aujourd’hui, si je m’y prends pas trop mal, vous allez tout comprendre. On y va ? On y va.

On peut avoir des seins avec une base plus ou moins large, même pour une forme et une taille similaires. (Crédit image : Busty Resources, le Wikipédia des seins)

Qu’est-ce que la base et comment la déterminer ?

La base des seins, c’est la partie du sein qui est attachée au torse, directement en contact avec le reste du buste. Ça a l’air plutôt simple dit comme ça, mais en fait elle n’est pas toujours évidente à déterminer. En bas, le pli infra-mammaire sert de limite à cette base, c’est généralement sans ambiguïté. C’est sur les côtés que ça se complique. Quand on essaie d’observer la racine du sein au niveau de l’aisselle, il peut être difficile de savoir où le tissu mammaire se termine et où la chair qui ne fait plus partie du sein commence. Selon la densité du tissu mammaire ça peut aussi devenir très casse-couilles d’avoir une vision claire de la chose.

Il y a plusieurs techniques pour bien observer sa racine. La première, c’est de se mettre torse poil et de se pencher en avant devant un miroir. Non seulement c’est rigolo, mais en plus vous aurez une vue bien claire de la zone à partir de laquelle le tissu pend, et si cette surface est petite ou grande. L’autre méthode, c’est de lever les bras devant un miroir. Personnellement, quand je lève les bras, la base de mes seins apparaît instantanément. Appuyer sur le sein aide aussi. Si vous avez un tissu mammaire très souple ou une poitrine plus grosse, vous pouvez même prendre un crayon à maquillage et tracer le contour de la base avec, soulever votre sein et bien marquer à l’endroit du pli infra-mammaire, et tout et tout. Comme ça vous aurez un tracé clair, un peu comme sur l’illustration ci-dessus (même si rien ne vous oblige à colorier vos seins entiers en vert).

Maintenant qu’on a bien fait le mariole devant la glace, qu’est-ce qu’on fait de ces informations ? À quoi ça sert de connaître la base de ses seins ? Est-ce que c’est si important ?

OUI.

C’est extrêmement important.

Les armatures d’un soutien-gorge sont censées épouser la base du sein. Et si on ne sait pas où est sa base, comment savoir si l’armature de son soutif lui correspond bien ?

(Crédit photo : Etam)

(Crédit photo : Etam)

Énormément de gens portent des soutiens-gorges qui n’épousent pas bien la base de leur seins et ne s’en rendent même pas compte. Je ne compte même plus le nombre de femmes que j’ai vu dire « mon soutien-gorge me va bien, je ne comprends pas pourquoi quand je prends mes mensurations le calculateur me donne une taille aussi différente ! » avant de poster une photo d’elles où leur soutien-gorge est totalement appuyé sur leur tissu mammaire.
Ça arrive évidemment quand le soutien-gorge a un bonnet trop petit, comme sur la photo ci-dessus. Ici, le bonnet est si petit que le bas de l’armature ne touche même pas la peau du mannequin. Au milieu à gauche, on voit que l’armature appuie sur son tissu au niveau de l’entre-bonnets, au lieu d’être bien à plat contre le sternum. À droite, on voit que ça appuie aussi sur le côté extérieur du sein, car l’armature devrait aller plus loin sous l’aisselle. En portant des soutiens-gorges comme ça, pas étonnant qu’autant de personnes finissent par détester les armatures. Heureusement, comme la bande est bien trop grande, ça n’appuie pas trop fort et empêche le port d’un tel soutif d’être trop douloureux pour la jeune femme. Mais même si ça ne fait pas forcément mal, ça reste complètement inutile. Les armatures n’étant pas où elles devraient être, la poitrine du mannequin n’est ni soulevée ni maintenue. Pour rigoler, on appelle parfois ça un nipple hat (« chapeau pour tétons », s’il faut traduire), c’est-à-dire un soutif qui vient juste se poser là et ne fait rien.

Aïe.

Cette photo de Christina Hendricks est un autre exemple fabuleux de bonnet tellement petit que les armatures se posent en plein sur le sein au lieu de l’encapsuler. Avec le jeu d’ombres on peut distinguer à peu près où se trouve la racine de son sein gauche et à quel point l’armature de ce pauvre bonnet en est loin. Pour les deux femmes ci-dessus, la solution est évidente : un bonnet (beaucoup) plus grand, un tour de dos plus petit, et le souci serait réglé. Le problème vient de la taille du sous-vêtement, pas de sa forme. Malheureusement, ce n’est pas toujours aussi simple.

Base large ou base étroite ?

La base des seins, comme tout le reste, est un spectre. Il y a les gens aux bases étroites, ceux aux bases larges, et ceux qui se trouvent quelque part entre les deux. Les bases larges ont besoin d’armatures larges, les bases étroites ont besoin d’armatures étroites. Logique.

En théorie, tout ça peut avoir l’air un peu flou, et c’est normal. C’est la pratique qui vous aidera le mieux à déterminer votre forme. C’est en essayant une foultitude de soutifs trop larges que vous vous rendrez compte que vous avez des racines étroites. C’est en essayant une foultitude de soutifs trop étroits que vous vous rendrez compte que vous avez des racines larges. Mais c’est pas pour autant qu’il faut s’épargner la théorie, alors allons-y.

Seins à base large (Crédit image : Bratabase, le Pokédex des soutiens-gorges)

Commençons par parler des personnes aux bases larges. Vous pouvez avoir une racine large quelle que soit votre taille, mais si vous avez une petite poitrine peu projetée, alors il y a une probabilité encore plus forte pour que ce soit votre cas. Si vous avez l’impression d’avoir du tissu mammaire jusque sous les bras, vous êtes peut-être dans cette situation.

Les armatures trop étroites peuvent être catastrophiques car elles poignardent la poitrine. C’est inesthétique, ça ne maintient rien, ça déplace le tissu mammaire et ça peut faire affreusement mal.

Vous vous souvenez dans l’article sur la projection quand je vous parlais de l’effet orange in a glass ? Eh bien cet effet est intimement lié à la largeur de la base. Un bonnet à la bonne taille, voire trop petit, mais trop étroit peut donner l’illusion d’être trop grand, alors que c’est juste un souci de forme. Le tissu mammaire qui s’échappe sur les côtés alors que le reste du bonnet n’est pas rempli est un symptôme typique. Ce n’est pas qu’il est trop grand, mais que le sein n’arrive tout simplement pas à s’y loger. Vous ne pouvez pas faire rentrer une orange dans un verre, il vous faut un récipient avec une ouverture plus large, comme un bol. Eh bien si vous avez les racines larges, vos seins sont des oranges et les bonnets des soutiens-gorges trop étroits sont des verres. Quelle que soit la contenance du verre, si l’ouverture est trop petite, l’orange ne le remplira jamais. Un autre signe d’armatures trop étroites est le soutien-gorge qui laisse des marques sur le tissu mammaire, c’est même un des pires signes possibles.

Seins à base étroite (Crédit image : Bratabase)

Parlons ensuite des bases étroites. C’est ce que je connais le mieux, puisque c’est mon cas. La racine étroite va souvent de pair avec une poitrine projetée, mais ce n’est pas nécessairement le cas, toutes les combinaisons sont possibles (et normales). Le tissu mammaire des personnes aux bases étroites s’arrête juste avant l’aisselle, ou se poursuit sous l’aisselle mais sur un ou deux centimètres seulement.

Les armatures trop larges sont le fléau de mon existence et peuvent représenter un niveau d’inconfort variable. Pratiquement tous mes soutiens-gorges ont des armatures trop larges et pour la plupart, ça passe, je vis avec sans difficulté, même si ça a tendance à aplatir les seins. Mais quand les armatures sont vraiment trop larges, là c’est gênant. Déjà, des armatures qui n’épousent pas bien la racine du sein, c’est un maintien moins satisfaisant. Mais surtout, quand les armatures partent trop loin sous l’aisselle, ça veut souvent dire qu’elles appuient sur les côtes et ça fait vraiment mal.

On reconnaît aisément les armatures trop larges aux marques laissées par le soutien-gorge, qui souvent s’éloignent de la base sur le côté pour partir loin sous l’aisselle, comme sur cette photo. On assiste à un effet orange dans un verre inversé, qu’on appelle parfois aubergine dans un bol : un bonnet dont l’espace est mal réparti, avec souvent un manque de projection mais de l’espace vide sur le côté.

Des marques aux armatures les plus étroites (en violet) aux plus larges (en rouge)

Trouver son bonheur

Là où ça se complique réellement, c’est pour trouver un soutien-gorge qui correspond à la largeur de sa base. Le tableau ci-dessus est une ressource classique utilisée sur r/ABraThatFits et qui permet d’avoir une idée générale de quelles marques font des armatures larges ou étroites, mais il est un peu daté et incomplet.

En réalité, il serait impossible de produire une version parfaite de ce tableau. Même au sein d’une même marque, les armatures ne seront pas forcément toujours larges ou étroites d’un modèle à un autre. Et pour un même modèle, les armatures pourront être très larges ou très étroites d’une taille à l’autre. C’est très difficile de s’y retrouver. Certaines marques sont connues pour leurs armatures très étroites, comme les polonaises Avocado et Comexim. D’autres, comme Bravissimo ou Tutti Rouge, sont connues pour leurs armatures fort larges. Mais une marque comme Ewa Michalak, connue pour ses bonnets étroits, a quand même quelques modèles qui dérogent à cette règle. En général, la plupart des marques ont des armatures de largeur plutôt moyenne. Comme toujours, rien ne vaut un bon vieil essayage.

Crédit image : Bratabase

Crédit image : Bratabase

Le meilleur outil pour espérer s’y retrouver avant d’acheter, c’est Bratabase. Le site est alimenté par ses utilisatrices et utilisateurs, qui y entrent les mensurations de leurs soutiens-gorges. Parmi ces mensurations figure la largeur du bonnet (Cup width), soit la distance d’une extrémité à l’autre d’une armature. Si un soutien-gorge figure dans la base à notre taille, on peut ainsi savoir s’il aura des armatures trop larges ou pas.

Cup width Avocado Kyoto VS Freya Active

À titre d’exemple, j’ai mis côte à côte les mensurations de deux soutiens-gorges de tailles comparables, l’Avocado Kyoto en 60G et le Freya Active en 28FF. (J’utilise Bratabase en pouces parce que c’est dans cette unité de mesure que je prends mes mensurations, mais vous pouvez tout faire en centimètres ou même passer de l’un à l’autre sans problème.) Le Kyoto, plutôt étroit, a une largeur de bonnet de 4.8 pouces, soit 12,2 cm environ. Le Freya Active, très large, a des bonnets de 6.3 pouces de large, soit environ 16 cm. Si vous avez réussi à trouver un soutien-gorge qui vous convient bien, mesurez-le, entrez-le sur Bratabase et mettez-vous en recherche de modèles aux mensurations similaires !

Pour finir ce billet, je vous donne le lien de deux articles du blog Venusian Glow qui m’avaient bien aidée à l’époque où je n’arrivais pas à comprendre la forme de la racine de mes seins :

Bon courage et à bientôt ! ❤⃛ヾ(๑❛ ▿ ◠๑ )

Étape 6 : L’ampleur

Bonjour les mignons. Aujourd’hui, je vous propose encore un article ayant pour but de déterminer la forme de vos seins. On parlait de projection la dernière fois, maintenant on va parler d’ampleur.
Comme la projection, l’ampleur est un spectre, mais elle permet de diviser les seins en trois grandes catégories :

  • Ceux avec plus de volume en haut (Full on top, ou FoT)
  • Ceux avec plus de volume en bas (Full on bottom, ou FoB)
  • Ceux avec un volume équivalent en haut et en bas (Even)

Comment la déterminer ?

Comme tout cela n’est pas forcément évident de prime abord, je me permets de dégainer ce schéma, qu’on utilise souvent chez /r/ABraThatFits. Pour déterminer à peu près l’ampleur de sa poitrine, il faut examiner la forme du haut du sein puis la forme du dessous du sein. C’est la combinaison des deux qui permettra de savoir si vous avez plus d’ampleur en haut, en bas ou si votre tissu est réparti de façon égale.

Examinons notre schéma. Le haut de vos seins est-il plus proche de la forme 1, 2 ou 3 ? Le dessous de vos seins est-il plus proche de la forme 4, 5 ou 6 ?

  • Les combinaisons 2/4, 3/4 et 3/5 représentent les seins avec plus de volume en haut.
  • Les combinaisons 1/5, 1/6 et 2/6 représentent les seins avec plus de volume en bas.
  • Les combinaisons 1/4, 2/5 et 3/6 représentent les seins où le tissu est réparti de manière égale entre le haut et le bas.

À noter que l’ampleur n’a rien à voir avec la taille de vos seins, vous pouvez appartenir à n’importe laquelle des trois catégories quel que soit votre tour de poitrine. De même, tous les seins d’une même catégorie ne se ressemblent pas forcément. Sur le dessin, les poitrines 1/4, 2/5 et 3/6 ont toutes les trois une répartition régulière, on les mettra donc sous une même étiquette, pourtant elles n’ont rien de semblable.

Il est possible que, après de longues minutes à vous observer la poitrine dans un miroir, vous n’ayez toujours aucune idée de quelle forme se rapproche le plus de celle de vos seins. C’est même très possible. Le meilleur moyen pour avoir une meilleure appréhension de la chose c’est encore de se pencher en avant de façon à avoir le dos parallèle au sol et d’observer comment le tissu tombe. Si suivez un peu ce blog, ce n’est probablement pas la première fois que vous vous retrouvez le dos parallèle au sol par un triste tour du destin. J’en suis désolée. Si vous constatez qu’il y a plus de tissu qui tombe au-dessus du téton, vous êtes Full on top. Si davantage de tissu tombe en-dessous du téton, vous êtes Full on bottom. Si c’est pareil en haut comme en bas, vous êtes Even.

Si vraiment, même après avoir incliné votre corps de tous côtés, vous n’arrivez toujours pas à vous y retrouver, soit l’école républicaine a infligé des dommages irrémédiables à vos capacités de jugement, soit vous avez des seins particulièrement mystérieux. Ce n’est pas grave. Le mystère c’est sympa et il existe une dernière solution pour vous. Il y a des soutiens-gorges qui fonctionnent particulièrement bien comme soutiens-gorges de diagnostic. Ce ne sont bien sûr pas les seuls soutiens-gorges qui pourraient permettre d’établir votre forme, le comportement de vos seins dans n’importe quel soutien-gorge est toujours porteur d’indications sur votre forme. Ceux-là ont seulement l’avantage d’être assez basiques et d’exister en assez de couleurs pour plus ou moins satisfaire tout le monde. Ce sont également des modèles qui existent depuis plusieurs saisons, ce qui fait que vous pouvez à peu près tout le temps en trouver sur plein de sites, neufs ou d’occasion, au prix fort ou en soldes. Et puis ils existent (en taille britannique) du 28 au 38 et du bonnet D à J, une gamme de tailles qui permet d’inclure la majorité des gens.

Cleo Marcie

Notre premier soutien-gorge de diagnostic est le Marcie de Cleo by Panache. S’il vous va, c’est que vous êtes probablement Full on top. Il s’agit d’un balconnet en trois parties, avec des pois. Comme on pourrait s’en douter en voyant le mannequin au ruban dans les cheveux qui pose avec un bonbon géant en forme de cœur, c’est un modèle qui se veut fun. Du coup, les couleurs disponibles ont tendance à être assez vives, à l’exception du violet, un poil plus sobre. Mais si vous ne poussez pas à fond le délire pin up dans un monde de sucreries, ça reste accessible.

Cleo Lucy

Pour les seins Full on bottom, le soutien-gorge de diagnostic est le Lucy de Cleo by Panache. Pas de pois ici, mais des petites fleurs qui ressemblent à des pois et à nouveau des fleurs dans la dentelle. Le Lucy existe depuis plus longtemps que le Marcie, il y a donc encore plus de couleurs disponibles, y compris du noir et du blanc. C’est un soutien-gorge très cool que je ne peux que recommander.

Cleo Lily OH MON DIEU J’AIME TELLEMENT CE SOUTIEN-GORGE SORTEZ-MOI DE LÀ

Pour les seins Even, c’est un peu plus délicat. Si aucun des deux soutiens-gorges de diagnostic ne vous va, ou qu’à l’inverse les deux vous vont, c’est que vous avez sûrement des seins au tissu également réparti. Le Cleo Lily est un soutien-gorge qu’on recommande souvent dans ces cas-là, mais il est moins universel que le Lucy et le Marcie, car il demande pas mal de projection. En plus c’est un modèle avec beaucoup moins de motifs et de coloris disponibles. Ceci dit je le trouve très bien aussi, mais mon jugement est sûrement influencé par l’imprimé mignon avec des petits oiseaux.

À quoi ça sert de savoir ça ?

Ça sert à ne pas acheter des trucs qui ne pourront jamais t’aller, voilà à quoi ça sert.

Si vous êtes FoB et que vous achetez un soutien-gorge fait pour quelqu’un de FoT, vous aurez sûrement de l’espace libre ou des plis sur le haut du bonnet alors que le soutien-gorge n’est pas forcément trop grand. Certains soutiens-gorges prévoient de la place en haut et ne peuvent pas convenir à quelqu’un de FoB, même en essayant une taille en-dessous. C’est comme ça.

Si vous êtes FoT et que vous achetez un soutien-gorge fait pour les personnes FoB, il va probablement vous scier le sein et vous créer un quadboob de tous les diables en haut tout en laissant de l’espace vide dans le bas du bonnet. C’est le cas des soutiens-gorge dont le bord supérieur des bonnets est assez refermé mais qui ont un espace plus vaste pour accueillir le bas des seins.

Comme ça peut toujours aider, je vais finir par une liste de soutiens-gorges recommandés pour chacune des formes, qui vous sera proposée avec l’aide de /r/ABRaThatFits mais aussi de l’école de la vie. Il y a beaucoup de petites listes à points dans cet article, j’espère que tu kiffes.

Pour les seins Full on top :

Pour les seins Full on bottom :

Pour les seins Even :

  • Cleo Lily, bien entendu, ET AVEC DES PETITS OISEAUX DE PRÉFÉRENCE.

Ouais, c’est tout ce que j’ai pour ces seins-là. Comme pour la projection, c’est un peu plus difficile de donner des conseils aux personnes qui sont au milieu du spectre de l’ampleur. Et comme pour la projection, être au milieu du spectre est à la fois un avantage et un inconvénient. Comme d’habitude, c’est mon cas, donc je vais parler de ce que j’ai pu constater. Je suis passée d’une forme 1/5 (FoB) à une forme 2/5 (even) grâce à la magie de la migration des tissus et ça n’a fait qu’ouvrir de nouveaux horizons à mes seins. Tout peut potentiellement convenir quand on a le tissu mammaire équitablement réparti. Par exemple, le Lily me va mais le Lucy convient aussi et, quand je compare la forme du Marcie à celle d’autres soutiens-gorges de ma collection, je sais qu’il m’irait sûrement aussi. Il y a moins de risques de tomber sur un soutien-gorge totalement incompatible. Mais du coup, parfois, un soutien-gorge pourrait être parfait à un tout petit détail près et c’est frustant. Je parle de toi, le Curvy Kate Gia qui me va nickel à l’exception de ce petit pli insupportable sur le haut du bonnet. On a pas à se plaindre, mais on se plaint quand même.

Comme d’habitude je reste à votre disposition en cas d’interrogation malgré mon savoir lacunaire. En attendant, portez-vous bien et maintenez vos seins.

Étape 5 : La projection

À partir de maintenant il va falloir s’accrocher, les amis, car on commence une série d’articles dont le but est de déterminer la forme de vos seins.
La forme est extrêmement importante dans le choix des soutiens-gorges, autant que la taille. Mais la forme est plus difficile à identifier que la taille. Il y a plusieurs facteurs à prendre en compte quand on essaie d’apprendre à connaître la forme de ses seins, et tous sont chiants à comprendre comme à expliquer. On va bien s’amuser !

Qu’est-ce donc que la projection ?

La projection est un spectre qui va de « very shallow » (très peu profond, pourrait-on dire) à « very projected » (avec beaucoup de projection). Il permet d’identifier la façon dont est réparti le tissu mammaire.
Quelqu’un qui a beaucoup de projection a le tissu des seins qui part clairement vers l’avant et est très peu réparti sur la hauteur du sein.
Quelqu’un qui a les seins peu profonds, à l’inverse, a du tissu mammaire qui peut monter assez haut, parfois jusqu’à la clavicule, mais sa poitrine est moins projetée vers l’avant.
À des degrés de projection différents, une même taille de soutien-gorge peut prendre des apparences très diverses. Sur ce recueil de photos, arrangé par les doux membres de /r/ABraThatFits, on peut voir à quoi ressemblent des poitrines aux tailles très voisines mais aux projections différentes. On voit bien que, même à taille équivalente, tous les soutiens-gorges ne peuvent pas fonctionner, d’où l’importance de bien connaître sa forme. La manière la plus simple est de connaître les symptômes qui indiquent des seins avec peu de projection. Si vous vous reconnaissez dans ces symptômes, alors vous avez une poitrine peu profonde, si vous ne vous y reconnaissez pas du tout, alors vous avez sûrement davantage de projection. Ensuite, c’est en essayant plusieurs modèles de soutiens-gorges qu’on peut réussir à se placer plus précisément sur le spectre et savoir ce que l’on doit chercher chez un soutien-gorge.

Les seins avec peu de projection

Les seins peu profonds (en bleu) par rapport aux autres seins (en rose)

Il est difficile d’identifier sur le papier une forme de seins spécifique. Mais pour les seins peu profonds, il existe une liste de symptômes qui, la plupart du temps, ne trompent pas.

Comme ont le voit sur ce schéma, les personnes ayant ce type de seins ont du tissu mammaire réparti sur toute la hauteur du buste jusqu’à la clavicule, plutôt que d’être concentré en un seul endroit.
Les seins avec peu de projection sont très fréquents chez les poitrines plutôt petites, entre le 75 et le 85, entre le A et le F. Cela dit, on peut très bien avoir une forte poitrine et une faible projection, même si c’est un peu moins récurrent. C’est aussi une forme qu’on retrouve très fréquemment chez les personnes trans*.
Vous avez peut-être des seins peu profonds si le guide a tendance à largement surestimer votre taille. Et je ne parle pas du moment d’incrédulité et de « ohlàlà non, mes seins ne sont pas si gros, je ne peux pas faire un bonnet aussi important », ça c’est pareil pour tout le monde. Je parle de soutiens-gorges qui, sur le papier, devaient être à votre taille mais se sont avérés bien trop grands après essayage.
Il peut aussi y avoir, pour les seins peu projetés, un effet un peu inverse et une tendance générale à sous-estimer votre taille de bonnet. Pour faire simple, vos seins peuvent avoir l’air plus petits qu’ils ne le sont si le volume est réparti sur le haut de votre buste plutôt que vers l’avant. Si vous avez des seins plutôt en forme de goutte d’eau que ronds ou sphériques, c’est probablement votre cas. Et les vendeuses de lingerie essaieront sûrement de vous caser dans des bonnets sérieusement trop petits pour vous, alors armez-vous de votre plus grande force mentale pour les affronter.

Un autre effet très fréquent chez les seins peu profonds est ce que l’on appelle « l’orange dans un verre« . On utilise cette métaphore pour parler des tentatives malheureuses de faire rentrer un objet d’une certaine forme dans un récipient d’une forme totalement différente. L’orange et le verre peuvent faire exactement le même volume, l’orange ne remplira jamais correctement le verre car il existera toujours une incompatibilité de forme qui n’a rien à voir avec la taille. Un soutien-gorge vous coupe le haut du sein comme s’il était trop petit, mais vous peinez malgré tout à remplir le bonnet en lui-même ? Orange dans un verre. Vous avez acheté un soutien-gorge dans votre taille idéale que vous portez tout le temps d’habitude, mais le haut du bonnet bâille ? Probablement orange dans un verre.

Sein en détresse (allégorie)

L’effet orange dans un verre peut parfois faire croire à tort qu’un soutien-gorge est trop grand. Si le bonnet bâille, c’est bien qu’il est trop grand, non ? Erreur. Regardez-moi cette orange qui ne parvient pas à remplir ce verre. Est-ce que l’orange est trop petite pour le verre ? Non, c’est juste qu’on essaie de la faire rentrer dans un récipient inadapté. Le soutien-gorge qui bâille n’est donc pas forcément trop grand, il est peut-être même trop petit. C’est particulièrement vrai pour les seins qui, en plus d’avoir peu de projection, ont une racine large (on en parlera dans un article ultérieur, ne paniquez pas).
Pour certains soutiens-gorges, prendre une taille en-dessous de sa taille habituelle permet de régler le problème. Le Freya Deco, par exemple, est connu pour ça et énormément de femmes le portent une voire deux tailles de bonnet en-dessous de leur taille habituelle, sinon elles ne remplissent pas le haut du bonnet.
Pour certains modèles, la forme du soutien-gorge est tout bonnement incompatible avec cette forme de seins et il faut y renoncer. Par exemple, dans le cas de cette personne qui porte un soutien-gorge à la fois trop petit et trop grand, avec à la fois du quadboob et du tissu en trop, je pense qu’augmenter ou baisser d’une taille de bonnet ne résoudrait rien. Le monde des seins est aussi fait de déceptions.

Quels soutiens-gorges choisir quand on a les seins peu profonds

Si vous vous reconnaissez dans les symptômes que je viens d’énoncer, alors il faut bien faire attention aux soutiens-gorges que vous achetez. Si vous allez en boutique, il suffit d’essayer pour voir si un modèle convient à votre forme ou pas, mais quand on commande sur internet c’est tout de suite plus compliqué.

Les soutiens-gorges qui marchent bien pour les seins peu profonds sont généralement ceux avec des coutures verticales.

Eyelet lace demi de chez Betsey Johnson

On voit particulièrement bien les coutures verticales sur celui-ci. Je n’ai pas ce soutien-gorge dans ma collection, mais je pense qu’il représente bien tout ce que les seins peu profonds attendent de la vie.

Beaucoup de soutiens-gorges aux bonnets rigides font faire de l’orange dans un verre aux seins peu profonds, mais certains peuvent aussi très bien leur convenir.

Didi de chez All Undone

Didi de chez All Undone

Contrairement à beaucoup de soutiens-gorges de ce type, le bonnet de celui-là n’est pas en une seule pièce, il y a bien une couture verticale au milieu du bonnet, même si elle est moins évidente à voir. Je possède ce soutien-gorge et je l’aime d’amour, mais il n’est pas parfait pour moi car il manque de projection. Il conviendrait parfaitement à quelqu’un qui a les seins très peu profonds, de même que tous les soutiens-gorges de chez All Undone, qui sont tous une variation du même modèle.

À part les coutures, vous pouvez aussi regarder le bord haut du bonnet. S’il est aussi horizontal que possible et non vertical, il y a des chances qu’il soit adapté aux seins peu profonds. C’est le cas de la plupart des soutiens-gorges dits corbeille.
Vérifiez aussi que le bord du bonnet soit bien ouvert. Si le tissu se replie un peu vers l’intérieur en haut du bonnet, il vous coupera probablement le sein.

Si vous pensez avoir des seins peu profonds et que vous voulez en savoir plus, je vous recommande ces deux articles du blog Venusian Glow :

  • Cet article présente différents exemples de seins de ce type, histoire de voir à quoi ça ressemble vraiment dans la vraie vie. L’article est en anglais, mais c’est suffisamment visuel pour être utile à tout le monde.
  • Cet article parle aussi des seins peu profonds et comporte une liste de soutiens-gorges qui marchent généralement bien pour cette forme.

J’ai plutôt l’impression que mes seins ont beaucoup de projection, au secours, que dois-je faire ?

Pour les seins à projection moyenne, c’est plutôt facile car la plupart des soutiens-gorges vont vous convenir. Cependant, si vous constatez souvent que les baleines de vos soutiens-gorges, plutôt que de rester à leur place juste sous les seins, ont tendance à descendre toutes seules, alors ils n’ont pas assez de projection pour vous. Et là, malheureusement, il n’y a pas de recette miracle.
La première chose à faire, déjà, est de prendre les conseils pour les seins peu profonds et de faire exactement l’inverse. Ensuite, le mieux est de se fier à l’expérience des autres et de se renseigner avant d’acheter. Certains modèles sont connus pour être appréciés par les femmes ayant beaucoup de projection, alors autant commencer par là.

Le Meg de chez Cleo, que j’aime bien dans cette couleur parce qu’il a des petits oiseaux et des petites fleurs et que c’est mignon et tout.

J’entends souvent des femmes ayant beaucoup de projection recommander le Meg de chez Cleo. L’avantage de ce modèle, c’est que Cleo l’a décliné en plein d’autres soutiens-gorges à la coupe similaire. Donc si le Meg marche pour vous, vous pouvez sans crainte tenter aussi le Marcie, le Lily, le George, le Melissa, le Lana, le Zia, l’Ellis, l’Eleanor, le Bella, le Millie, le Chloe, le Natasha et le Lizzie.

Sinon, il faut savoir que la terre promise des seins très projetés, c’est la Pologne. Je ne sais pas exactement pourquoi, mais les fabricants polonais sont connus pour leurs soutiens-gorges offrant beaucoup de projection et des baleines étroites. Ewa Michalak et Comexim, en particulier, sont réputés pour ça. Pour ma part, la seule marque polonaise que j’ai testée est Avocado. J’ai adoré leurs modèles et j’ai trouvé qu’ils offraient effectivement une projection assez importante, mais Ewa Michalak et Comexim ont vraiment une réputation de rois de la projection (sans compter que leurs articles sont moins chers). Le problème c’est que la Pologne utilise les tailles européennes, qui sont différentes des tailles anglaises et françaises, sans compter que chaque marque a ses particularités. Passer commande chez eux donc un peu risqué.

J’ai l’impression que mes seins ne sont ni projetés ni peu profonds, est-ce que mon corps existe ? Mes seins ne sont-ils qu’une illusion ?

Comme je l’ai dit en début d’article, la projection est un spectre. On peut donc être tout à fait projeté ou pas du tout projeté, mais on peut aussi se situer plutôt vers le milieu du spectre. Pour ma part, j’ai pas mal peiné à comprendre la forme de mes seins avant de réaliser que je n’étais ni l’un ni l’autre, mais surtout un peu des deux.

Quelques exemples de formes de seins, de bien beaux schémas offerts pour vous par les copains de /r/ABraThatFits

Parmi ces exemples, les formes V et W ont une forte projection et les formes U et X une projection faible. Chacune de ces formes a aussi des racines faciles à identifier, très étroites ou très larges. Pour ma part, je me reconnais plus dans la forme Y : j’ai de la projection mais aussi pas mal de tissu qui remonte quasiment jusqu’à la clavicule, j’ai les racines assez étroites mais pas hyper étroites non plus. Il existe aussi la forme Z, dite « Oméga », qui demande encore un traitement différent et pour laquelle j’avoue n’avoir aucune expertise (oui non parce qu’en fait « Expert moelleux » c’était déjà mon pseudo avant d’ouvrir ce blog alors en vrai je suis même pas un expert, je suis juste quelqu’un qui se documente au fur et à mesure et qui essaie d’aider les seins sans trop dire de conneries, d’ailleurs j’ai même pas de diplôme mais j’ai eu la mention bien à mon bac scientifique donc je pense que tu peux quand même me faire confiance t’as vu).

Bon, alors, du coup, on fait quoi quand on est plutôt Y, ni l’un ni l’autre, un peu des deux, cheval-cheval tigre-tigre ? Et bien on ne fait rien. En tout cas, pour ma part, je ne fais rien. L’avantage de cette forme, c’est que les soutiens-gorges ont globalement plus de chance de vous aller, vous êtes davantage à l’abri d’une catastrophique incompatibilité de forme. L’inconvénient, c’est que seule l’expérience et l’essayage de multiples modèles vous permettra de savoir ce qui vous va parfaitement. Mais franchement, on n’a pas à se plaindre dans la Team Y. À l’exception d’un unique modèle acheté chez Viksen, tous mes soutiens-gorges ont été commandés sur internet et je n’ai jamais dû en renvoyer un seul parce qu’il ne m’allait pas. Je n’irai pas jusqu’à dire que tout va aux Y, mais c’est peut-être la forme la plus facile à accommoder.

Et voilà !
C’EST TOUT POUR AUJOURD’HUI.
ÇA FAIT BEAUCOUP MAIS C’EST PAS FINI !
IL Y A PLUS DE 150 FORMES DE SEINS À RETENIR !
ALORS N’HÉSITEZ PAS À REVENIR !

(En vrai il y a rien du tout à retenir, mais c’est vrai qu’on en est loin d’avoir fini de parler de forme, restez forts et n’abandonnez pas s’il vous plaît.)

Étape 4 : Reconnaître un soutien-gorge qui ne va pas

BONNE ANNÉE TOUT LE MONDE (ノ◕ヮ◕)ノ*:・゚✧ Mon cadeau pour 2014, c’est de vous apprendre à reconnaître si un soutien-gorge vous va ou pas.

Avant de se lancer là-dedans, il faut bien sûr avoir suivi l’étape précédente, parce qu’on ne peut pas savoir si le soutien-gorge va bien s’il est mal mis, ah ça non. Dans ce billet, je vais essayer d’énumérer point par point les signes qu’un soutien-gorge convient ou non.
La difficulté, c’est que tous les symptômes que vous pourrez rencontrer n’auront pas les mêmes causes. Par exemple, il est parfois évident qu’un soutien-gorge est trop petit et que passer au bonnet au-dessus suffit à tout arranger. Mais souvent, ce n’est pas un souci de taille. Tous les seins ont une forme bien spécifique (on en recausera plus tard et franchement c’est ce qu’il y a de plus casse-couilles alors commencez votre préparation psychologique dès maintenant) et tous les soutiens-gorges ne peuvent pas leur convenir, même dans la « bonne taille ». Parfois, il suffit d’essayer plusieurs tailles dans un même modèle jusqu’à ce que ça aille mais parfois, ça ne va jamais. Parfois, vous rencontrerez le soutien-gorge de vos rêves et il sera tout bonnement incompatible avec votre poitrine. Et votre cœur sera brisé, mais il faudra vous relever du désastre avec fierté, d’accord ? Bon, au travail maintenant.

Les bretelles

La séparation des bretelles
La séparation des bretelles ne doit pas vous gêner. Parfois, elles sont si proches l’une de l’autre que ça devient inconfortable ou si éloignées qu’elles glissent sans cesse.
Les bretelles qui glissent sont souvent le signe d’un tour de dos trop large, mais parfois c’est juste la construction du soutien-gorge qui ne convient pas à votre corps.

L’ajustement des bretelles
Les bretelles doivent être ajustables de telle sorte à ce qu’elles puissent être confortables. Il arrive que les bretelles ne soient pas totalement ajustables et/ou ne puissent pas être suffisamment raccourcies. Dans ce cas, il peut être possible de les découdre, de couper un peu de longueur puis de les recoudre en place. Quand les bretelles sont trop courtes même réglées au maximum, c’est un peu plus compliqué et il faudra sûrement renoncer à ce modèle. Si les bretelles glissent tout le temps, même quand elles sont bien serrées, c’est généralement le signe d’un tour de dos trop grand.

Le confort des bretelles sur les épaules
Les bretelles ne sont pas censées s’enfoncer dans les épaules, encore moins au point de faire mal. Avoir des indentations au niveau des épaules est mauvais signe, c’est probablement que le tour de bandeau est trop important et que les bretelles se farcissent tout le travail. Même chose si les bretelles vous laissent des marques. Ces marques sont normales au niveau du bandeau ou des baleines, mais vous ne devriez en aucun cas en avoir au niveau des bretelles.

La bande

Attention, ça devient super important. La bande dans votre dos ne va pas si vous vous trouvez dans une des situations suivantes :

  1. La bande est tellement courte que vous ne pouvez même pas la fermer.
  2. Vous pouvez attacher le bandeau, mais vous avez quand même l’impression d’être sur le point de mourir étouffée et vous avez mal. Dans ce cas, ça veut dire que la bande est trop courte ou que le bonnet est si petit qu’il donne l’illusion que la bande est trop serrée.
    L’astuce pour savoir si le bandeau est vraiment trop petit ou si c’est juste le bonnet qui tente de vous plonger dans la confusion, c’est de mettre le soutien-gorge à l’envers, avec les bonnets dans le dos. Si la bande vous paraît confortable, alors c’est la faute du bonnet. Si c’est toujours trop serré comme ça, alors il faut monter au tour de dos supérieur. Évidemment, cette vérification complémentaire n’est pas possible si vous avez une seconde paire de seins dans le dos.
  3. L’arrière du soutien-gorge n’est pas au même niveau que l’avant et remonte dans le dos.
    Ça, ça veut dire que la bande, trop grande, ne sert à rien et laisse les bretelles faire tout le boulot. En voyant ça, la plupart des vendeuses de lingerie essaient d’ajuster les bretelles ou de resserrer le soutien-gorge aux crochets inférieurs. Ne les écoutez pas. Si un soutien-gorge neuf remonte lorsqu’il est au dernier rang de crochets, d’ici un mois il remontera tout autant, même resserré au premier rang de crochets. Il ne vous offrira jamais assez de maintien. Un soutien-gorge neuf doit être parfait aux derniers crochets, les réglages plus serrés ne servent qu’à allonger la durée de vie du soutien-gorge, quand les matériaux élastiques seront devenus plus lâches.
  4. La bande est si lâche que c’est ridicule, ambiance deux enfants en bas âge dans la culotte géante de la tante Marthe. Bon, là, vraiment, c’est non.

Cette bande n’a rien à faire là. Je vais me fâcher.

Normalement, un bandeau heureux est un bandeau qui maintient fermement mais sans faire mal. On est censé le reconnaître car on peut l’éloigner de son dos d’environ cinq centimètres (soit la largeur de deux ou trois doigts) en tirant dessus, pas plus.
(Attention, cette technique est valable pour la plupart des femmes mais elle n’a jamais marché pour moi. Quand je tire la bande de mon soutien-gorge en arrière, je pourrais y mettre tous mes doigts, mes deux pieds et même toute ma famille tellement c’est élastique. Pourtant, mes soutien-gorge sont vraiment bien ajustés et un bandeau plus petit me ferait sûrement très mal. L’important c’est le maintien, le coup des cinq centimètres en arrière n’est qu’un indicateur auquel il ne faut pas non plus accorder trop d’importance.)

Le bonnet

Le haut du bonnet

Il faut qu’il y ait une ligne lisse en haut du bonnet. Et par là je veux dire qu’il ne faut pas que le haut du bonnet rentre dans vos seins et provoque un effet quadboob.

J’ai choisi cet exemple particulièrement saisissant de quadboob à des fins pédagogiques.

Il ne faut pas non plus qu’il y ait des des plis ou carrément que le haut du bonnet ne parvienne pas à rentrer en contact avec votre peau. Ceci dit, si le bonnet bâille un peu quand vous vous penchez en avant alors qu’il est parfaitement à sa place quand vous êtes debout, rien de grave.

Bonnets trop grands, chagrin chagrinant.

Les problèmes du haut du bonnet peuvent être un problème de taille comme un problème de forme, ça dépend totalement du modèle de soutien-gorge.

Le bas du bonnet

Comme avec le haut du bonnet, il ne devrait pas y avoir de petits plis dans le tissu et vous ne devriez pas non plus nager dedans. S’il y a vraiment très peu de plis, alors serrer un peu les bretelles peut suffire. Vous rencontrerez souvent ce problème si vos seins ne font pas la même taille. On s’arrange comme on peut.

L’entre seins

Cette partie concerne l’élément qui se trouve entre les deux bonnets.

Cette partie-là, là. (Pour info, ce soutien-gorge est un Cleo Lucy, un classique vraiment très chouette)

Cette partie-là, là. (Pour info, ce soutien-gorge est un Cleo Lucy, un classique vraiment très chouette, même si celui-ci est un peu trop petit pour le mannequin selon mes critères.)

Le placement de l’entre seins
Il doit être bien à plat contre le sternum. Systématiquement. Ne dépensez pas vos sous s’il ne repose pas correctement sur le sternum. J’insiste. La seule exception est pour les gens qui ont un
pectus excavatum, ou des seins vraiment très, très rapprochés. Si l’entre seins ne touche pas le sternum, c’est que le bonnet est probablement trop petit. Vous méritez mieux qu’un bonnet trop petit.

La séparation entre les bonnets
Si les bonnets sont trop rapprochés pour vos seins, vous aurez de l’espace libre ou des plis vers l’intérieur du bonnet. S’ils sont trop éloignés l’un de l’autre pour vos seins, les baleines risquent de s’appuyer sur votre tissu mammaire. Pas cool.

Le confort
L’entre seins doit être confortable. Les baleines ne doivent pas vous rentrer dans le sternum. Si jamais le soutien-gorge vous va à la perfection mais a juste les baleines un peu agressives, vous avez la possibilité de les plier afin qu’elles se recourbent légèrement vers l’extérieur. Si vous choisissez de faire ça, allez-y doucement. Et si le problème persiste même après avoir courbé les baleines, alors c’est qu’il n’y a rien à faire.

La longueur des baleines

Les problèmes dus à la longueur des baleines sont de ceux contre lesquels on ne peut pas grand chose. Certaines poitrines ont besoin de baleines qui montent plus haut sous le bras, sinon une partie du tissu s’échappe hors du bonnet. D’autres ne tolèrent que les baleines plus courtes, sinon elles rentrent dans la peau sous l’aisselle et provoquent des douleurs et des bleus. Si jamais vous rencontrez l’un ou l’autre de ces problèmes, il est quasi certain que le problème vient de la forme du soutien-gorge et non de sa taille.

La largeur du bonnet

Le bonnet doit englober confortablement tout le tissu mammaire sur les côtés. S’il y a du vide dans le bonnet sur les côtés, c’est qu’il est trop large. Si l’extérieur du bonnet coupe dans le tissu mammaire, c’est qu’il est trop étroit.
La largeur ou l’étroitesse du bonnet ne dépendent pas de la taille. Certaines marques sont connues pour avoir des bonnets plus larges ou plus étroits. Les soutien-gorge polonais, par exemple, sont réputés pour leurs bonnets très étroits, ce qui ne change rien au volume qu’ils sont capables de contenir. On en reparlera dans un article ultérieur sur la forme des seins. Bon, cependant, un bonnet peut être à la fois trop étroit et trop petit (il suffit de regarder n’importe quel catalogue Etam pour s’en convaincre) ou trop large et trop grand. Mais si vous vous êtes bien mesurée vous-même, alors le problème vient sûrement du modèle et non de la taille.
Ce qu’il faut retenir, c’est que les baleines ne doivent surtout pas s’appuyer sur le tissu mammaire, que ce soit sur le bas du bonnet ou sur les côtés.
Les baleines ne doivent pas non plus s’appuyer trop bas en-dessous du sein. Idéalement, elles doivent se poser juste dans le pli infra-mammaire. Si le bonnet est trop bas, les seins sont mal maintenus et vous risquez d’avoir mal. Si votre soutien-gorge persiste à laisser un espace libre dans le bas du bonnet, c’est probablement un problème de forme.

Les marques laissées par le soutien-gorge

Quand on abandonne ses soutien-gorge trop lâches qui soutiennent que dalle au profit d’un soutien-gorge à la bonne taille, on peut être surpris que celui-ci laisse des marques rouges après quelques heures. Ces marques sont parfaitement normales. Elles sont même plutôt utiles pour vérifier si oui ou non on porte son soutien-gorge au bon endroit ou si un soutien-gorge est trop étroit ou trop large. Par exemple, si on observe des marques au niveau du tissu mammaire, c’est sûrement que le soutien-gorge est trop étroit, ou bien qu’il a été mal mis. Comme je l’ai dit plus tôt, la seule exception à cette règle sont les marques laissées par les bretelles.
Attention, ces marques sont normales à condition d’être indolores. Un soutien-gorge n’est pas là pour vous faire souffrir. Certaines femmes peuvent ressentir un inconfort au début tant elles ont pris l’habitude des soutien-gorge si lâches qu’ils touchent à peine leur peau. Elles ont juste besoin d’un petit temps d’adaptation. Mais si ça devient douloureux, inutile d’insister. De toutes façons, en vous faisant confiance vous verrez clairement la différence entre des marques roses indolores qui s’effacent quelques minutes après avoir ôté le soutien-gorge et des marques rouges persistantes qui font vraiment mal. Le but essentiel d’un soutien-gorge c’est que vous vous sentiez à l’aise dedans, c’est ce qui devrait toujours primer.

Tout n’a pas besoin d’être parfait pour qu’un soutien-gorge soit satisfaisant. Il y a une différence entre un soutien-gorge qui vous va bien et un soutien-gorge qui vous va à la perfection. Il faut savoir trouver l’équilibre entre être exigeant et enculer les mouches. Il y a des signes que le soutien-gorge ne va pas du tout, comme le bandeau qui remonte, qui est un NON NON NON ferme et inconditionnel. Par contre, si un soutien-gorge est parfait à l’exception d’un microbâillement en haut du bonnet droit, ça vaut sûrement la peine de faire abstraction de ce détail. À vous de voir.

Étape 3 : Comment bien mettre son soutien-gorge

COUCOU LES COPAINS ! Aujourd’hui, on va parler d’un truc qui peut potentiellement vous changer la vie. Ou peut-être pas. Pour moi ça a changé beaucoup de choses alors je me dis que, même si ça a l’air évident et débile, autant en parler et ça aidera peut-être quelques débutantes et autres brebis égarées.

On va parler de la bonne façon de mettre son soutien-gorge. Ça semble plutôt simple, non ? Il suffit d’enfiler son soutif par les bretelles, hop hop, on attache dans le dos et roule ma poule, fastoche, boum boum shlack shlack bim bim badaboum ! Et bien non. Non non non. Non car non.
Quand on fait ça, on pose le soutien-gorge sur les seins, on ne l’enfile pas vraiment. Ça n’apporte pas de réel maintien, ça fait migrer les tissus comme jamais et ça fait passer pour corrects des soutien-gorge en réalité beaucoup trop petits.

Pour mettre son soutien-gorge correctement, il faut employer une méthode qu’on appelle le Scoop and swoop. Je ne suis pas vraiment amatrice des anglicismes à la con, mais là je ne vois vraiment pas comment je pourrais le traduire. Le choper-déplacer ? L’attraper-bouger ? Le couper-décaler ? Me voyant dans l’incapacité de décider, je préfère garder Scoop and swoop. On dit même S&S des fois, c’est super stylé.

Comment procéder (aussi appelé « Penche-toi et effectue le boogie »)

1. On enfile le soutien-gorge. La plupart des gens considèrent que le mieux est de l’enfiler par les bretelles et de l’attacher dans le dos. Mais franchement, si vous préférez, vous pouvez l’attacher à l’envers par l’avant et ensuite le faire glisser pour le remettre à l’endroit, ça n’a pas tellement d’importance.

2. Il faut se pencher en avant et avoir l’air bête. Encore. Chaque matin. Mais ça ne dure que quelques secondes et ça change tout, vraiment. Une fois que vous êtes penchée en avant, il faut rassembler tout le tissu du sein dans le soutien-gorge. En général, ça consiste à mettre sa main dans le bonnet sur le côté extérieur et toooouuuut ramener vers l’intérieur et vers le haut. Avec l’autre main, il faut tirer le bonnet vers l’extérieur de telle sorte qu’il englobe bien le sein et que les baleines ne viennent pas se poser sur le tissu mammaire.
Selon la forme de vos seins, votre morphologie et la quantité de tissu migré, le rituel du scoop and swoop ne sera pas forcément le même. Par exemple, vous avez un peu de tissu qui a migré dans le pli de l’aisselle ? Mettez-le dans le bonnet. Mettez tout, c’est là pour ça.

3. On se redresse et on ajuste. Le soutien-gorge doit être confortable et les baleines doivent se poser pile dans le pli sous le sein, pas trop bas ni trop haut. La manière d’arriver à ce résultat, en revanche, dépend totalement de vous. Vous pouvez secouer frénétiquement votre poitrine jusqu’à ce que tout soit bien en place, pousser le bonnet vers le haut, choper l’entre-bonnet et l’agiter de gauche à droite, tout ce que vous voulez, tant que ça vous convient. Ce sont vos propres seins, c’est votre propre fête.

4. Si les bretelles sont trop longues et glissent, il faut les raccourcir, si elles sont trop courtes, il faut les rallonger. Plutôt facile.
Si les bretelles sont très serrées et vous rentrent dans la peau des épaules, il faut se calmer et desserrer un peu tout ça, surtout si elles vous provoquent des marques. Il est normal qu’un soutien-gorge laisse des marques rouges à la fin de la journée au niveau des baleines et de l’entre-bonnets, tant que ça ne vous fait pas mal. En revanche, il n’est pas normal que les bretelles donnent des traces rouges, sauf éventuellement si vous avez la peau extrêmement sensible.
Si les bretelles s’obstinent à glisser malgré un resserrage acharné, c’est très probablement que vous portez un soutien-gorge au tour de dos trop grand. Cela peut aussi vouloir dire que vous avez les épaules très étroites ou très tombantes, ce qui est plus difficile à accomoder. Le fait d’être petite ou d’avoir les seins placés hauts sur le buste a aussi tendance à aggraver le phénomène. Les bretelles de mes anciens soutien-gorge glissaient tout le temps, elles ne tenaient pas en place plus de quelques secondes et ça me rendait dingue. Maintenant je dois toujours les relever une ou deux fois par jour mais un tour de dos plus petit a quasi réglé le problème.

5. Éventuellement, vous pouvez rajuster votre soutien-gorge pendant la journée s’il le faut. Si un soutien-gorge est vraiment parfait pour vous, alors ce ne sera pas nécessaire. Ceci dit, si un petit ajustement s’impose au bout de quelques heures, ce n’est pas la fin du monde et ça ne veut pas forcément dire qu’il faut foutre le soutif fautif aux ordures. Il suffit de répéter les étapes 2 et 3 pour tout bien remettre en place.

Pourquoi il faut faire tout ça

Un soutien-gorge qui n’est pas mis en faisant le scoop and swoop ne maintient pas correctement. Il est posé sur vos seins, il les pousse contre votre cage thoracique et ne sert à rien. Il échoue complètement dans sa fonction de soutien-gorge, en somme.

À droite : bien ! n__n  À gauche : pas bien ! è__é

Voilà ce que fait un soutien-gorge mal mis. Il appuie mais ne soutient pas, alors qu’un soutien-gorge bien mis soulève la poitrine et soulage le dos d’une partie de son poids. Et aussi, même si je sais que c’est totalement subjectif, je trouve qu’un soutien-gorge bien mis fait des seins vachement plus jolis. Sans compter que ça prévient, voire inverse, le processus de migration des tissus vers le dos et le pli de l’aisselle.

Il faut absolument procéder au scoop and swoop quand on porte des soutien-gorge, quelle que soit la taille de sa poitrine. Le S&S est également indispensable quand on recherche une taille qui nous convient car il permet de détecter un soutien-gorge trop petit. On peut aussi faire l’erreur de décréter qu’un soutien-gorge est trop grand alors qu’il suffirait de S&S pour que tout soit parfait.

À gauche, la personne n’a pas encore S&S et le soutien-gorge pourrait passer pour convenable. Si la photo était meilleure, on verrait que les bretelles ne reposent pas bien à plat sur sa peau et que les baleines ont l’air d’être placées trop bas, mais à première vue ça a l’air de lui aller.
La photo de droite a été prise après le S&S. De toute évidence, le bonnet est bien trop petit. Et maintenant que le volume des seins a été mis dans le bonnet, pas casé bêtement dans la bande, il est très possible que le tour de dos du soutien-gorge s’avère bien trop large.

Je sais que pour beaucoup de gens ce billet aura l’air inutile et plein de trucs évidents. Tant mieux, ça veut dire qu’on vous a bien appris et vous avez de la chance. Néanmoins, il y a vraiment plein de personnes qui ne savent pas bien mettre leur soutien-gorge. J’ai dû apprendre cette méthode après presque dix ans à porter des soutien-gorge (alors que je suis pas plus bête qu’une autre, bon, hein, quoi), alors je ne dois sûrement pas être la seule. Et si ça aide ne serait-ce qu’une seule personne alors tant mieux, ça fera toujours deux seins plus proches du bonheur. Tel est le seul désir qui m’anime.

(Les images de ce billet viennent d’un très bon article du blog Bras and Body Image qui regorge d’exemples de soutien-gorge qui ont l’air convenables pré-scoop and swoop alors qu’en fait vraiment pas. Je vous invite à aller y jeter un œil (je toucherai 0.00 dollar américain par clic).)

Étape 2 : La migration des tissus

Imaginons. Tu t’es mesurée. Tu as trouvé le soutien-gorge idéal. Tout n’est qu’allégresse et légèreté.

Mais ce n’est pas fini.

Il y a de fortes chances pour que ledit soutien-gorge idéal ne soit plus si idéal d’ici quelques mois, voire quelques semaines. Donc si je peux vous donner un conseil, c’est de ne pas investir des sommes colossales dans votre premier soutien-gorge. Il y a toujours la possibilité de le revendre après, mais ça fait quand même un peu mal au cœur quand un chouette soutien-gorge ne va plus.

Le phénomène dont je vais vous parler tout à l’heure se nomme LA MIGRATION DES TISSUS MAMMAIRES.

La plupart des femmes n’ont aucune possibilité de trouver une taille qui leur va vraiment en boutique, donc la majorité porte des soutien-gorge qui sont en réalité trop petits au niveau du bonnet et trop grands au niveau du dos. Plutôt que de maintenir la poitrine, le soutien-gorge à la mauvaise taille va pousser le tissu mammaire là où il ne serait pas allé naturellement : dans le dos et au niveau de l’aisselle.

Merci Etam de fournir de si bons exemples de bonnets trop petit, t'es au top.

Merci Etam de fournir sur ton site de si beaux exemples de bonnets trop petits, t’es au top.

Coucou la graisse des seins qui va finir dans les aisselles à force de se faire maltraiter, coucou. Vous voyez un peu ce qu’Etam recommande à vos seins ? Ces gens ne veulent pas votre bonheur.

Quand on prend l’habitude de porter un soutien-gorge à la bonne taille et de l’enfiler correctement, le tissu qui a migré finit par revenir à sa place.
Attention, c’est parfaitement normal d’avoir du gras au niveau du pli de l’aisselle et du dos, quelle que soit sa morphologie, mais il y a de bonnes chances qu’une partie de ce gras soit du tissu mammaire déplacé. Et quand il revient dans les seins, vos mensurations peuvent changer, ainsi que la forme et la taille de vos seins. Il peut aussi ne rien se passer, parce que toutes les femmes ne constatent pas de migration des tissus. Cependant, assez de personnes disent ressentir ce phénomène pour qu’on considère qu’il s’agisse de quelque chose de très commun.

Pour ma part, la migration des tissus a commencé au bout deux ou trois semaines seulement à porter des soutien-gorge à ma taille et continue encore à ce jour. En trois mois, j’ai perdu cinq centimètres au niveau du dessous du buste (du dos, donc). J’ai aussi monté d’une demi-taille de bonnet, pas grand chose, mais ma poitrine a changé de forme car le tissu est allé se reloger là où mes seins en avaient le plus « besoin ». Je mets « besoin » entre guillemets car je n’avais besoin de rien, en vrai, mais maintenant mes seins ont une forme plus ronde et harmonieuse que je trouve plus jolie. Mes anciens soutien-gorge sont encore portables mais ils deviennent trop grands dans le dos et certains sont devenus trop petits au niveau du bonnet. Pour résumer, mes seins sont plus gros et mon dos est plus mince. Sans compter que, en me mettant à porter la bonne taille, je suis passée sans rien faire d’un bonnet C à un bonnet F puis à un bonnet G-H. Eh ouais. Les chirurgiens esthétiques me détestent. Mettez-vous à porter une bonne taille, ils vous détesteront aussi et nous ferons ensemble la grande ronde des copains.

La migration des tissus peut se manifester dès quelques semaines comme elle peut prendre plusieurs mois. Elle peut être minime, voire inexistante, ou alors changer radicalement votre taille de bonnet et la forme de vos seins. Impossible de savoir ce qu’il adviendra avant que ça se produise. C’est la mégasurprise. Il faut aussi faire attention à bien enfiler son soutien-gorge proprement (plein de femmes ne le font pas et c’est très chagrinant), mais ça c’est encore une autre histoire et ce sera pour plus tard.

Edit du 11/03/2014 : Je me mesure régulièrement en suivant LE GUIDE et je garde les résultats dans un document avec un tableau et un petit graphique. Si vous voulez y jeter un coup d’œil, il est ici. Comme ça vous verrez un peu comment, pour moi, mes mensurations ont évolué rien qu’en portant un soutien-gorge à la bonne taille, sans aucune variation de poids. Mon tour de dos diminue constamment au fur et à mesure que le tissu mammaire migre, ce n’est pas ce qui arrive à tout le monde mais ça peut être une des conséquences d’un soutien-gorge à la bonne taille. Au moins avec les chiffres vous êtes sûrs que je vous raconte pas de conneries.

Étape 1 : Prendre ses mesures

Pour écrire cet article, j’utiliserai le guide de /r/ABraThatFits, qui est très complet et très bien écrit, ce qui veut dire qu’il n’y aura pas beaucoup de valeur ajoutée par rapport au matériau de base. Je m’en excuse par avance, mais je pense qu’il est quand même intéressant d’avoir un article en français sur le sujet. Faites attention, c’est un très gros morceau et ça a l’air compliqué, mais une fois qu’on a compris la méthode c’est très simple. Je me mesure une ou deux fois par mois et ça me prend cinq minutes. Mais la première fois, il faudra surement se concentrer et prendre son temps. Courage.

Sortez les rubans

Bon, maintenant on arrête de parler et on mesure. Pour cela, munissez-vous des ingrédients suivants :

–        Un bout de papier et un crayon pour noter les mesures obtenues, ou bien un téléphone ou un ordinateur si tu sens que tu fais partie de la génération digitale avec des doigts, ou même rien du tout si tu te sens assez malin pour tout retenir par cœur, JE M’EN FICHE, TU FAIS COMME TU VEUX, CE SONT TES SEINS.

–        Un mètre ruban. En pouces, c’est mieux. Si vous n’avez que des centimètres, prenez les mesures en centimètres puis convertissez-les, ce sera un peu plus long mais c’est pas bien grave.

Si vous n’avez pas de mètre-ruban, la meilleure alternative est d’utiliser un ruban non élastique ou un câble quelconque et une règle graduée. C’est moins précis et plus laborieux, mais je peux affirmer d’expérience que c’est pas si mal. Et c’est définitivement mieux que rien quand on n’a pas envie d’attendre que son mètre-ruban acheté 0,99$ à un revendeur chinois sur eBay arrive dans la boîte aux lettres.

–        Des seins, nus. On ne mesure pas à travers un soutien-gorge, ni à travers son chemisier, ni à travers sa doudoune. Si tu as besoin d’aide pour prendre tes mesures, il faut donc que la personne chargée d’aider ait le droit de voir tes seins. Aucune dérogation ne sera accordée.

Qu’est-ce qu’on mesure ?

Il y a cinq mesures à prendre. Toutes ne vont pas forcément servir par la suite, mais dans un premier temps il est préférable de toutes les prendre.

1)      Le dessous du buste, juste sous les seins, assez serré mais pas au point de devenir inconfortable.  C’est la mesure la plus importante alors fais ça bien, d’accord ?

2)      Le dessous du buste encore, mais en serrant le mètre le plus possible, les poumons vides. Sur ABTF, on surnomme cette mesure le BTT, pour « Break The Tape », c’est-à-dire la plus petite mesure possible avant que le mètre n’explose ou ne fusionne avec votre cage thoracique.

3)      Les seins, en position debout.

4)      Les seins, en position penchée, le torse parallèle au sol. Oui, cette étape donne l’air un peu idiot, au cas où vous vous poseriez la question.

5)      Les seins, en position allongée. Pour cette étape, mieux vaut s’aider d’un miroir pour bien s’assurer que le mètre est perpendiculaire au sol.

(Marquez bien à quel numéro correspond quelle mensuration, ça vous servira par la suite quand vous serez embourbés dans les calculs.)

Petit guide visuel au cas où tout cela ne serait pas très clair

Interpréter les résultats

[EDIT DU 7 MAI 2014 : Il existe maintenant un calculateur pour ceux qui ont la flemme de faire des opérations mathématiques simples (et pour les autres aussi) ! Yay ! Il est imparfait, je trouve qu’il a par exemple la fâcheuse tendance à conseiller des soutiens-gorges trop serrés pour les petits dos. Mais c’est le calculateur le plus abouti et le plus efficace à ce jour. En plus, la charmante personne qui l’a mis au point le met à jour régulièrement et a pour projet de continuer à l’améliorer, donc c’est super cool. Si vous devez utiliser un calculateur, utilisez celui-là et n’utilisez que celui-là.]

C’est là que ça devient casse-pieds, alors accrochez-vous.

Avant de continuer, vérifiez si vous remplissez l’un des critères suivants :

– Le dessous du buste serré (mesure n°2) mesure plus de 36 pouces.
– Le dessous du buste serré (mesure n°2) mesure plus de 32 pouces ET il existe une différence de plus de 9 pouces entre le dessous du buste et le buste (en prenant n’importe lesquelles des mesures).

Si vous remplissez l’un de ces critères (ou les deux), ça peut être compliqué et on utilise une méthode un peu modifiée, j’en parlerai plus tard dans le billet.

Si vous ne remplissez aucun de ces critères, alors on continue ! Youpi !

Le nombre

Pour déterminer la lettre de votre taille de soutien-gorge, prenez la mesure n°1 (le dessous du buste pas trop serré) et arrondissez-la au nombre pair le plus proche.
Par exemple, pour une mesure de 31.25″, on obtient théoriquement un tour de dos de 32.

Si vous êtes pile à mi-chemin entre deux nombres pairs ou que vous ne savez pas si ce serait mieux d’arrondir au nombre pair supérieur ou inférieur, il y a plusieurs choses à noter.
D’abord, il faut savoir qu’il est très fréquent que les personnes ayant un petit tour de dos (32 ou moins) doivent prendre une taille plus large pour des raisons de confort. Par exemple, quelqu’un qui aurait un tour de dos de 28.5″ est plus proche de 28 que de 30, mais il y a de fortes chances qu’un 28 lui fasse mal et qu’un 30 lui aille. On pourrait même envisager un 32, surtout si la personne n’a pas l’habitude des soutien-gorge au maintien ferme. Globalement, s’il y a très peu de différence entre vos mesures n°1 et n°2, il vaut mieux arrondir au-dessus. Quand il y a plusieurs pouces de différence, la bande peut se poser sur un petit coussin de chair sans trop faire mal, mais quand il y a une différence faible, il y a un risque que les baleines rentrent dans les côtes. Et ça fait mal. Donc mieux vaut ne pas trop serrer.
A l’inverse, pour les tours de dos plus grands (36 et plus), il est parfois mieux d’arrondir à un tour de dos inférieur car les bandes plus grandes sont plus élastiques et, à force, le soutien-gorge risque de devenir trop grand et d’offrir moins de maintien.

La lettre

Avant de déterminer la lettre qui ira derrière ce nombre, il y a encore une question à se poser (oui, encore, je sais, il aurait mieux valu faire un organigramme géant avec des flèches, mais il est trop tard maintenant, alors tu dois lire jusqu’au bout).

Y a-t-il une différence supérieure à 2 pouces entre la mesure du buste debout (n°3) et penché (n°4) ?

Si oui, prenez la moyenne de ces deux mesures pour calculer votre taille de bonnet.
Si non, utilisez la mesure du buste en position penchée (n°4) pour calculer le bonnet.

Maintenant, prenez ce nombre et soustrayez-lui la mesure n°1 (celle du dessous du buste confortablement serré, la mesure brute et non le tour de dos déterminé durant l’étape précédente).

C’est la différence entre ces deux nombres qui va déterminer votre bonnet.

Différence <1” 1” 2” 3” 4” 5” 6” 7” 8” 9” 10” 11” 12” 13” 14” 15”
Taille de bonnet AA A B C D DD E F FF G GG H HH J JJ K

Dans mon cas, je prends ma mesure n°4 et je lui soustrais ma mesure n°1 : 35″ – 27″ = 8″, ce qui me donne un bonnet FF.

Maintenant, on combine le nombre et la lettre, et on a une taille ! Merveille et joie !

Et les autres ?

Enfin, il faut quand même qu’on s’intéresse à ceux que j’ai abandonné après la prise des mensurations. Donc, si vous entrez dans l’un des critères dont je parlais tout à l’heure, cette méthode ne marche pas bien. Il faut utiliser une méthode détournée : on détermine une première taille, qui ne sera pas la bonne mais permettra de déterminer le volume du bonnet. A partir de ce volume, on peut trouver une taille adaptée. Cette méthode n’est pas celle qui convient à ma poitrine, j’ai vu des femmes l’appliquer sur d’autres femmes et avoir des résultats cohérents, mais je n’ai jamais eu l’occasion de la tester et je ne sais pas si elle fonctionne vraiment bien. Je ne garantis donc pas les résultats, mais je préfère quand même la donner pour ne pas laisser dans l’embarras ceux pour qui la première méthode ne fonctionne pas.
Il faut utiliser la mesure sous le buste pas trop serrée (n°1) pour avoir un tour de dos. Ensuite, on utilise soit la moyenne de 3 et de 4, soit 4 pour calculer le bonnet selon les mêmes instructions que pour la méthode classique. Enfin, à partir de cette taille temporaire, il faut trouver la taille qui correspond au même volume, mais pour le tour de dos très serré (n°2). Pour cela, il faut se référer à ce tableau. Par exemple, si la mesure n°1 est de 44″, avec un bonnet FF, mais que la mesure n°2 est 38″, il faut trouver l’équivalent en volume du 44FF, mais pour un tour de dos de 38, ce qui nous donne du 38H.

C’est compliqué. Je sais.

Et c’est pas fini.

La taille obtenue ainsi n’est qu’un point de départ. Pour trouver un soutien-gorge qui convient réellement, il faut essayer, se planter, réessayer et ainsi de suite. Pour ma part, j’ai eu le bol de trouver un soutien-gorge correct du premier coup, mais j’ai vu des femmes dire qu’elles avaient dû faire dix-huit essais avant de trouver leur bonheur. C’est pas des conneries. La forme de la poitrine est aussi déterminante que la taille dans la façon dont un soutien-gorge se comporte, sans compter que chaque fabricant traite les tailles à sa sauce. En fait, c’est assez rare de faire toujours la même taille partout. Et si vous trouvez le soutien-gorge de vos rêves et portez un soutien-gorge parfait pendant quelques semaines, votre taille risque de changer. Oui. Avoir des seins est un calvaire sans fin, mais on y prend goût.