Hors Sujet n°1 : Faire son propre déodorant

B-bonjour…

Vous vous souvenez de moi ?

Je sais que ça fait longtemps que je n’ai pas fait de nouvel article et je m’en excuse, vraiment. Je n’avais pas vraiment l’énergie de faire de nouveaux articles depuis quelques mois (et ce malgré la pile de brouillons entamés que j’ai en réserve et qui n’attendent que moi) et j’en suis désolée. D’abord j’étais jusqu’à récemment en stage, un stage qui ne s’est pas très bien passé et qui a réellement pompé toute mon énergie vitale jusqu’à ce que je trouve moyen de l’écourter, et même après ça il m’a fallu quelques semaines pour m’en remettre tellement je m’étais mise en mauvais état. Et puis j’ai ensuite eu quelques tracas personnels, donc c’était pas la joie non plus. Tout ça n’était rien de grave en soi, mais ça explique pourquoi j’ai manqué de motivation pour mettre à jour le blog.

Toutefois, ça ne veut pas dire que je vous ai abandonné·e·s ! J’ai toujours mon compte Twitter (@ExpertMoelleux) et j’ai récemment créé un compte Pinterest avec entre autres des tableaux où j’épingle de la lingerie. J’attire aussi votre attention sur un topic qui a été créé sur les forums de Madmoizelle nommé « La bible du soutien-gorge« . Ce topic a été créé dans le but d’aider les gens qui ont des questions sur leur taille, le fit de leurs soutiens-gorges, des recommandations à demander, etc. J’y interviens de temps en temps mais même quand je ne suis pas dans le coin il y a pas mal de filles qui s’y connaissent bien et sont toujours promptes à aider, donc n’hésitez pas à leur soumettre vos dilemmes soutifesques si besoin.

Quant à moi, je compte bien reprendre un rythme régulier ici, mais en attendant je reviens tout doucement avec un article un peu hors sujet mais pas trop, avec une recette de déodorant. Pas si éloigné que ça du sujet qui nous intéresse, parce que les soutifs sont quand même les vêtements qui touchent de plus près nos aisselles, donc les plus susceptibles de puer la sueur rance si jamais on n’assure pas trop.

Pourquoi se faire chier à fabriquer son propre déodorant quand on peut en acheter du tout fait pour pas cher ? Plusieurs raisons sont valables, comme le fait que ce soit encore plus économique de le faire soi-même, qu’on est sûr·e de la composition et que c’est plus naturel, plus écologique, etc. Pour ma part, j’ai décidé de me lancer parce que les déodorants habituels ne me convenaient plus très bien. Je parlais plus haut de mon stage, eh bien il se trouve que pour m’y rendre je devais faire presque trois heures de trajet par jour. Trois heures dans la moiteur du métro parisien bondé, ce qui déjà n’aide pas. En plus, comme je me sentais très mal, tout mon corps s’est rebellé : j’ai eu de l’acné comme je n’en avais plus eu depuis des années, j’ai pris cinq kilos en un mois et… j’ai eu tendance à suer davantage. Quand j’arrivais au travail j’avais déjà copieusement transpiré et je me sentais dégueulasse dès neuf heures du matin. J’avais l’impression de sentir la sueur toute la journée et même si je savais que c’était en partie dans ma tête, je me suis mise en recherche d’une alternative à mon déodorant habituel. J’utilise les déodorants Dove car ils sont doux et sentent bon et j’aime bien le côté laiteux de la formule. Cependant, ils ne masquent pas efficacement l’odeur de sueur après une heure dans le métro sous 40°C. J’ai donc commencé à faire mes recherches jusqu’à aboutir à mon propre petit mélange. On y va ? On y va.

20150710_155033-2

Ingrédients :

– 6 ou 7 cuillères à soupe d’huile de coco. Commencez par 6 et rajoutez si vous voyez que la consistance n’est pas assez fluide.

– 4 ou 5 cuillères à soupe de bicarbonate de sodium. Ne prenez pas celui du supermarché, il n’est pas assez fin et il ne se mélangera pas bien et vous niquera la peau. Apparemment vous pouvez prendre du bicarbonate classique et le passer au hachoir assez longtemps pour qu’il ait une consistance plus proche du sucre glace, mais je n’ai jamais essayé, j’ai directement acheté du tout fin. Le bicarbonate est déodorant et nettoyant, c’est lui qui va empêcher les bactéries qui font sentir mauvais de se multiplier.

– 3 cuillères à soupe d’arrow root en poudre. J’ai retrouvé cet ingrédient dans pas mal de recettes de déo et je ne connaissais pas du tout avant. Cela se présente sous forme d’une poudre très fine, qui améliore la texture du déodorant et qui aidera à absorber la transpiration. J’ai décidé d’en acheter pour l’occasion, mais si vous avez tous les ingrédients sauf celui-là, apparemment la fécule de maïs (la Maïzena, quoi) a peu ou prou les mêmes propriétés.

– 2 cuillères à soupe d’argile. J’ai utilisé de l’argile blanche mais vous pouvez prendre celle que vous voulez, je pense que toutes peuvent convenir. Par contre, faites attention, j’ai vu des gens dire qu’ils avaient utilisé de l’argile verte et que ça avait tâché leur t-shirt, par exemple. L’argile a apparemment des propriétés bactéricides et antiseptiques, et elle aidera aussi à absorber la sueur.

– Les huiles essentielles de votre choix. Pour ma part, j’ai utilisé 7 ou 8 gouttes d’huile essentielle de lavande, parce que c’est ce que j’avais et que j’aime bien la lavande. J’y connais pas grand chose aux huiles essentielles, mais faites en fonction des parfums que vous aimez et des propriétés qui vous semblent les plus proches de vos besoins. La lavande c’est cool, mais je pense que la prochaine fois je testerai une odeur plus fraîche, plus citronnée. J’ai vu plein de recettes qui utilisaient de l’huile de tea tree aussi, car c’est antibactérien, ou des combinaisons de tea tree avec une autre huile. Vous faites comme vous le sentez, cet espace est dédié à votre créativité.

J’ai acheté tous mes ingrédients sur Aroma Zone, sauf l’huile essentielle que j’avais déjà et qui venait de Nature & Découvertes. C’était ma première commande chez eux et elle s’est passée nickel mais je n’ai pas d’attachement particulier à ce site, vous pouvez acheter vos trucs où vous voulez et où vous pouvez. Avec les doses indiquées, j’ai eu assez de produit pour remplir un petit tupperware et un mini-pot de chez Lush pour emmener partout.

20150716_151849

Mini malin tout rond

Comment on le prépare et comment on l’utilise

La première chose à faire c’est de réchauffer l’huile de coco, qui est solide à température ambiante sous le climat français (sauf probablement si la canicule est revenue d’ici à ce que cet article sorte). J’ai mis de l’eau chaude dans un saladier et y ai plongé la bouteille d’huile deux minutes avant d’en extraire la quantité dont j’avais besoin. C’est largement suffisant. Ensuite, il suffit de mettre tous les ingrédients dans un récipient et de mélanger. Vous pouvez faire ça avec les mains mais vous allez vous en foutre partout, j’ai personnellement préféré utiliser deux cuillères à soupe en inox de marque Ikea, puisque vous voulez tout savoir.

Vous devriez obtenir une pâte assez fluide, un genre de liquide épais. Quand vous aurez cessé de tripoter le mélange, il devrait épaissir pas mal. Si vous le mettez au frigo, ça vous fera comme un pain de déodorant un peu friable. La texture « moyenne » du déodorant devrait être une pâte très épaisse, mais ne paniquez pas si vous voyez qu’elle évolue un peu. La consistance sera très sensible aux variations de température, comme l’huile de coco, donc si c’est plus liquide à midi qu’à vingt-trois heures, c’est normal !

Vous pouvez stocker votre déodorant dans le récipient de votre choix, prenez-en juste un un minimum hermétique et avec une ouverture assez large pour y mettre vos doigts. Car ouais, avec ce déodorant il faut un peu mettre la main à la patte. Prélevez une noisette par aisselle environ et appliquez-le comme vous le feriez avec une crème. Le déodorant laisse un résidu un peu sableux qui s’en ira rapidement, et pas de résidu gras. Il aura une odeur de noix de coco mélangée à celle des huiles essentielles que vous aurez choisies. Perso je me rince les mains à l’eau après l’avoir appliqué, mais vous êtes même pas obligés si vous aimez vraiment l’odeur. Ça sent moins fort qu’un déodorant classique.

Et niveau résultats, ça donne quoi ? Je ne transpire pas moins qu’avec un déodorant normal, mais ce n’était pas mon but. La sueur c’est bon pour vous, c’est normal de suer, suez de tout votre saoul. Par contre, il y a zéro odeur de sueur à la fin de la journée, même en collant votre nez sur vos dessous de bras. C’est assez incroyable. En fait la sueur en soi n’a pas d’odeur perceptible, ce sont les bactéries qui font puer. Comme ce déodorant contient des ingrédients antibactériens, à vous la sueur inodore. J’écris cet article en mode flemme totale, vêtue d’un pyjama et à une heure avancée du jour, je n’ai pas encore pris ma douche et ça fait donc environ vingt-quatre heures que j’ai mis du déodorant et ça ne sent toujours pas la sueur sous mes bras. Si vous transpirez au cours de la journée, il fera plus chaud sous vos aisselles et donc l’odeur de noix de coco sera un peu plus forte. J’ai remarqué qu’une fois sur le corps c’est surtout l’odeur de coco qui se manifeste et on sent assez peu les huiles essentielles. En tous cas on ne sent pas la sueur du tout. Niveau transpiration et odeurs corporelles je pense être dans la moyenne, je suis très sensible à la chaleur mais ne suis ni de ceux qui ne transpirent presque pas ni de ceux qui suent copieusement et sentent très fort dès que ça se réchauffe. Votre expérience pourra donc différer de la mienne, mais de mon côté je suis assez bluffée. Autre petit bonus sympa : l’huile de coco rend la peau des aisselles toute douce, cool quand on a plutôt l’habitude de la peau toute sèche maltraitée au rasoir.

Comme rien ni personne n’est parfait, il y a quand même quelques points négatifs. Déjà, il faut l’appliquer soi-même, de préférence avec les mains, ce qui est moins pratique et moins rapide qu’un déodorant du commerce en bille ou en spray. Ensuite, le bicarbonate de soude ne convient pas à tout le monde. Malgré ma peau assez sensible je n’ai pas eu de souci, mais certaines personnes peuvent avoir des réactions pas géniales, comme des rougeurs ou des démangeaisons. Malheureusement, le bicarbonate est un peu la star de ce déo et il est quasi impossible à remplacer dans cette recette donc si vous y êtes sensibles, désolée mais ce n’est pas fait pour vous. J’attire également votre attention sur le fait que j’ai testé ce déodorant sur des aisselles rasées ou à peu près rasées, vu que je porte mes poils courts en ce moment. Donc je ne sais pas ce que ça donnerait avec des poils plus longs, surtout niveau application. Je vous tiendrai au courant dès que j’aurai testé. Enfin, dernier bémol, cette mixture est moche. Ça marche super bien et j’adore et ça a changé ma vie, mais c’est moche.

Voilà, c’est tout pour moi, si vous avez des questions ou des recettes de déo maison encore mieux, faites-les péter en commentaires. En attendant, je vous dis ADIOS !  (๑•̀ㅂ•́)و✧

Publicités

Tagué:,

2 réflexions sur “Hors Sujet n°1 : Faire son propre déodorant

  1. Swann octobre 24, 2015 à 8:59 Reply

    Bonjour

    • Camille décembre 23, 2016 à 12:05 Reply

      Bongeourre swonn

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :