Orcanta

Hier, avec mon amie Lucie, nous avons fait un petit périple à travers Paris dont l’objectif initial était le suivant : ACHETER DES SOUTIENS-GORGES. Nous avons débuté notre aventure en nous rendant chez Orcanta. J’avais très peu d’espoir d’y trouver ma taille mais, n’ayant jamais mis les pieds dans une de leurs boutiques, j’avais envie de tester. Et puis Lucie avait des bons de réduction, alors bon.

La boutique que nous avons visitée est celle de la rue du Commerce, à Paris. Si ça vous intéresse, Orcanta a également un site internet sur lequel je n’ai jamais commandé mais que je ne trouve pas super bien fichu.

Après un petit repérage sur leur site, j’ai vu qu’ils ne proposaient rien qui se rapproche de ma taille. En revanche, ils distribuent des marques qui fabriquent bel et bien des tailles moins conventionnelles (comme Chantelle ou Huit), même si les revendeurs ont tendance à ne pas les commander en masse.

Dès notre arrivée, nous avons eu affaire à une vendeuse (je pense que c’était la manager parce qu’elle était habillée de manière plus formelle que les autres, mais je me trompe peut-être), qui nous a aimablement indiqué sur quels modèles nos bons de réduction étaient valables. Déjà, la boutique avait énormément de modèles, dont beaucoup de vraiment très jolis. J’ai vu un sacré paquet de soutiens-gorges à mon goût rien qu’au premier coup d’œil. Notre réduction était valable sur la moitié de la boutique environ et il y avait déjà largement de quoi faire.

J’ai commencé à chercher dans les rayonnages pour voir si je trouvais quelque chose à ma taille, mais malheureusement leur choix de tailles était vraiment limité. Lucie a appelé la vendeuse pour qu’elle vienne m’aider à trouver ma taille. Toute souriante, elle me dit que bien sûr, elle peut m’aider, et me demande ma taille. Je sens un poil d’inquiétude et de suspicion dans son expression et sa voix quand je lui dis que je fais du 75G, mais pas de mépris. Elle me dit qu’ils n’ont pas de bonnets G du tout. Comme je suis pleine de bonne volonté, je lui dis que sinon, je peux tenter un 80F. Elle me dit que leur plus petite taille commence au 85 et a l’air assez soulagée quand je lui dis que je veux bien essayer le 85E.
Leur choix en 85E est très limité à l’échelle de la boutique, mais la vendeuse m’aide quand même à trouver trois modèles très jolis à essayer.

En cabine, Orcanta a une politique un peu spéciale pour éviter l’affluence : ils ne laissent les clientes essayer qu’un seul soutien-gorge afin de valider la taille puis, si la taille convient, elles peuvent devenir folles, en essayer plein et se baigner dans une piscine de soutiens-gorges si elles le souhaitent. Je trouve ça moyen pour les femmes qui sont vraiment entre deux tailles et pour lesquelles il est difficile de valider une taille plutôt qu’une autre, mais en pratique ce n’est pas si idiot que ça, ni franchement contraignant.
La vendeuse en charge du conseil en cabine a l’air très gentille, alors même si la taille trouvée en rayon n’est probablement pas la bonne, je me sens assez à l’aise au moment de l’essayage.

Et puis j’essaie un soutien-gorge plutôt chouette de chez Chantelle. Et ça ne va pas du tout.

Au niveau du bonnet, tout se passe bien. Par contre la bande est beaucoup trop grande, je nage dedans et je suis à peu près aussi bien maintenue que si je ne portais rien. En plus, même ajustées au minimum, les bretelles sont trop longues. La vendeuse me demande comment ça se passe, je lui dis qu’elle peut rentrer voir si elle le souhaite. (Ça ne me paraît pas inutile de mentionner ce détail, parce qu’on est probablement nombreuses à avoir connu la vendeuse de lingerie giga intrusive, celle qui entre dans ta cabine sans te demander ou bien ouvre ton rideau en grand alors qu’il y a quinze personnes derrière qui peuvent te mater. Ouais. Toi-même tu vois de quoi je cause.) Je lui explique que la bande est trop large et elle est d’accord. Je lui demande si je peux essayer les deux autres soutiens-gorges que j’ai pris en rayon pour voir s’ils taillent plus petit dans le dos. Elle me répond que, puisqu’ils sont tous de chez Chantelle, j’aurai sûrement le même problème avec les autres. Je n’avais pas du tout repéré que les trois soutiens-gorges étaient de la même marque, je trouve ça vraiment bien que la vendeuse y ait fait attention. Elle me propose d’essayer un 85E de chez Passionata, qui apparemment a tendance à tailler plus petit. J’accepte et elle me ramène un Passionata « au hasard », que je trouve vachement joli pour un truc pris au hasard. Je l’essaie et, effectivement, je nage un peu moins dedans mais je nage encore quand même. Je le montre à la vendeuse et on est d’accord pour dire que c’est mieux mais toujours insuffisant. Elle reste quelques secondes dans ma cabine, les sourcils froncés. Je tire un peu la bande en arrière pour lui montrer que c’est vraiment trop lâche. Elle me dit qu’il faudrait me faire essayer du 80, mais qu’ils n’ont malheureusement rien de tel en stock. Elle n’essaie pas une seconde de me faire croire que le soutien-gorge me va. Elle ne me raconte pas de conneries. Elle est vraiment cool. On discute un peu, elle me demande quelle taille je porte d’habitude et comment je fais pour trouver ma taille. Je lui dis que je porte des marques anglaises ou polonaises, elle acquiesce et dit qu’effectivement, il n’y a qu’eux qui fabriquent ce genre de taille. Elle a l’air réellement désolée de ne pas pouvoir m’aider et reste agréable jusqu’au bout.

Finalement, nous avons quitté la boutique les mains vides, Lucie n’ayant rien trouvé non plus qui lui convienne. C’est donc un semi-échec, mais j’ai été vraiment impressionnée par le service. Les vendeuses n’ont jamais été désagréables, elles ont tout fait pour nous aider et la vendeuse en cabine avait vraiment l’air de savoir ce qu’elle faisait.
Ce qui m’énerve, c’est le nombre de tailles disponibles qui est vraiment limité. C’est extrêmement frustrant de voir autant de jolis ensembles et si peu de tailles. Quand la vendeuse me dit « il faudrait vraiment vous faire essayer du 80 » dans une boutique qui distribue des marques théoriquement disponibles en 80, je pleure un peu à l’intérieur. Comme je suis légèrement bête, je n’ai pas pensé à demander à la vendeuse s’il était possible de commander ma taille, mais je pense qu’elle me l’aurait proposé si c’était possible. Donc voilà, monsieur le patron d’Orcanta, tu devrais sérieusement songer à tirer pleinement parti des douces marques qui te fournissent. Si tu le faisais, je m’approvisionnerais sûrement chez toi, et tu gagnerais beaucoup beaucoup de sous.
En attendant, pour les personnes qui ont la chance de porter une taille incluse dans leur stock, je ne peux que recommander Orcanta. Le service est particulièrement important quand il est question de lingerie et celui de leur boutique m’a agréablement surprise.

(PS : Ai-je mentionné que ma douce Lucie était journaliste chez La-Publication-Dont-Il-Ne-Faut-Pas-Lire-Les-Commentaires et qu’il lui arrivait même d’écrire des articles sur les soutiens-gorges à la bonne taille ?)

Publicités

Tagué:, , ,

5 réflexions sur “Orcanta

  1. Clementine mai 14, 2014 à 5:14 Reply

    Orcanta, j’ai essayé à deux reprises et à chaque fois j’ai été déçue. Les vendeuses n’étaient pas top et essayaient de me faire rentrer dans du 85F trop petit dans les bonnets-trop grand dans le dos (je fais du 30FF/G) malgré mes protestations. Comme ce n’était qu’au début de ma prise de conscience sur les tailles, je n’étais peut être pas très convaincante mais le quadboob et les dos et entre-bonnet flottants n’avaient pas l’air de les déranger quand je leur signalais. Ceci dit, il y avait du bonnet G chez Chantelle mais ça ne marchait pas du tout pour moi, leurs formes full-cup ne font pas bon ménage avec mes seins FoT et visuellement je ne suis pas fan.

    Sans vouloir être cynique, l’écoute et l’acceptation de ta vendeuse venaient peut-être plus de ta connaissance visible du sujet que de la sienne (J’ai souvent l’impression de devoir faire le boulot des vendeuses à leur place, j’ai même du montrer à ma locale comment je me mesurais, la malheureuse voulait me faire croire que je devais mettre du 90 voire du 95). C’est con parce qu’avec l’implantation de ses magasins, Orcanta pourrait prétendre à jouer un vrai rôle éducatif. Peut être pas aussi poussé que Bravissimo mais ils pourraient clairement faire mieux, en tout cas.

    Ce qui est rageant, c’est qu’en France, même les marques françaises sont mal distribuées.
    Chantelle, Lejaby, Secrets d’Eva et Antigel de Lise Charmel (entre autres) proposent toutes des 80 jusqu’au bonnet G (sachant que les marques françaises, particulièrement Antigel, ont tendance à tailler un peu plus grand que les marques anglaises d’après mon expérience) et parfois même jusqu’au H.
    Pourtant, en boutique ça coince. Jamais quoi que ce soit en-dessous du 85, et après le E ça devient laborieux. L’ignorance des vendeuses/propriétaires de boutique y est sans doute pour beaucoup mais je trouve quand même ça dommage.
    Les soutifs de chez Antigel, par exemple, sont très confortables et jolis. Bon je suis peut être un peu hors jeu avec mon 80H/I mais si je pouvais essayer en boutique ou en commandant sur un site avec retours gratuits, je choperais un 80G pour voir. Evidemment, les tailles « chelou » ne sont disponibles que sur un site (touteslespoitrines) qui fait payer les retours et à plus de 60€ le soutif, faut pas pousser Mémé dans les orties 😡

    Non mais sérieusement, je suis fatiguée de ces vendeuses ignares qui exercent leur métier depuis parfois plusieurs décennies et qui en savent moins que moi qui lit juste des blogs depuis même pas un an.

    Désolée pour le pavé, dès qu’il s’agit de soutif, ça finit toujours comme ça avec moi -_-‘

    • Camille mai 14, 2014 à 5:47 Reply

      Merci pour ton commentaire !

      En l’occurrence, je crois que j’ai vraiment eu de la chance avec la vendeuse que j’ai eue chez Orcanta. Déjà, l’autre vendeuse qui s’est occupée de moi en entrant dans la boutique avait l’air beaucoup plus perplexe, moins ouverte et beaucoup plus paniquée que celle que j’ai eue en cabine, même si elle est restée serviable et ne m’a pas envoyé bouler. J’ai bien vu qu’il y en avait une que ma taille ne choquait pas du tout et une autre qui avait moins l’habitude. Donc c’est vrai que ce n’était pas le service de chez Orcanta qui était vraiment compétent, juste le service de cette vendeuse en particulier. Mais même si elle s’y connaissait moins, l’autre vendeuse a vraiment été cordiale et a quand même essayé de m’aider plutôt que de rendre mon expérience misérable et de nier ce que je lui disais, comme c’est le cas à chaque fois que je vais chez Darjeeling près de chez moi. Et franchement, c’est déjà pas si mal.

      Je suis tout à fait d’accord pour les marques françaises dont les tailles sont mal distribuées, ça me frustre comme pas possible. Pour moi qui fais du 75 c’est malheureusement perdu d’avance, mais il existe des marques qui font des bonnets profonds (et qui sont en plus vraiment jolies) mais on ne les trouve jamais qu’en A-D (ou E, quand c’est la fête). Je rêve aussi de l’arrivée de Bravissimo en France ou d’un équivalent, pourquoi par Orcanta, en effet.
      Le problème c’est que ce rôle éducatif c’est Etam qui le joue et ça me met hors de moi car c’est la chaîne qui a le choix de tailles le plus réduit qui se targue de pouvoir mesurer et habiller toutes les femmes. Je n’oublierai jamais le regard de la vendeuse Etam, qui clairement n’y connaissait rien, quand elle m’a annoncé toute souriante que je faisais du 85C (j’ai fini par en enfiler un, j’avais les tétons dehors tellement c’était trop petit). Etam s’est engouffré dans le créneau du « 80% des femmes portent la mauvaise taille » et continue l’éducation à l’envers. C’est idiot parce qu’Etam est une grosse machine, s’il y a bien une marque qui a les moyens de stocker une gamme plus étendue de tailles c’est sûrement eux, mais ils préfèrent continuer de foutre les gens dans des tailles absurdes en offrant des formations minimales et minables à leur personnel. J’ai rien contre le fait de stocker peu de tailles, je comprends que ce soit difficile de mettre à disposition beaucoup de tailles, mais se targuer d’avoir la taille parfaite pour chacune quand on a trois modèles en E et rien au-delà, ça me rend fou de rage. On est le pays de la lingerie mais pour l’instant la France n’a à offrir que des jolies choses qui ne vont à personne.

      • Clementine mai 18, 2014 à 12:08

        Le truc, c’est que c’est pas qu’une affaire de stock. Pour proposer plus de tailles, il faut passer par l’étape des patronages et des gradations, et ça demande beaucoup de travail, de temps et de coût. De plus, les grandes tailles sont beaucoup plus techniques à faire que les bonnets A-B-C. Sur un 85H, le moindre défaut va se voir, tout doit être calculé au millimètre près, alors qu’un 90B est beaucoup moins contraignant. Les marques n’ont donc « aucun » intérêt (économique, en tous cas) à le faire et à mieux éduquer les clientes, puisqu’elles dépensent beaucoup moins en faisant rentrer le maximum de monde dans leur choix de taille minimaliste.

        J’aimerais aussi beaucoup que Bravissimo s’implante en France, mais pour avoir parlé avec quelques vendeuses, ils projettent plutôt de bien s’ancrer en Angleterre avant de songer à s’exporter. Le marché français est un peu problématique parce qu’il me semble que pour tenir face à la concurrence, il faudrait qu’ils revoient totalement leur image et qu’ils investissent beaucoup plus sur l’esthétique. Difficile avec l’offre grands bonnets actuelle, même s’il y a des progrès certains niveau style, à mon sens cela reste largement insuffisant (Finalement, ce sont les Polonais qui tirent le mieux leur épingle du jeu). Mon boulot de rêve, ça serait de participer à cette implantation mais pour le moment cela reste un fantasme… Peut-être qu’un jour on aura des jolies choses qui iront à tout le monde?

      • Camille mai 18, 2014 à 2:34

        L’histoire des gradations c’est quand même une bonne excuse. Je me rappelle d’une marque qui était venue sur r/ABraThatFits la fleur au fusil en disant « salut les amis, on est une nouvelle marque sur le point de se lancer, qu’est-ce que vous aimeriez voir chez une marque de lingerie haut de gamme ? ». Toutes les réponses se résumaient plus ou moins à « qu’il y ait du choix dans ma taille, ce serait déjà pas mal ». Sauf que, erreur fatale, la marque a annoncé qu’ils se limitaient au 32-38 A-D parce que sur des bonnets plus grands, oulàlà, ça devient trop compliqué de concevoir les modèles. Cet argument est valable pour les gros bonnets, mais tous les DD+ ne sont pas forcément gros et n’ont pas besoin d’une conception totalement différente. Fabriquer du 38D sans problème puis dire que c’est trop difficile de concevoir un 30F parce que c’est totalement différent, pour moi c’est se foutre de la gueule du monde.

        J’ai davantage de respect pour une marque comme Made In Preston, qui a vraiment fait l’effort de proposer une large gamme de tailles. Ils se sont totalement vautrés justement à cause de soucis de gradation (il faut voir les photos de filles qui portent du 26H de chez MIP, c’est du grand n’importe quoi) mais ils ont appris de leurs erreurs et ont repensé leurs constructions quand ils ont vu que ça ne marchait sur personne. Ils ont admis qu’ils avaient merdé, se sont excusés et ont promis de faire mieux. Et ils ont raison de procéder comme ça, parce que quand on porte des tailles « difficiles » on est prêts à essuyer les plâtres et à donner leur chance aux produits.

        Bravissimo en France c’est un doux rêve, en effet. C’est vrai qu’ils n’ont pas tant de boutiques que ça au Royaume-Uni, si on regarde bien, donc c’est normal qu’ils se concentrent dessus avant tout. Mais une unique boutique Bravissimo dans Paris pour commencer, avec l’image de la marque telle quelle, je pense que ça marcherait quand même. Je ne sais pas combien de fois j’ai rêvé la nuit que j’avais ma propre boutique de lingerie, il y aurait vraiment un truc bien à faire.

  2. madmonkey octobre 2, 2014 à 9:21 Reply

    Bonjour !
    Grâce à ce blog, je me suis rendue compte que mon 90C que j’achetais d’habitude (et dans lequel je débordais allégrement…) devrait être un 85F. Forte de cette réalisation, je file chez Orcanta pour essayer des soutien-gorge dans cette taille.
    Quand j’ai annoncé ma taille, les vendeuses, très gentilles au demeurant, ont eu l’air un peu perplexes et m’ont demandé si j’étais bien sûre de moi. J’ai « menti » (pas grand chose 🙂 ) en disant qu’une spécialiste dans un magasin de lingerie m’avait mesurée, car je n’avais pas envie qu’on reprenne mes mesures si je disais que je l’avais fait seule. Elles m’ont quand même fait essayé un 85D, puis un E, avant de m’apporter du 85F. Ensuite, on m’a apporté au moins 7 ou 8 modèles différents corrrespondant à mes goûts et mon budget, j’ai été très agréablement surprise par le choix proposé ! En revanche, il y avait beaucoup de clientes en même temps que moi donc je n’ai pas été conseillée du tout au niveau forme/ réglage des bretelles etc…
    Pour résumer, je suis quand même très contente du temps passé là-bas car j’ai eu beaucoup de choix, ne me suis pas sentie « jugée » sur le fait d’avoir si longtemps méconnu ma taille (on en a au contraire beaucoup plaisanté gentiment) et je suis repartie avec deux soutien-gorges en promotion ! Je pense clairement que quand j’aurai le budget, j’y retournerai !
    Merci pour ce blog !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :