Archives Mensuelles: janvier 2014

Étape 5 : La projection

À partir de maintenant il va falloir s’accrocher, les amis, car on commence une série d’articles dont le but est de déterminer la forme de vos seins.
La forme est extrêmement importante dans le choix des soutiens-gorges, autant que la taille. Mais la forme est plus difficile à identifier que la taille. Il y a plusieurs facteurs à prendre en compte quand on essaie d’apprendre à connaître la forme de ses seins, et tous sont chiants à comprendre comme à expliquer. On va bien s’amuser !

Qu’est-ce donc que la projection ?

La projection est un spectre qui va de « very shallow » (très peu profond, pourrait-on dire) à « very projected » (avec beaucoup de projection). Il permet d’identifier la façon dont est réparti le tissu mammaire.
Quelqu’un qui a beaucoup de projection a le tissu des seins qui part clairement vers l’avant et est très peu réparti sur la hauteur du sein.
Quelqu’un qui a les seins peu profonds, à l’inverse, a du tissu mammaire qui peut monter assez haut, parfois jusqu’à la clavicule, mais sa poitrine est moins projetée vers l’avant.
À des degrés de projection différents, une même taille de soutien-gorge peut prendre des apparences très diverses. Sur ce recueil de photos, arrangé par les doux membres de /r/ABraThatFits, on peut voir à quoi ressemblent des poitrines aux tailles très voisines mais aux projections différentes. On voit bien que, même à taille équivalente, tous les soutiens-gorges ne peuvent pas fonctionner, d’où l’importance de bien connaître sa forme. La manière la plus simple est de connaître les symptômes qui indiquent des seins avec peu de projection. Si vous vous reconnaissez dans ces symptômes, alors vous avez une poitrine peu profonde, si vous ne vous y reconnaissez pas du tout, alors vous avez sûrement davantage de projection. Ensuite, c’est en essayant plusieurs modèles de soutiens-gorges qu’on peut réussir à se placer plus précisément sur le spectre et savoir ce que l’on doit chercher chez un soutien-gorge.

Les seins avec peu de projection

Les seins peu profonds (en bleu) par rapport aux autres seins (en rose)

Il est difficile d’identifier sur le papier une forme de seins spécifique. Mais pour les seins peu profonds, il existe une liste de symptômes qui, la plupart du temps, ne trompent pas.

Comme ont le voit sur ce schéma, les personnes ayant ce type de seins ont du tissu mammaire réparti sur toute la hauteur du buste jusqu’à la clavicule, plutôt que d’être concentré en un seul endroit.
Les seins avec peu de projection sont très fréquents chez les poitrines plutôt petites, entre le 75 et le 85, entre le A et le F. Cela dit, on peut très bien avoir une forte poitrine et une faible projection, même si c’est un peu moins récurrent. C’est aussi une forme qu’on retrouve très fréquemment chez les personnes trans*.
Vous avez peut-être des seins peu profonds si le guide a tendance à largement surestimer votre taille. Et je ne parle pas du moment d’incrédulité et de « ohlàlà non, mes seins ne sont pas si gros, je ne peux pas faire un bonnet aussi important », ça c’est pareil pour tout le monde. Je parle de soutiens-gorges qui, sur le papier, devaient être à votre taille mais se sont avérés bien trop grands après essayage.
Il peut aussi y avoir, pour les seins peu projetés, un effet un peu inverse et une tendance générale à sous-estimer votre taille de bonnet. Pour faire simple, vos seins peuvent avoir l’air plus petits qu’ils ne le sont si le volume est réparti sur le haut de votre buste plutôt que vers l’avant. Si vous avez des seins plutôt en forme de goutte d’eau que ronds ou sphériques, c’est probablement votre cas. Et les vendeuses de lingerie essaieront sûrement de vous caser dans des bonnets sérieusement trop petits pour vous, alors armez-vous de votre plus grande force mentale pour les affronter.

Un autre effet très fréquent chez les seins peu profonds est ce que l’on appelle « l’orange dans un verre« . On utilise cette métaphore pour parler des tentatives malheureuses de faire rentrer un objet d’une certaine forme dans un récipient d’une forme totalement différente. L’orange et le verre peuvent faire exactement le même volume, l’orange ne remplira jamais correctement le verre car il existera toujours une incompatibilité de forme qui n’a rien à voir avec la taille. Un soutien-gorge vous coupe le haut du sein comme s’il était trop petit, mais vous peinez malgré tout à remplir le bonnet en lui-même ? Orange dans un verre. Vous avez acheté un soutien-gorge dans votre taille idéale que vous portez tout le temps d’habitude, mais le haut du bonnet bâille ? Probablement orange dans un verre.

Sein en détresse (allégorie)

L’effet orange dans un verre peut parfois faire croire à tort qu’un soutien-gorge est trop grand. Si le bonnet bâille, c’est bien qu’il est trop grand, non ? Erreur. Regardez-moi cette orange qui ne parvient pas à remplir ce verre. Est-ce que l’orange est trop petite pour le verre ? Non, c’est juste qu’on essaie de la faire rentrer dans un récipient inadapté. Le soutien-gorge qui bâille n’est donc pas forcément trop grand, il est peut-être même trop petit. C’est particulièrement vrai pour les seins qui, en plus d’avoir peu de projection, ont une racine large (on en parlera dans un article ultérieur, ne paniquez pas).
Pour certains soutiens-gorges, prendre une taille en-dessous de sa taille habituelle permet de régler le problème. Le Freya Deco, par exemple, est connu pour ça et énormément de femmes le portent une voire deux tailles de bonnet en-dessous de leur taille habituelle, sinon elles ne remplissent pas le haut du bonnet.
Pour certains modèles, la forme du soutien-gorge est tout bonnement incompatible avec cette forme de seins et il faut y renoncer. Par exemple, dans le cas de cette personne qui porte un soutien-gorge à la fois trop petit et trop grand, avec à la fois du quadboob et du tissu en trop, je pense qu’augmenter ou baisser d’une taille de bonnet ne résoudrait rien. Le monde des seins est aussi fait de déceptions.

Quels soutiens-gorges choisir quand on a les seins peu profonds

Si vous vous reconnaissez dans les symptômes que je viens d’énoncer, alors il faut bien faire attention aux soutiens-gorges que vous achetez. Si vous allez en boutique, il suffit d’essayer pour voir si un modèle convient à votre forme ou pas, mais quand on commande sur internet c’est tout de suite plus compliqué.

Les soutiens-gorges qui marchent bien pour les seins peu profonds sont généralement ceux avec des coutures verticales.

Eyelet lace demi de chez Betsey Johnson

On voit particulièrement bien les coutures verticales sur celui-ci. Je n’ai pas ce soutien-gorge dans ma collection, mais je pense qu’il représente bien tout ce que les seins peu profonds attendent de la vie.

Beaucoup de soutiens-gorges aux bonnets rigides font faire de l’orange dans un verre aux seins peu profonds, mais certains peuvent aussi très bien leur convenir.

Didi de chez All Undone

Didi de chez All Undone

Contrairement à beaucoup de soutiens-gorges de ce type, le bonnet de celui-là n’est pas en une seule pièce, il y a bien une couture verticale au milieu du bonnet, même si elle est moins évidente à voir. Je possède ce soutien-gorge et je l’aime d’amour, mais il n’est pas parfait pour moi car il manque de projection. Il conviendrait parfaitement à quelqu’un qui a les seins très peu profonds, de même que tous les soutiens-gorges de chez All Undone, qui sont tous une variation du même modèle.

À part les coutures, vous pouvez aussi regarder le bord haut du bonnet. S’il est aussi horizontal que possible et non vertical, il y a des chances qu’il soit adapté aux seins peu profonds. C’est le cas de la plupart des soutiens-gorges dits corbeille.
Vérifiez aussi que le bord du bonnet soit bien ouvert. Si le tissu se replie un peu vers l’intérieur en haut du bonnet, il vous coupera probablement le sein.

Si vous pensez avoir des seins peu profonds et que vous voulez en savoir plus, je vous recommande ces deux articles du blog Venusian Glow :

  • Cet article présente différents exemples de seins de ce type, histoire de voir à quoi ça ressemble vraiment dans la vraie vie. L’article est en anglais, mais c’est suffisamment visuel pour être utile à tout le monde.
  • Cet article parle aussi des seins peu profonds et comporte une liste de soutiens-gorges qui marchent généralement bien pour cette forme.

J’ai plutôt l’impression que mes seins ont beaucoup de projection, au secours, que dois-je faire ?

Pour les seins à projection moyenne, c’est plutôt facile car la plupart des soutiens-gorges vont vous convenir. Cependant, si vous constatez souvent que les baleines de vos soutiens-gorges, plutôt que de rester à leur place juste sous les seins, ont tendance à descendre toutes seules, alors ils n’ont pas assez de projection pour vous. Et là, malheureusement, il n’y a pas de recette miracle.
La première chose à faire, déjà, est de prendre les conseils pour les seins peu profonds et de faire exactement l’inverse. Ensuite, le mieux est de se fier à l’expérience des autres et de se renseigner avant d’acheter. Certains modèles sont connus pour être appréciés par les femmes ayant beaucoup de projection, alors autant commencer par là.

Le Meg de chez Cleo, que j’aime bien dans cette couleur parce qu’il a des petits oiseaux et des petites fleurs et que c’est mignon et tout.

J’entends souvent des femmes ayant beaucoup de projection recommander le Meg de chez Cleo. L’avantage de ce modèle, c’est que Cleo l’a décliné en plein d’autres soutiens-gorges à la coupe similaire. Donc si le Meg marche pour vous, vous pouvez sans crainte tenter aussi le Marcie, le Lily, le George, le Melissa, le Lana, le Zia, l’Ellis, l’Eleanor, le Bella, le Millie, le Chloe, le Natasha et le Lizzie.

Sinon, il faut savoir que la terre promise des seins très projetés, c’est la Pologne. Je ne sais pas exactement pourquoi, mais les fabricants polonais sont connus pour leurs soutiens-gorges offrant beaucoup de projection et des baleines étroites. Ewa Michalak et Comexim, en particulier, sont réputés pour ça. Pour ma part, la seule marque polonaise que j’ai testée est Avocado. J’ai adoré leurs modèles et j’ai trouvé qu’ils offraient effectivement une projection assez importante, mais Ewa Michalak et Comexim ont vraiment une réputation de rois de la projection (sans compter que leurs articles sont moins chers). Le problème c’est que la Pologne utilise les tailles européennes, qui sont différentes des tailles anglaises et françaises, sans compter que chaque marque a ses particularités. Passer commande chez eux donc un peu risqué.

J’ai l’impression que mes seins ne sont ni projetés ni peu profonds, est-ce que mon corps existe ? Mes seins ne sont-ils qu’une illusion ?

Comme je l’ai dit en début d’article, la projection est un spectre. On peut donc être tout à fait projeté ou pas du tout projeté, mais on peut aussi se situer plutôt vers le milieu du spectre. Pour ma part, j’ai pas mal peiné à comprendre la forme de mes seins avant de réaliser que je n’étais ni l’un ni l’autre, mais surtout un peu des deux.

Quelques exemples de formes de seins, de bien beaux schémas offerts pour vous par les copains de /r/ABraThatFits

Parmi ces exemples, les formes V et W ont une forte projection et les formes U et X une projection faible. Chacune de ces formes a aussi des racines faciles à identifier, très étroites ou très larges. Pour ma part, je me reconnais plus dans la forme Y : j’ai de la projection mais aussi pas mal de tissu qui remonte quasiment jusqu’à la clavicule, j’ai les racines assez étroites mais pas hyper étroites non plus. Il existe aussi la forme Z, dite « Oméga », qui demande encore un traitement différent et pour laquelle j’avoue n’avoir aucune expertise (oui non parce qu’en fait « Expert moelleux » c’était déjà mon pseudo avant d’ouvrir ce blog alors en vrai je suis même pas un expert, je suis juste quelqu’un qui se documente au fur et à mesure et qui essaie d’aider les seins sans trop dire de conneries, d’ailleurs j’ai même pas de diplôme mais j’ai eu la mention bien à mon bac scientifique donc je pense que tu peux quand même me faire confiance t’as vu).

Bon, alors, du coup, on fait quoi quand on est plutôt Y, ni l’un ni l’autre, un peu des deux, cheval-cheval tigre-tigre ? Et bien on ne fait rien. En tout cas, pour ma part, je ne fais rien. L’avantage de cette forme, c’est que les soutiens-gorges ont globalement plus de chance de vous aller, vous êtes davantage à l’abri d’une catastrophique incompatibilité de forme. L’inconvénient, c’est que seule l’expérience et l’essayage de multiples modèles vous permettra de savoir ce qui vous va parfaitement. Mais franchement, on n’a pas à se plaindre dans la Team Y. À l’exception d’un unique modèle acheté chez Viksen, tous mes soutiens-gorges ont été commandés sur internet et je n’ai jamais dû en renvoyer un seul parce qu’il ne m’allait pas. Je n’irai pas jusqu’à dire que tout va aux Y, mais c’est peut-être la forme la plus facile à accommoder.

Et voilà !
C’EST TOUT POUR AUJOURD’HUI.
ÇA FAIT BEAUCOUP MAIS C’EST PAS FINI !
IL Y A PLUS DE 150 FORMES DE SEINS À RETENIR !
ALORS N’HÉSITEZ PAS À REVENIR !

(En vrai il y a rien du tout à retenir, mais c’est vrai qu’on en est loin d’avoir fini de parler de forme, restez forts et n’abandonnez pas s’il vous plaît.)

Publicités

Viksen

Dans mon billet précédent, j’ai parlé d’une boutique de lingerie dont je suis ressortie les mains vides. Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Avec mon amie Lucie, nous sommes aussi allées chez Viksen.

Si vous suivez un peu l’actualité des seins (oui, car j’ai décidé que « l’actualité des seins » était un concept valable et légitime), vous avez sûrement déjà entendu parler de Viksen. C’est une petite boutique, mais toutes celles qui y sont allées en parlent en des termes très élogieux, alors j’ai voulu tester.

Avant d’y aller, j’avais pas mal traîné sur leur site et constaté que le choix dans ma taille était assez limité, mais pas inexistant. Ceci dit, il m’est apparu assez clair que leur manque de choix en soutien-gorge taille 75 était bien plus un problème de demande qu’un choix. Sur leur blog et leur page Facebook, Viksen a mené une petite campagne appelée « La lettre ne veut rien dire sans le chiffre« . Si vous lisez un peu mon blog, ça doit sûrement vous rappeler quelque chose et vous comprendrez bien pourquoi j’ai été tentée de mourir d’amour. Le moins qu’on puisse dire, c’est que tout cela m’a donné beaucoup de préjugés positifs sur la boutique. À tel point que, avant de rentrer dans le magasin, j’avais une petite boule d’appréhension dans le ventre. Alors je ne voulais pas que mes attentes soient déçues.

La boutique Viksen, la vraie, celle où tu peux rentrer avec tes pieds, se trouve dans une petite ruelle et il serait facile de passer devant sans la remarquer. Quand nous sommes rentrées, avec Lucie, il n’y avait pas de clientes à l’intérieur, juste une vendeuse, qui nous a très bien accueillies. Elle avait l’air un peu timide, mais gentille et agréable. À nouveau, pas le genre de vendeuse super intrusive et expansive qui met mal à l’aise.

Lucie s’est fait mesurer par la vendeuse à travers ses vêtements, qui étaient assez légers. On recommande tout le temps (et par « on », je veux aussi dire « je ») de prendre ses mesures seins nus, mais dans le cas d’une boutique aussi bien fournie en tailles que Viksen, je pense qu’il est mieux de procéder ainsi, tant que la cliente ne porte pas dix couches de pulls. Quand on est seule chez soi, autant prendre la mesure la plus parfaite possible, surtout si c’est dans l’optique de commander sur internet. En revanche, ce serait sûrement gênant pour pas mal de gens de montrer ses seins nus, voire ses sous-vêtements, à une vendeuse inconnue. Au pire, si elle recommande une taille incorrecte, on a toujours la possibilité d’en essayer une autre en fonction de ce qui ne va pas et ainsi de suite jusqu’à trouver une taille adaptée. Dans mon cas, leur guide des tailles me donne la bonne taille mais, dans le pire des cas, quand on est dans une boutique avec beaucoup de tailles et une vendeuse qui sait ce qu’elle fait, ce n’est pas bien grave de tomber un peu à côté la première fois.
En l’occurrence, la taille de départ qu’elle a donné à Lucie me paraissait tout à fait cohérente et, à partir de là, il y avait plein de possibilités d’essayage.

La vendeuse connaissait bien son magasin et a été capable de bien guider Lucie en fonction du stock disponible et de ses préférences. La boutique est assez petite, mais ils ont quelques modèles vraiment jolis dans des marques comme Curvy Kate, Cleo et même Miss Mandalay. En particulier, ils avaient quelques modèles que je cherche à ma taille depuis des mois sans parvenir à mettre la main dessus (mais ils ne les avaient pas dans ma taille non plus, hélas). Lucie est partie en cabine avec un million de trucs à essayer et la vendeuse a pu s’occuper de mon cas.

Je lui ai dit que je faisais du 75G ou 75H, mais elle avait vraiment peu de choix en 75. Elle n’avait que deux possibilités : un Tutti Rouge noir et rose (mais j’aime pas le rose) et le Curvy Kate Princess en noir. Ayant déjà fait mon repérage en amont sur le site, j’étais clairement venue pour essayer le Princess. C’est un soutien-gorge noir relativement classique, mais j’avais un peu peur qu’il ne marche pas pour moi parce que la forme de seins qui convient traditionnellement aux Curvy Kate est assez éloignée de la mienne. De plus, j’ai toujours vu ce soutien-gorge porté par des mannequins à forte poitrine, alors j’avais un peu peur de ce qu’il donnerait sur moi.

J’ai essayé le Princess en 75G et ai été surprise de voir qu’il était un peu trop grand et faisait des plis au niveau des bonnets. En fait, Viksen n’utilise pas le même système de conversion des tailles britanniques que moi. Ils convertissent le tour de dos de la même façon (28 = 75, 30 = 80, 32 = 85 et ainsi de suite) mais conservent le même bonnet. Donc quand j’ai dit à la conseillère que je voulais du 75G, elle m’a donné du 28G alors que je m’attendais à du 28F. Je ne dis pas que leur méthode de conversion est mauvaise ou incorrecte, au contraire, elle a le mérite de simplifier la conversion. Et puis ça fait probablement moins peur de s’entendre dire qu’on fait un bonnet H qu’un bonnet L. De toute façon, les tailles françaises n’étant pas standardisées au-delà du bonnet D, il n’existe pas de « vraie » méthode. Alors franchement, peu importe. Sachez juste que si vous avez converti votre taille UK en utilisant mon article, ça ne conviendra pas chez Viksen. Au pire, si vous êtes perdu, vous pouvez tout à fait leur donner votre taille britannique, elles travaillent avec des marques anglaises toute la journée et comprendront très bien ce que vous recherchez.
Le seul problème de leur système de tailles, c’est que Viksen ne travaille pas trop avec les bonnets à deux lettres, comme DD ou FF, et les considère comme des tailles intermédiaires alors qu’il s’agit de tailles à part entière. Du coup, si votre F est trop petit, ils n’auront peut-être que du G à vous proposer, alors qu’un FF serait peut-être idéal. Dans le système anglais, il y a une différence deux fois plus importante entre un bonnet F et un bonnet G qu’entre un bonnet E et F ou qu’entre un bonnet C et D, d’où l’importance des double-tailles.

Quand je lui ai dit que c’était trop grand, la vendeuse m’a ramené le même modèle en 75F et ça allait très bien. Je lui ai demandé si elle avait aussi le bas à ma taille, elle l’avait, il m’allait, j’étais heureuse. Lucie a passé plus de temps en cabine car elle s’est avérée être entre deux tailles (et aussi parce qu’elle avait pas mal de choix en rayon), mais il me semble que la conseillère s’est bien occupée d’elle et elle a fini par trouver son bonheur aussi.
J’étais déjà vraiment contente d’avoir pu trouver un ensemble à ma taille, mais la vendeuse avait l’air désolée de ne rien avoir de plus à me proposer. Elle m’a expliqué que la boutique pouvait souvent s’arranger pour commander une taille manquante, mais que comme c’était la fin des collections, elle ne pourrait rien me commander avant février ou mars. Elle m’a dit qu’elle pouvait quand même regarder si elle trouvait le Princess en rouge pour moi et elle a pris mon adresse mail. Je lui ai dit que je déménageais en Suède dans quelques jours, mais apparemment il est possible de se faire livrer à l’étranger en commandant par leur site. Elle m’a aussi dit que seulement deux ou trois de ses clientes portaient du 75 et que c’est pour ça qu’elle en avait aussi peu. On a discuté vite fait, je lui ai dit que plein de femmes porteraient sûrement du 75 si elles étaient correctement mesurées et si on trouvait en magasin des 75 dans toutes les tailles de bonnets, et pas uniquement avec des imprimés infantiles faits pour des fillettes de 10 ans. Viksen essaie vraiment d’accompagner un changement de mentalité en ce qui concerne les préjugés sur les tailles des soutien-gorge et rien que pour ça j’estime qu’il faut les soutenir à fond, car les boutiques de ce genre sont des espèces rares.

Finalement, nous avons quitté Viksen avec chacune un ensemble à la bonne taille pour un prix carrément raisonnable et en ayant bénéficié d’un conseil au top.
Viksen c’est au 16 rue Saint-Sauveur à Paris, alors allez-y. ALLEZ-Y. Et si vous habitez loin, allez sur leur site et venez visiter la boutique la prochaine fois que vous passerez sur Paris. Vous ne le regretterez pas. Ne vous laissez pas intimider par l’image de lingerie grande taille que Viksen peut donner, il n’y a vraiment pas que des grandes tailles. Ils ont aussi de quoi faire si vous avez une poitrine petite à moyenne, même s’ils n’ont pas de très petites tailles, et leurs culottes vont du 36 au 56. Il faut que vous y alliez, il faut que cette boutique marche et que les femmes apprennent vraiment à ne rien porter d’autre que des soutien-gorge qui leur vont vraiment (et aussi des vêtements par-dessus, si vous insistez). Alors ouais, c’est pas original, mais comme tous ceux qui y sont allés, j’approuve cette boutique à 100%. Viksen c’est cool, Viksen c’est important, Viksen mérite tes sous.

Orcanta

Hier, avec mon amie Lucie, nous avons fait un petit périple à travers Paris dont l’objectif initial était le suivant : ACHETER DES SOUTIENS-GORGES. Nous avons débuté notre aventure en nous rendant chez Orcanta. J’avais très peu d’espoir d’y trouver ma taille mais, n’ayant jamais mis les pieds dans une de leurs boutiques, j’avais envie de tester. Et puis Lucie avait des bons de réduction, alors bon.

La boutique que nous avons visitée est celle de la rue du Commerce, à Paris. Si ça vous intéresse, Orcanta a également un site internet sur lequel je n’ai jamais commandé mais que je ne trouve pas super bien fichu.

Après un petit repérage sur leur site, j’ai vu qu’ils ne proposaient rien qui se rapproche de ma taille. En revanche, ils distribuent des marques qui fabriquent bel et bien des tailles moins conventionnelles (comme Chantelle ou Huit), même si les revendeurs ont tendance à ne pas les commander en masse.

Dès notre arrivée, nous avons eu affaire à une vendeuse (je pense que c’était la manager parce qu’elle était habillée de manière plus formelle que les autres, mais je me trompe peut-être), qui nous a aimablement indiqué sur quels modèles nos bons de réduction étaient valables. Déjà, la boutique avait énormément de modèles, dont beaucoup de vraiment très jolis. J’ai vu un sacré paquet de soutiens-gorges à mon goût rien qu’au premier coup d’œil. Notre réduction était valable sur la moitié de la boutique environ et il y avait déjà largement de quoi faire.

J’ai commencé à chercher dans les rayonnages pour voir si je trouvais quelque chose à ma taille, mais malheureusement leur choix de tailles était vraiment limité. Lucie a appelé la vendeuse pour qu’elle vienne m’aider à trouver ma taille. Toute souriante, elle me dit que bien sûr, elle peut m’aider, et me demande ma taille. Je sens un poil d’inquiétude et de suspicion dans son expression et sa voix quand je lui dis que je fais du 75G, mais pas de mépris. Elle me dit qu’ils n’ont pas de bonnets G du tout. Comme je suis pleine de bonne volonté, je lui dis que sinon, je peux tenter un 80F. Elle me dit que leur plus petite taille commence au 85 et a l’air assez soulagée quand je lui dis que je veux bien essayer le 85E.
Leur choix en 85E est très limité à l’échelle de la boutique, mais la vendeuse m’aide quand même à trouver trois modèles très jolis à essayer.

En cabine, Orcanta a une politique un peu spéciale pour éviter l’affluence : ils ne laissent les clientes essayer qu’un seul soutien-gorge afin de valider la taille puis, si la taille convient, elles peuvent devenir folles, en essayer plein et se baigner dans une piscine de soutiens-gorges si elles le souhaitent. Je trouve ça moyen pour les femmes qui sont vraiment entre deux tailles et pour lesquelles il est difficile de valider une taille plutôt qu’une autre, mais en pratique ce n’est pas si idiot que ça, ni franchement contraignant.
La vendeuse en charge du conseil en cabine a l’air très gentille, alors même si la taille trouvée en rayon n’est probablement pas la bonne, je me sens assez à l’aise au moment de l’essayage.

Et puis j’essaie un soutien-gorge plutôt chouette de chez Chantelle. Et ça ne va pas du tout.

Au niveau du bonnet, tout se passe bien. Par contre la bande est beaucoup trop grande, je nage dedans et je suis à peu près aussi bien maintenue que si je ne portais rien. En plus, même ajustées au minimum, les bretelles sont trop longues. La vendeuse me demande comment ça se passe, je lui dis qu’elle peut rentrer voir si elle le souhaite. (Ça ne me paraît pas inutile de mentionner ce détail, parce qu’on est probablement nombreuses à avoir connu la vendeuse de lingerie giga intrusive, celle qui entre dans ta cabine sans te demander ou bien ouvre ton rideau en grand alors qu’il y a quinze personnes derrière qui peuvent te mater. Ouais. Toi-même tu vois de quoi je cause.) Je lui explique que la bande est trop large et elle est d’accord. Je lui demande si je peux essayer les deux autres soutiens-gorges que j’ai pris en rayon pour voir s’ils taillent plus petit dans le dos. Elle me répond que, puisqu’ils sont tous de chez Chantelle, j’aurai sûrement le même problème avec les autres. Je n’avais pas du tout repéré que les trois soutiens-gorges étaient de la même marque, je trouve ça vraiment bien que la vendeuse y ait fait attention. Elle me propose d’essayer un 85E de chez Passionata, qui apparemment a tendance à tailler plus petit. J’accepte et elle me ramène un Passionata « au hasard », que je trouve vachement joli pour un truc pris au hasard. Je l’essaie et, effectivement, je nage un peu moins dedans mais je nage encore quand même. Je le montre à la vendeuse et on est d’accord pour dire que c’est mieux mais toujours insuffisant. Elle reste quelques secondes dans ma cabine, les sourcils froncés. Je tire un peu la bande en arrière pour lui montrer que c’est vraiment trop lâche. Elle me dit qu’il faudrait me faire essayer du 80, mais qu’ils n’ont malheureusement rien de tel en stock. Elle n’essaie pas une seconde de me faire croire que le soutien-gorge me va. Elle ne me raconte pas de conneries. Elle est vraiment cool. On discute un peu, elle me demande quelle taille je porte d’habitude et comment je fais pour trouver ma taille. Je lui dis que je porte des marques anglaises ou polonaises, elle acquiesce et dit qu’effectivement, il n’y a qu’eux qui fabriquent ce genre de taille. Elle a l’air réellement désolée de ne pas pouvoir m’aider et reste agréable jusqu’au bout.

Finalement, nous avons quitté la boutique les mains vides, Lucie n’ayant rien trouvé non plus qui lui convienne. C’est donc un semi-échec, mais j’ai été vraiment impressionnée par le service. Les vendeuses n’ont jamais été désagréables, elles ont tout fait pour nous aider et la vendeuse en cabine avait vraiment l’air de savoir ce qu’elle faisait.
Ce qui m’énerve, c’est le nombre de tailles disponibles qui est vraiment limité. C’est extrêmement frustrant de voir autant de jolis ensembles et si peu de tailles. Quand la vendeuse me dit « il faudrait vraiment vous faire essayer du 80 » dans une boutique qui distribue des marques théoriquement disponibles en 80, je pleure un peu à l’intérieur. Comme je suis légèrement bête, je n’ai pas pensé à demander à la vendeuse s’il était possible de commander ma taille, mais je pense qu’elle me l’aurait proposé si c’était possible. Donc voilà, monsieur le patron d’Orcanta, tu devrais sérieusement songer à tirer pleinement parti des douces marques qui te fournissent. Si tu le faisais, je m’approvisionnerais sûrement chez toi, et tu gagnerais beaucoup beaucoup de sous.
En attendant, pour les personnes qui ont la chance de porter une taille incluse dans leur stock, je ne peux que recommander Orcanta. Le service est particulièrement important quand il est question de lingerie et celui de leur boutique m’a agréablement surprise.

(PS : Ai-je mentionné que ma douce Lucie était journaliste chez La-Publication-Dont-Il-Ne-Faut-Pas-Lire-Les-Commentaires et qu’il lui arrivait même d’écrire des articles sur les soutiens-gorges à la bonne taille ?)

Étape 4 : Reconnaître un soutien-gorge qui ne va pas

BONNE ANNÉE TOUT LE MONDE (ノ◕ヮ◕)ノ*:・゚✧ Mon cadeau pour 2014, c’est de vous apprendre à reconnaître si un soutien-gorge vous va ou pas.

Avant de se lancer là-dedans, il faut bien sûr avoir suivi l’étape précédente, parce qu’on ne peut pas savoir si le soutien-gorge va bien s’il est mal mis, ah ça non. Dans ce billet, je vais essayer d’énumérer point par point les signes qu’un soutien-gorge convient ou non.
La difficulté, c’est que tous les symptômes que vous pourrez rencontrer n’auront pas les mêmes causes. Par exemple, il est parfois évident qu’un soutien-gorge est trop petit et que passer au bonnet au-dessus suffit à tout arranger. Mais souvent, ce n’est pas un souci de taille. Tous les seins ont une forme bien spécifique (on en recausera plus tard et franchement c’est ce qu’il y a de plus casse-couilles alors commencez votre préparation psychologique dès maintenant) et tous les soutiens-gorges ne peuvent pas leur convenir, même dans la « bonne taille ». Parfois, il suffit d’essayer plusieurs tailles dans un même modèle jusqu’à ce que ça aille mais parfois, ça ne va jamais. Parfois, vous rencontrerez le soutien-gorge de vos rêves et il sera tout bonnement incompatible avec votre poitrine. Et votre cœur sera brisé, mais il faudra vous relever du désastre avec fierté, d’accord ? Bon, au travail maintenant.

Les bretelles

La séparation des bretelles
La séparation des bretelles ne doit pas vous gêner. Parfois, elles sont si proches l’une de l’autre que ça devient inconfortable ou si éloignées qu’elles glissent sans cesse.
Les bretelles qui glissent sont souvent le signe d’un tour de dos trop large, mais parfois c’est juste la construction du soutien-gorge qui ne convient pas à votre corps.

L’ajustement des bretelles
Les bretelles doivent être ajustables de telle sorte à ce qu’elles puissent être confortables. Il arrive que les bretelles ne soient pas totalement ajustables et/ou ne puissent pas être suffisamment raccourcies. Dans ce cas, il peut être possible de les découdre, de couper un peu de longueur puis de les recoudre en place. Quand les bretelles sont trop courtes même réglées au maximum, c’est un peu plus compliqué et il faudra sûrement renoncer à ce modèle. Si les bretelles glissent tout le temps, même quand elles sont bien serrées, c’est généralement le signe d’un tour de dos trop grand.

Le confort des bretelles sur les épaules
Les bretelles ne sont pas censées s’enfoncer dans les épaules, encore moins au point de faire mal. Avoir des indentations au niveau des épaules est mauvais signe, c’est probablement que le tour de bandeau est trop important et que les bretelles se farcissent tout le travail. Même chose si les bretelles vous laissent des marques. Ces marques sont normales au niveau du bandeau ou des baleines, mais vous ne devriez en aucun cas en avoir au niveau des bretelles.

La bande

Attention, ça devient super important. La bande dans votre dos ne va pas si vous vous trouvez dans une des situations suivantes :

  1. La bande est tellement courte que vous ne pouvez même pas la fermer.
  2. Vous pouvez attacher le bandeau, mais vous avez quand même l’impression d’être sur le point de mourir étouffée et vous avez mal. Dans ce cas, ça veut dire que la bande est trop courte ou que le bonnet est si petit qu’il donne l’illusion que la bande est trop serrée.
    L’astuce pour savoir si le bandeau est vraiment trop petit ou si c’est juste le bonnet qui tente de vous plonger dans la confusion, c’est de mettre le soutien-gorge à l’envers, avec les bonnets dans le dos. Si la bande vous paraît confortable, alors c’est la faute du bonnet. Si c’est toujours trop serré comme ça, alors il faut monter au tour de dos supérieur. Évidemment, cette vérification complémentaire n’est pas possible si vous avez une seconde paire de seins dans le dos.
  3. L’arrière du soutien-gorge n’est pas au même niveau que l’avant et remonte dans le dos.
    Ça, ça veut dire que la bande, trop grande, ne sert à rien et laisse les bretelles faire tout le boulot. En voyant ça, la plupart des vendeuses de lingerie essaient d’ajuster les bretelles ou de resserrer le soutien-gorge aux crochets inférieurs. Ne les écoutez pas. Si un soutien-gorge neuf remonte lorsqu’il est au dernier rang de crochets, d’ici un mois il remontera tout autant, même resserré au premier rang de crochets. Il ne vous offrira jamais assez de maintien. Un soutien-gorge neuf doit être parfait aux derniers crochets, les réglages plus serrés ne servent qu’à allonger la durée de vie du soutien-gorge, quand les matériaux élastiques seront devenus plus lâches.
  4. La bande est si lâche que c’est ridicule, ambiance deux enfants en bas âge dans la culotte géante de la tante Marthe. Bon, là, vraiment, c’est non.

Cette bande n’a rien à faire là. Je vais me fâcher.

Normalement, un bandeau heureux est un bandeau qui maintient fermement mais sans faire mal. On est censé le reconnaître car on peut l’éloigner de son dos d’environ cinq centimètres (soit la largeur de deux ou trois doigts) en tirant dessus, pas plus.
(Attention, cette technique est valable pour la plupart des femmes mais elle n’a jamais marché pour moi. Quand je tire la bande de mon soutien-gorge en arrière, je pourrais y mettre tous mes doigts, mes deux pieds et même toute ma famille tellement c’est élastique. Pourtant, mes soutien-gorge sont vraiment bien ajustés et un bandeau plus petit me ferait sûrement très mal. L’important c’est le maintien, le coup des cinq centimètres en arrière n’est qu’un indicateur auquel il ne faut pas non plus accorder trop d’importance.)

Le bonnet

Le haut du bonnet

Il faut qu’il y ait une ligne lisse en haut du bonnet. Et par là je veux dire qu’il ne faut pas que le haut du bonnet rentre dans vos seins et provoque un effet quadboob.

J’ai choisi cet exemple particulièrement saisissant de quadboob à des fins pédagogiques.

Il ne faut pas non plus qu’il y ait des des plis ou carrément que le haut du bonnet ne parvienne pas à rentrer en contact avec votre peau. Ceci dit, si le bonnet bâille un peu quand vous vous penchez en avant alors qu’il est parfaitement à sa place quand vous êtes debout, rien de grave.

Bonnets trop grands, chagrin chagrinant.

Les problèmes du haut du bonnet peuvent être un problème de taille comme un problème de forme, ça dépend totalement du modèle de soutien-gorge.

Le bas du bonnet

Comme avec le haut du bonnet, il ne devrait pas y avoir de petits plis dans le tissu et vous ne devriez pas non plus nager dedans. S’il y a vraiment très peu de plis, alors serrer un peu les bretelles peut suffire. Vous rencontrerez souvent ce problème si vos seins ne font pas la même taille. On s’arrange comme on peut.

L’entre seins

Cette partie concerne l’élément qui se trouve entre les deux bonnets.

Cette partie-là, là. (Pour info, ce soutien-gorge est un Cleo Lucy, un classique vraiment très chouette)

Cette partie-là, là. (Pour info, ce soutien-gorge est un Cleo Lucy, un classique vraiment très chouette, même si celui-ci est un peu trop petit pour le mannequin selon mes critères.)

Le placement de l’entre seins
Il doit être bien à plat contre le sternum. Systématiquement. Ne dépensez pas vos sous s’il ne repose pas correctement sur le sternum. J’insiste. La seule exception est pour les gens qui ont un
pectus excavatum, ou des seins vraiment très, très rapprochés. Si l’entre seins ne touche pas le sternum, c’est que le bonnet est probablement trop petit. Vous méritez mieux qu’un bonnet trop petit.

La séparation entre les bonnets
Si les bonnets sont trop rapprochés pour vos seins, vous aurez de l’espace libre ou des plis vers l’intérieur du bonnet. S’ils sont trop éloignés l’un de l’autre pour vos seins, les baleines risquent de s’appuyer sur votre tissu mammaire. Pas cool.

Le confort
L’entre seins doit être confortable. Les baleines ne doivent pas vous rentrer dans le sternum. Si jamais le soutien-gorge vous va à la perfection mais a juste les baleines un peu agressives, vous avez la possibilité de les plier afin qu’elles se recourbent légèrement vers l’extérieur. Si vous choisissez de faire ça, allez-y doucement. Et si le problème persiste même après avoir courbé les baleines, alors c’est qu’il n’y a rien à faire.

La longueur des baleines

Les problèmes dus à la longueur des baleines sont de ceux contre lesquels on ne peut pas grand chose. Certaines poitrines ont besoin de baleines qui montent plus haut sous le bras, sinon une partie du tissu s’échappe hors du bonnet. D’autres ne tolèrent que les baleines plus courtes, sinon elles rentrent dans la peau sous l’aisselle et provoquent des douleurs et des bleus. Si jamais vous rencontrez l’un ou l’autre de ces problèmes, il est quasi certain que le problème vient de la forme du soutien-gorge et non de sa taille.

La largeur du bonnet

Le bonnet doit englober confortablement tout le tissu mammaire sur les côtés. S’il y a du vide dans le bonnet sur les côtés, c’est qu’il est trop large. Si l’extérieur du bonnet coupe dans le tissu mammaire, c’est qu’il est trop étroit.
La largeur ou l’étroitesse du bonnet ne dépendent pas de la taille. Certaines marques sont connues pour avoir des bonnets plus larges ou plus étroits. Les soutien-gorge polonais, par exemple, sont réputés pour leurs bonnets très étroits, ce qui ne change rien au volume qu’ils sont capables de contenir. On en reparlera dans un article ultérieur sur la forme des seins. Bon, cependant, un bonnet peut être à la fois trop étroit et trop petit (il suffit de regarder n’importe quel catalogue Etam pour s’en convaincre) ou trop large et trop grand. Mais si vous vous êtes bien mesurée vous-même, alors le problème vient sûrement du modèle et non de la taille.
Ce qu’il faut retenir, c’est que les baleines ne doivent surtout pas s’appuyer sur le tissu mammaire, que ce soit sur le bas du bonnet ou sur les côtés.
Les baleines ne doivent pas non plus s’appuyer trop bas en-dessous du sein. Idéalement, elles doivent se poser juste dans le pli infra-mammaire. Si le bonnet est trop bas, les seins sont mal maintenus et vous risquez d’avoir mal. Si votre soutien-gorge persiste à laisser un espace libre dans le bas du bonnet, c’est probablement un problème de forme.

Les marques laissées par le soutien-gorge

Quand on abandonne ses soutien-gorge trop lâches qui soutiennent que dalle au profit d’un soutien-gorge à la bonne taille, on peut être surpris que celui-ci laisse des marques rouges après quelques heures. Ces marques sont parfaitement normales. Elles sont même plutôt utiles pour vérifier si oui ou non on porte son soutien-gorge au bon endroit ou si un soutien-gorge est trop étroit ou trop large. Par exemple, si on observe des marques au niveau du tissu mammaire, c’est sûrement que le soutien-gorge est trop étroit, ou bien qu’il a été mal mis. Comme je l’ai dit plus tôt, la seule exception à cette règle sont les marques laissées par les bretelles.
Attention, ces marques sont normales à condition d’être indolores. Un soutien-gorge n’est pas là pour vous faire souffrir. Certaines femmes peuvent ressentir un inconfort au début tant elles ont pris l’habitude des soutien-gorge si lâches qu’ils touchent à peine leur peau. Elles ont juste besoin d’un petit temps d’adaptation. Mais si ça devient douloureux, inutile d’insister. De toutes façons, en vous faisant confiance vous verrez clairement la différence entre des marques roses indolores qui s’effacent quelques minutes après avoir ôté le soutien-gorge et des marques rouges persistantes qui font vraiment mal. Le but essentiel d’un soutien-gorge c’est que vous vous sentiez à l’aise dedans, c’est ce qui devrait toujours primer.

Tout n’a pas besoin d’être parfait pour qu’un soutien-gorge soit satisfaisant. Il y a une différence entre un soutien-gorge qui vous va bien et un soutien-gorge qui vous va à la perfection. Il faut savoir trouver l’équilibre entre être exigeant et enculer les mouches. Il y a des signes que le soutien-gorge ne va pas du tout, comme le bandeau qui remonte, qui est un NON NON NON ferme et inconditionnel. Par contre, si un soutien-gorge est parfait à l’exception d’un microbâillement en haut du bonnet droit, ça vaut sûrement la peine de faire abstraction de ce détail. À vous de voir.