Archives Mensuelles: décembre 2013

The Bra Band Project

Je voudrais faire un petit article rapide pour présenter un site super utile : The Bra Band Project.

Le but de ce site est de montrer à quoi ressemblent les soutien-gorge à la bonne taille dans la vraie vie. Il est particulièrement utile quand on vient de se mesurer pour la première fois et qu’on a du mal à croire en sa nouvelle taille.
Avec les photos fournies sur The Bra Band Project, on peut avoir la preuve en images qu’un bonnet E n’est pas forcément énorme ou qu’il n’y a pas besoin d’être rachitique pour porter un tour de dos de 70. Le site permet d’effectuer une recherche par tour de dos, par bonnet, par âge et par marque.

Par exemple, mettons que vos mesures indiquent que vous faites un bonnet J, soit un bonnet G en taille britannique. Plutôt que de paniquer en fronçant les sourcils et de se dire que c’est impossible, que c’est trop gigantesque ah ça non je ne puis y croire, on peut aller sur The Bra Band Project pour voir à quoi ressemble réellement un bonnet G UK/J FR. Et on en ressort vachement rassuré.

Petit florilège de bonnets G UK. Pas de quoi fouetter un chat.

Petit florilège de bonnets G UK. Pas de quoi fouetter un chat.

Le site utilise les tailles britanniques, donc au cas où vous auriez besoin de convertir votre taille française je vous rappelle l’existence de ce tableau.

Ce site est vraiment un super projet et un outil très important aussi bien pour les débutants que pour ceux qui ont à cœur de détruire les préjugés sur les tailles de soutien-gorge. Malheureusement, certaines tailles y figurent peu ou pas du tout. Alors si vous avez réussi à trouver une taille qui vous convient et que mettre des photos de vous sur internet ne vous met pas mal à l’aise, n’hésitez pas à contribuer au Bra Band Project, surtout si vous portez une taille sous-réprésentée. Votre visage n’apparaîtra pas sur le site et vous pouvez même poser habillée.

À défaut, vous pouvez toujours envoyer le site à la tronche de tous les esprits chagrins qui refusent de vous croire quand ils apprennent votre taille de soutien-gorge.

Publicités

Étape 3 : Comment bien mettre son soutien-gorge

COUCOU LES COPAINS ! Aujourd’hui, on va parler d’un truc qui peut potentiellement vous changer la vie. Ou peut-être pas. Pour moi ça a changé beaucoup de choses alors je me dis que, même si ça a l’air évident et débile, autant en parler et ça aidera peut-être quelques débutantes et autres brebis égarées.

On va parler de la bonne façon de mettre son soutien-gorge. Ça semble plutôt simple, non ? Il suffit d’enfiler son soutif par les bretelles, hop hop, on attache dans le dos et roule ma poule, fastoche, boum boum shlack shlack bim bim badaboum ! Et bien non. Non non non. Non car non.
Quand on fait ça, on pose le soutien-gorge sur les seins, on ne l’enfile pas vraiment. Ça n’apporte pas de réel maintien, ça fait migrer les tissus comme jamais et ça fait passer pour corrects des soutien-gorge en réalité beaucoup trop petits.

Pour mettre son soutien-gorge correctement, il faut employer une méthode qu’on appelle le Scoop and swoop. Je ne suis pas vraiment amatrice des anglicismes à la con, mais là je ne vois vraiment pas comment je pourrais le traduire. Le choper-déplacer ? L’attraper-bouger ? Le couper-décaler ? Me voyant dans l’incapacité de décider, je préfère garder Scoop and swoop. On dit même S&S des fois, c’est super stylé.

Comment procéder (aussi appelé « Penche-toi et effectue le boogie »)

1. On enfile le soutien-gorge. La plupart des gens considèrent que le mieux est de l’enfiler par les bretelles et de l’attacher dans le dos. Mais franchement, si vous préférez, vous pouvez l’attacher à l’envers par l’avant et ensuite le faire glisser pour le remettre à l’endroit, ça n’a pas tellement d’importance.

2. Il faut se pencher en avant et avoir l’air bête. Encore. Chaque matin. Mais ça ne dure que quelques secondes et ça change tout, vraiment. Une fois que vous êtes penchée en avant, il faut rassembler tout le tissu du sein dans le soutien-gorge. En général, ça consiste à mettre sa main dans le bonnet sur le côté extérieur et toooouuuut ramener vers l’intérieur et vers le haut. Avec l’autre main, il faut tirer le bonnet vers l’extérieur de telle sorte qu’il englobe bien le sein et que les baleines ne viennent pas se poser sur le tissu mammaire.
Selon la forme de vos seins, votre morphologie et la quantité de tissu migré, le rituel du scoop and swoop ne sera pas forcément le même. Par exemple, vous avez un peu de tissu qui a migré dans le pli de l’aisselle ? Mettez-le dans le bonnet. Mettez tout, c’est là pour ça.

3. On se redresse et on ajuste. Le soutien-gorge doit être confortable et les baleines doivent se poser pile dans le pli sous le sein, pas trop bas ni trop haut. La manière d’arriver à ce résultat, en revanche, dépend totalement de vous. Vous pouvez secouer frénétiquement votre poitrine jusqu’à ce que tout soit bien en place, pousser le bonnet vers le haut, choper l’entre-bonnet et l’agiter de gauche à droite, tout ce que vous voulez, tant que ça vous convient. Ce sont vos propres seins, c’est votre propre fête.

4. Si les bretelles sont trop longues et glissent, il faut les raccourcir, si elles sont trop courtes, il faut les rallonger. Plutôt facile.
Si les bretelles sont très serrées et vous rentrent dans la peau des épaules, il faut se calmer et desserrer un peu tout ça, surtout si elles vous provoquent des marques. Il est normal qu’un soutien-gorge laisse des marques rouges à la fin de la journée au niveau des baleines et de l’entre-bonnets, tant que ça ne vous fait pas mal. En revanche, il n’est pas normal que les bretelles donnent des traces rouges, sauf éventuellement si vous avez la peau extrêmement sensible.
Si les bretelles s’obstinent à glisser malgré un resserrage acharné, c’est très probablement que vous portez un soutien-gorge au tour de dos trop grand. Cela peut aussi vouloir dire que vous avez les épaules très étroites ou très tombantes, ce qui est plus difficile à accomoder. Le fait d’être petite ou d’avoir les seins placés hauts sur le buste a aussi tendance à aggraver le phénomène. Les bretelles de mes anciens soutien-gorge glissaient tout le temps, elles ne tenaient pas en place plus de quelques secondes et ça me rendait dingue. Maintenant je dois toujours les relever une ou deux fois par jour mais un tour de dos plus petit a quasi réglé le problème.

5. Éventuellement, vous pouvez rajuster votre soutien-gorge pendant la journée s’il le faut. Si un soutien-gorge est vraiment parfait pour vous, alors ce ne sera pas nécessaire. Ceci dit, si un petit ajustement s’impose au bout de quelques heures, ce n’est pas la fin du monde et ça ne veut pas forcément dire qu’il faut foutre le soutif fautif aux ordures. Il suffit de répéter les étapes 2 et 3 pour tout bien remettre en place.

Pourquoi il faut faire tout ça

Un soutien-gorge qui n’est pas mis en faisant le scoop and swoop ne maintient pas correctement. Il est posé sur vos seins, il les pousse contre votre cage thoracique et ne sert à rien. Il échoue complètement dans sa fonction de soutien-gorge, en somme.

À droite : bien ! n__n  À gauche : pas bien ! è__é

Voilà ce que fait un soutien-gorge mal mis. Il appuie mais ne soutient pas, alors qu’un soutien-gorge bien mis soulève la poitrine et soulage le dos d’une partie de son poids. Et aussi, même si je sais que c’est totalement subjectif, je trouve qu’un soutien-gorge bien mis fait des seins vachement plus jolis. Sans compter que ça prévient, voire inverse, le processus de migration des tissus vers le dos et le pli de l’aisselle.

Il faut absolument procéder au scoop and swoop quand on porte des soutien-gorge, quelle que soit la taille de sa poitrine. Le S&S est également indispensable quand on recherche une taille qui nous convient car il permet de détecter un soutien-gorge trop petit. On peut aussi faire l’erreur de décréter qu’un soutien-gorge est trop grand alors qu’il suffirait de S&S pour que tout soit parfait.

À gauche, la personne n’a pas encore S&S et le soutien-gorge pourrait passer pour convenable. Si la photo était meilleure, on verrait que les bretelles ne reposent pas bien à plat sur sa peau et que les baleines ont l’air d’être placées trop bas, mais à première vue ça a l’air de lui aller.
La photo de droite a été prise après le S&S. De toute évidence, le bonnet est bien trop petit. Et maintenant que le volume des seins a été mis dans le bonnet, pas casé bêtement dans la bande, il est très possible que le tour de dos du soutien-gorge s’avère bien trop large.

Je sais que pour beaucoup de gens ce billet aura l’air inutile et plein de trucs évidents. Tant mieux, ça veut dire qu’on vous a bien appris et vous avez de la chance. Néanmoins, il y a vraiment plein de personnes qui ne savent pas bien mettre leur soutien-gorge. J’ai dû apprendre cette méthode après presque dix ans à porter des soutien-gorge (alors que je suis pas plus bête qu’une autre, bon, hein, quoi), alors je ne dois sûrement pas être la seule. Et si ça aide ne serait-ce qu’une seule personne alors tant mieux, ça fera toujours deux seins plus proches du bonheur. Tel est le seul désir qui m’anime.

(Les images de ce billet viennent d’un très bon article du blog Bras and Body Image qui regorge d’exemples de soutien-gorge qui ont l’air convenables pré-scoop and swoop alors qu’en fait vraiment pas. Je vous invite à aller y jeter un œil (je toucherai 0.00 dollar américain par clic).)

Étape 2 : La migration des tissus

Imaginons. Tu t’es mesurée. Tu as trouvé le soutien-gorge idéal. Tout n’est qu’allégresse et légèreté.

Mais ce n’est pas fini.

Il y a de fortes chances pour que ledit soutien-gorge idéal ne soit plus si idéal d’ici quelques mois, voire quelques semaines. Donc si je peux vous donner un conseil, c’est de ne pas investir des sommes colossales dans votre premier soutien-gorge. Il y a toujours la possibilité de le revendre après, mais ça fait quand même un peu mal au cœur quand un chouette soutien-gorge ne va plus.

Le phénomène dont je vais vous parler tout à l’heure se nomme LA MIGRATION DES TISSUS MAMMAIRES.

La plupart des femmes n’ont aucune possibilité de trouver une taille qui leur va vraiment en boutique, donc la majorité porte des soutien-gorge qui sont en réalité trop petits au niveau du bonnet et trop grands au niveau du dos. Plutôt que de maintenir la poitrine, le soutien-gorge à la mauvaise taille va pousser le tissu mammaire là où il ne serait pas allé naturellement : dans le dos et au niveau de l’aisselle.

Merci Etam de fournir de si bons exemples de bonnets trop petit, t'es au top.

Merci Etam de fournir sur ton site de si beaux exemples de bonnets trop petits, t’es au top.

Coucou la graisse des seins qui va finir dans les aisselles à force de se faire maltraiter, coucou. Vous voyez un peu ce qu’Etam recommande à vos seins ? Ces gens ne veulent pas votre bonheur.

Quand on prend l’habitude de porter un soutien-gorge à la bonne taille et de l’enfiler correctement, le tissu qui a migré finit par revenir à sa place.
Attention, c’est parfaitement normal d’avoir du gras au niveau du pli de l’aisselle et du dos, quelle que soit sa morphologie, mais il y a de bonnes chances qu’une partie de ce gras soit du tissu mammaire déplacé. Et quand il revient dans les seins, vos mensurations peuvent changer, ainsi que la forme et la taille de vos seins. Il peut aussi ne rien se passer, parce que toutes les femmes ne constatent pas de migration des tissus. Cependant, assez de personnes disent ressentir ce phénomène pour qu’on considère qu’il s’agisse de quelque chose de très commun.

Pour ma part, la migration des tissus a commencé au bout deux ou trois semaines seulement à porter des soutien-gorge à ma taille et continue encore à ce jour. En trois mois, j’ai perdu cinq centimètres au niveau du dessous du buste (du dos, donc). J’ai aussi monté d’une demi-taille de bonnet, pas grand chose, mais ma poitrine a changé de forme car le tissu est allé se reloger là où mes seins en avaient le plus « besoin ». Je mets « besoin » entre guillemets car je n’avais besoin de rien, en vrai, mais maintenant mes seins ont une forme plus ronde et harmonieuse que je trouve plus jolie. Mes anciens soutien-gorge sont encore portables mais ils deviennent trop grands dans le dos et certains sont devenus trop petits au niveau du bonnet. Pour résumer, mes seins sont plus gros et mon dos est plus mince. Sans compter que, en me mettant à porter la bonne taille, je suis passée sans rien faire d’un bonnet C à un bonnet F puis à un bonnet G-H. Eh ouais. Les chirurgiens esthétiques me détestent. Mettez-vous à porter une bonne taille, ils vous détesteront aussi et nous ferons ensemble la grande ronde des copains.

La migration des tissus peut se manifester dès quelques semaines comme elle peut prendre plusieurs mois. Elle peut être minime, voire inexistante, ou alors changer radicalement votre taille de bonnet et la forme de vos seins. Impossible de savoir ce qu’il adviendra avant que ça se produise. C’est la mégasurprise. Il faut aussi faire attention à bien enfiler son soutien-gorge proprement (plein de femmes ne le font pas et c’est très chagrinant), mais ça c’est encore une autre histoire et ce sera pour plus tard.

Edit du 11/03/2014 : Je me mesure régulièrement en suivant LE GUIDE et je garde les résultats dans un document avec un tableau et un petit graphique. Si vous voulez y jeter un coup d’œil, il est ici. Comme ça vous verrez un peu comment, pour moi, mes mensurations ont évolué rien qu’en portant un soutien-gorge à la bonne taille, sans aucune variation de poids. Mon tour de dos diminue constamment au fur et à mesure que le tissu mammaire migre, ce n’est pas ce qui arrive à tout le monde mais ça peut être une des conséquences d’un soutien-gorge à la bonne taille. Au moins avec les chiffres vous êtes sûrs que je vous raconte pas de conneries.

Asos

Maintenant qu’on a couvert le sujet des mesures, encore faut-il savoir où acheter tout le bazar. C’est donc le moment idéal pour commencer à parler un peu des gens qui commercialisent de la lingerie qui sort du classique 85A-95D. On va commencer doucement mais sûrement avec Asos.

Le Freya Deco, grand classique de la soutifosphère devant l’éternel, disponible (entre autres) chez Asos.

Ça pourrait sembler étonnant étant donné le physique peu subversif de leurs mannequins, mais Asos est un très bon endroit pour trouver des soutien-gorge dans des tailles « inhabituelles ».
C’est même là que je recommanderais d’acheter un premier soutien-gorge après s’être mesurée, quand on n’est pas trop sûre de sa taille. La livraison et les retours gratuits permettent de ne pas pleurer d’amertume et de frustration quand le soutien-gorge acheté ne va pas.

Asos propose plusieurs marques assez importantes et de qualité, comme Panache, Pour Moi?, Lepel, Gossard ou même Mimi Holliday, qui sont normalement difficiles à trouver en France.
N’hésitez pas non plus à aller jeter un œil à leur collection de maillots de bain, ils ont beaucoup de choix de marques ainsi qu’une collection Asos spécialement pour bonnets D et +.

Asos propose une gamme de tailles étendue, qui va du 28D au 42H (75D à 110L en taille française) et monte même jusqu’au bonnet J britannique (soit un bonnet N français) dans certaines tailles.

Si vous voulez acheter chez Asos, je vous recommande fortement d’aller sur leur site anglophone, asos.com, et non sur asos.fr. Leur site français a le même contenu mais convertit les tailles un peu bizarrement. Au moins avec le site anglais vous êtes certains de connaître la véritable taille du soutien-gorge, celle qui est inscrite sur l’étiquette.

Asos est un site ultra connu donc je me sens un peu bête de dire ça mais, au cas où vous connaîtriez mal, sachez qu’ils ont tout le temps des soldes et des codes promotionnels, alors en guettant un peu on peut vraiment avoir de jolies choses pour un rapport qualité/prix très correct.

La seule chose que j’aurais à leur reprocher est le peu de choix qu’ils ont dans ma taille : seulement une dizaine de modèles en moyenne selon les périodes. Mais c’est toujours la même chose avec les petits tours de dos et franchement huit ou dix modèles c’est déjà pas si mal. Ce serait d’autant plus dommage de leur jeter la pierre qu’ils ont beaucoup plus de choix à partir d’un tour de dos de 30 (80).

J’ai commandé chez Asos pour la lingerie plusieurs fois et tout était toujours nickel. (Bizarrement, depuis que j’ai déménagé loin de mon ancien facteur qui volait les colis, mes commandes en ligne se passent beaucoup mieux.) Alors va donc y jeter un œil pour le bien de tes seins, merci.

EDIT du 14/05/2014 : Attention, Asos ne livre pas d’articles de la marque Freya en France, en Allemagne ni en Australie. Ils apparaîtront dans vos recherches sur le site mais Asos ne vous les livrera pas si vous habitez dans un de ces pays-là. Désolée. (Merci à Clémentine de me l’avoir signalé)

Les équivalences entre les tailles

Le tableau des tailles sœurs, en tailles britanniques

Je l’ai déjà dit dans un autre article, mais on ne le répète jamais assez : associer un bonnet à une taille de seins, c’est débile, faux et ça rend les seins malheureux.

Il existe un concept assez simple qui régit les tailles de soutien-gorge : les « sister sizes » (ou « tailles sœurs » en français (je me sens si utile avec ce genre de traductions)). L’idée, c’est qu’il existe plusieurs volumes de bonnets disponibles et que, pour chaque volume, il y a une multitude de tailles jumelles qui diffèrent uniquement par la largeur du dos.

Je vous ai concocté un équivalent de ce tableau avec les tailles françaises, parce que je suis quelqu’un de très engagé.

Le tableau des tailles équivalentes, en français svp

Le tableau des tailles équivalentes, en français svp. (Par contre j’ai l’impression que ça rend très flou, donc clique clique clique dessus pour le voir bien clairement.)

En haut, vous voyez la différence (en pouces) entre le dessous du buste et les seins. A droite, vous voyez les différents volumes de bonnets en centimètres cubes.

J’aime bien ce tableau car il permet de bien comprendre à quel point cette histoire de « olol un bonnet D c’est énorme » est pleine de connerie. Sur ce tableau, on voit bien qu’un bonnet D peut aller de 230 centimètres cubes à 2060 centimètres cubes. Et encore, je n’ai même pas intégré les tailles très petites ou très grandes, si on veut s’amuser on peut aller jusqu’au 65D (180 centimètres cubes) ou au 135D (2340 centimètres cubes). Il y a quand même une sacrée différence entre les deux.

On peut également utiliser ce tableau pour se rassurer après avoir mesuré sa taille. C’est souvent un choc de découvrir qu’on fait un bonnet E ou plus, ça peut sembler un peu surréaliste. Quelqu’un qui a une petite poitrine aura du mal à croire qu’elle peut faire un 75C, parce qu’un C peut paraître gigantesque quand on s’est résigné à porter du A toute sa vie. En réalité, c’est simplement l’équivalent d’un 85A avec un plus petit tour de dos, ce qui n’a rien d’exceptionnel ni de monstrueux.

La première fois que je me suis mesurée, quand mes 90C devenaient trop petits, j’ai calculé que ma taille devrait être un 80F. Ma première réaction a été « Haha un bonnet F lolnon n’abusons pas ». Sauf qu’il s’agit d’une taille équivalente au 90D, plutôt logique pour quelqu’un de trop grand pour du 90C.

Pour moi, ce tableau est une des ressources les plus importantes qui soient en matière de soutien-gorge, alors n’hésitez pas à vous en servir souvent.

Convertir sa taille britannique en taille française

Voilà un tableau (enfin, deux tableaux) pour vous aider à convertir votre taille britannique en taille française.

Attention aux tailles de bonnet. Je donne ce tableau à titre indicatif mais on peut considérer que, au-delà du bonnet G français, c’est complètement la merde. Même pour les bonnets plus petits, il n’y a aucune espèce de cohérence entre les marques. La plupart ont une progression dans les bonnets telle que je la décris dans les tableaux ci-dessous, mais certaines marques françaises utilisent les double-bonnets, comme les britanniques. D’autres encore n’utilisent pas de double-bonnets, sauf pour le DD et ont donc une projection A-B-C-D-DD-E-F-G-H. D’où aussi l’intérêt d’utiliser la taille UK, qui a l’avantage d’être plus standardisée.

En fait, pour la plupart des tailles, ce tableau est juste pour le fnu, parce que de toute façon (quasi) aucun vendeur français ne les a en magasin. Mais c’est toujours intéressant de savoir et de pouvoir comparer sa nouvelle taille et son ancienne taille.

Taille UK

Taille FR

24

65

26

70

28

75

30

80

32

85

34

90

36

95

38

100

40

105

42

110

44

115

46

120

48

125

50

130

 

Bonnet UK

Bonnet FR

AA

AA

A

A

B

B

C

C

D

D

DD

E

E/DDD

F

F

G

FF

H

G

J

GG

K

H

L

HH

M

I/J

N

JJ

O

K

P

KK

Q

L

R

(Non, il n’y a pas de bonnets I, ne me demandez pas pourquoi.)

(Putain, les tableaux ça rend moche sur WordPress, il faut vraiment que je remédie à ça.)

Étape 1 : Prendre ses mesures

Pour écrire cet article, j’utiliserai le guide de /r/ABraThatFits, qui est très complet et très bien écrit, ce qui veut dire qu’il n’y aura pas beaucoup de valeur ajoutée par rapport au matériau de base. Je m’en excuse par avance, mais je pense qu’il est quand même intéressant d’avoir un article en français sur le sujet. Faites attention, c’est un très gros morceau et ça a l’air compliqué, mais une fois qu’on a compris la méthode c’est très simple. Je me mesure une ou deux fois par mois et ça me prend cinq minutes. Mais la première fois, il faudra surement se concentrer et prendre son temps. Courage.

Sortez les rubans

Bon, maintenant on arrête de parler et on mesure. Pour cela, munissez-vous des ingrédients suivants :

–        Un bout de papier et un crayon pour noter les mesures obtenues, ou bien un téléphone ou un ordinateur si tu sens que tu fais partie de la génération digitale avec des doigts, ou même rien du tout si tu te sens assez malin pour tout retenir par cœur, JE M’EN FICHE, TU FAIS COMME TU VEUX, CE SONT TES SEINS.

–        Un mètre ruban. En pouces, c’est mieux. Si vous n’avez que des centimètres, prenez les mesures en centimètres puis convertissez-les, ce sera un peu plus long mais c’est pas bien grave.

Si vous n’avez pas de mètre-ruban, la meilleure alternative est d’utiliser un ruban non élastique ou un câble quelconque et une règle graduée. C’est moins précis et plus laborieux, mais je peux affirmer d’expérience que c’est pas si mal. Et c’est définitivement mieux que rien quand on n’a pas envie d’attendre que son mètre-ruban acheté 0,99$ à un revendeur chinois sur eBay arrive dans la boîte aux lettres.

–        Des seins, nus. On ne mesure pas à travers un soutien-gorge, ni à travers son chemisier, ni à travers sa doudoune. Si tu as besoin d’aide pour prendre tes mesures, il faut donc que la personne chargée d’aider ait le droit de voir tes seins. Aucune dérogation ne sera accordée.

Qu’est-ce qu’on mesure ?

Il y a cinq mesures à prendre. Toutes ne vont pas forcément servir par la suite, mais dans un premier temps il est préférable de toutes les prendre.

1)      Le dessous du buste, juste sous les seins, assez serré mais pas au point de devenir inconfortable.  C’est la mesure la plus importante alors fais ça bien, d’accord ?

2)      Le dessous du buste encore, mais en serrant le mètre le plus possible, les poumons vides. Sur ABTF, on surnomme cette mesure le BTT, pour « Break The Tape », c’est-à-dire la plus petite mesure possible avant que le mètre n’explose ou ne fusionne avec votre cage thoracique.

3)      Les seins, en position debout.

4)      Les seins, en position penchée, le torse parallèle au sol. Oui, cette étape donne l’air un peu idiot, au cas où vous vous poseriez la question.

5)      Les seins, en position allongée. Pour cette étape, mieux vaut s’aider d’un miroir pour bien s’assurer que le mètre est perpendiculaire au sol.

(Marquez bien à quel numéro correspond quelle mensuration, ça vous servira par la suite quand vous serez embourbés dans les calculs.)

Petit guide visuel au cas où tout cela ne serait pas très clair

Interpréter les résultats

[EDIT DU 7 MAI 2014 : Il existe maintenant un calculateur pour ceux qui ont la flemme de faire des opérations mathématiques simples (et pour les autres aussi) ! Yay ! Il est imparfait, je trouve qu’il a par exemple la fâcheuse tendance à conseiller des soutiens-gorges trop serrés pour les petits dos. Mais c’est le calculateur le plus abouti et le plus efficace à ce jour. En plus, la charmante personne qui l’a mis au point le met à jour régulièrement et a pour projet de continuer à l’améliorer, donc c’est super cool. Si vous devez utiliser un calculateur, utilisez celui-là et n’utilisez que celui-là.]

C’est là que ça devient casse-pieds, alors accrochez-vous.

Avant de continuer, vérifiez si vous remplissez l’un des critères suivants :

– Le dessous du buste serré (mesure n°2) mesure plus de 36 pouces.
– Le dessous du buste serré (mesure n°2) mesure plus de 32 pouces ET il existe une différence de plus de 9 pouces entre le dessous du buste et le buste (en prenant n’importe lesquelles des mesures).

Si vous remplissez l’un de ces critères (ou les deux), ça peut être compliqué et on utilise une méthode un peu modifiée, j’en parlerai plus tard dans le billet.

Si vous ne remplissez aucun de ces critères, alors on continue ! Youpi !

Le nombre

Pour déterminer la lettre de votre taille de soutien-gorge, prenez la mesure n°1 (le dessous du buste pas trop serré) et arrondissez-la au nombre pair le plus proche.
Par exemple, pour une mesure de 31.25″, on obtient théoriquement un tour de dos de 32.

Si vous êtes pile à mi-chemin entre deux nombres pairs ou que vous ne savez pas si ce serait mieux d’arrondir au nombre pair supérieur ou inférieur, il y a plusieurs choses à noter.
D’abord, il faut savoir qu’il est très fréquent que les personnes ayant un petit tour de dos (32 ou moins) doivent prendre une taille plus large pour des raisons de confort. Par exemple, quelqu’un qui aurait un tour de dos de 28.5″ est plus proche de 28 que de 30, mais il y a de fortes chances qu’un 28 lui fasse mal et qu’un 30 lui aille. On pourrait même envisager un 32, surtout si la personne n’a pas l’habitude des soutien-gorge au maintien ferme. Globalement, s’il y a très peu de différence entre vos mesures n°1 et n°2, il vaut mieux arrondir au-dessus. Quand il y a plusieurs pouces de différence, la bande peut se poser sur un petit coussin de chair sans trop faire mal, mais quand il y a une différence faible, il y a un risque que les baleines rentrent dans les côtes. Et ça fait mal. Donc mieux vaut ne pas trop serrer.
A l’inverse, pour les tours de dos plus grands (36 et plus), il est parfois mieux d’arrondir à un tour de dos inférieur car les bandes plus grandes sont plus élastiques et, à force, le soutien-gorge risque de devenir trop grand et d’offrir moins de maintien.

La lettre

Avant de déterminer la lettre qui ira derrière ce nombre, il y a encore une question à se poser (oui, encore, je sais, il aurait mieux valu faire un organigramme géant avec des flèches, mais il est trop tard maintenant, alors tu dois lire jusqu’au bout).

Y a-t-il une différence supérieure à 2 pouces entre la mesure du buste debout (n°3) et penché (n°4) ?

Si oui, prenez la moyenne de ces deux mesures pour calculer votre taille de bonnet.
Si non, utilisez la mesure du buste en position penchée (n°4) pour calculer le bonnet.

Maintenant, prenez ce nombre et soustrayez-lui la mesure n°1 (celle du dessous du buste confortablement serré, la mesure brute et non le tour de dos déterminé durant l’étape précédente).

C’est la différence entre ces deux nombres qui va déterminer votre bonnet.

Différence <1” 1” 2” 3” 4” 5” 6” 7” 8” 9” 10” 11” 12” 13” 14” 15”
Taille de bonnet AA A B C D DD E F FF G GG H HH J JJ K

Dans mon cas, je prends ma mesure n°4 et je lui soustrais ma mesure n°1 : 35″ – 27″ = 8″, ce qui me donne un bonnet FF.

Maintenant, on combine le nombre et la lettre, et on a une taille ! Merveille et joie !

Et les autres ?

Enfin, il faut quand même qu’on s’intéresse à ceux que j’ai abandonné après la prise des mensurations. Donc, si vous entrez dans l’un des critères dont je parlais tout à l’heure, cette méthode ne marche pas bien. Il faut utiliser une méthode détournée : on détermine une première taille, qui ne sera pas la bonne mais permettra de déterminer le volume du bonnet. A partir de ce volume, on peut trouver une taille adaptée. Cette méthode n’est pas celle qui convient à ma poitrine, j’ai vu des femmes l’appliquer sur d’autres femmes et avoir des résultats cohérents, mais je n’ai jamais eu l’occasion de la tester et je ne sais pas si elle fonctionne vraiment bien. Je ne garantis donc pas les résultats, mais je préfère quand même la donner pour ne pas laisser dans l’embarras ceux pour qui la première méthode ne fonctionne pas.
Il faut utiliser la mesure sous le buste pas trop serrée (n°1) pour avoir un tour de dos. Ensuite, on utilise soit la moyenne de 3 et de 4, soit 4 pour calculer le bonnet selon les mêmes instructions que pour la méthode classique. Enfin, à partir de cette taille temporaire, il faut trouver la taille qui correspond au même volume, mais pour le tour de dos très serré (n°2). Pour cela, il faut se référer à ce tableau. Par exemple, si la mesure n°1 est de 44″, avec un bonnet FF, mais que la mesure n°2 est 38″, il faut trouver l’équivalent en volume du 44FF, mais pour un tour de dos de 38, ce qui nous donne du 38H.

C’est compliqué. Je sais.

Et c’est pas fini.

La taille obtenue ainsi n’est qu’un point de départ. Pour trouver un soutien-gorge qui convient réellement, il faut essayer, se planter, réessayer et ainsi de suite. Pour ma part, j’ai eu le bol de trouver un soutien-gorge correct du premier coup, mais j’ai vu des femmes dire qu’elles avaient dû faire dix-huit essais avant de trouver leur bonheur. C’est pas des conneries. La forme de la poitrine est aussi déterminante que la taille dans la façon dont un soutien-gorge se comporte, sans compter que chaque fabricant traite les tailles à sa sauce. En fait, c’est assez rare de faire toujours la même taille partout. Et si vous trouvez le soutien-gorge de vos rêves et portez un soutien-gorge parfait pendant quelques semaines, votre taille risque de changer. Oui. Avoir des seins est un calvaire sans fin, mais on y prend goût.